Brèves 

Le Patio bloqué par les étudiants en lutte de l’université de Strasbourg

actualisé le 09/04/2018 à 17h46 : ajout du résultat de l'AG et du communiqué de la présidence de l'université.

Depuis 8 heures ce lundi matin, l’accès aux bâtiments du Patio et du Nouveau Patio, sur le campus principal de l’université de Strasbourg, est bloqué par plusieurs « étudiants en lutte » contre la loi ORE et la réforme de l’orientation post-bac. Une assemblée générale dans la matinée a voté la poursuite du blocage pour la journée de mardi.

L’accès aux amphithéâtres et aux locaux administratifs du Patio et du Nouveau Patio, deux bâtiments de l’Université de Strasbourg, sont bloqués par une soixantaine d’étudiants opposés à la réforme de l’université et de l’orientation post-bac depuis ce lundi matin 8 heures.

L'accès au Patio est bloqué. (Photo GK / Rue89 Strasbourg / cc)

L’accès au Patio est bloqué. (Photo GK / Rue89 Strasbourg / cc)

Le blocage des locaux constaté par l’Université

L’Université a suspendu les cours et les examens qui y étaient prévus « jusqu’à nouvel ordre » (voir ci-contre).

Les « étudiants en lutte » bloquent l’accès à ce bâtiment pour, disent-ils, « permettre à tous les étudiants de se mobiliser » contre « la loi ORE, le plan étudiant, la réforme de l’arrêté de licence et la réforme du bac. » Une assemblée générale tenue lundi à partir de 10h30 a décidé de poursuivre ce blocage au moins jusqu’à mardi.

Les étudiants sont mobilisés contre la loi ORE. (Photo GK / Rue89 Strasbourg / cc)

La présidence demande que l’accès aux bâtiments soit rétabli

Dans un communiqué publié dans l’après-midi, le président de l’Université, Michel Deneken, a demandé que les étudiants en lutte contre la loi ORE n’aient pas recours aux blocages des bâtiments :

« Occupations et blocages ne constituent pas une entrée en dialogue. Ce n’est pas respecter les étudiants qui souhaitent aller en cours, préparer et présenter leurs examens (600 d’entre eux, environ, ont ce lundi matin été écartés de l’examen qu’ils avaient préparé). Ce n’est pas respecter les personnels, éloignés de leur lieu de travail, alors qu’ils se dévouent pour la réussite étudiante. Bloquer un bâtiment universitaire, sous prétexte de débat, c’est en réalité pénaliser étudiants et enseignants. (…) Ces occupations et blocages doivent cesser, pour permettre à tous, étudiants et personnels, de travailler correctement. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.
En BREF

« Fort soupçon » de corruption par l’Azerbaïdjan au Conseil de l’Europe

par Pierre France. 363 visites. 2 commentaires.

Cinq « étudiants en lutte » envoyés à la coordination à Paris

par Thibault Vetter. 916 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’amphi de Maths-Info brièvement occupé, puis quitté dès l’arrivée de CRS

par Émilie Sizarols, Thibaut Vetter et Jean-François Gérard. 3 370 visites. 3 commentaires.