Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Du 11 au 13 juillet, les bons décibels de Décibulles
Culture 

Du 11 au 13 juillet, les bons décibels de Décibulles

par Charly Ouate.
Publié le 1 juillet 2014.
Imprimé le 29 novembre 2022 à 16:41
1 562 visites. 2 commentaires.
Rodrigo y Gabriela

Rodrigo y Gabriela sur la scène de Décibulles le vendredi 11 juillet (Doc. remis)

Décibulles entame sa troisième décennie. Pour sa 21è édition, le festival alsacien propose toujours une programmation éclectique mariant têtes d’affiche internationales et talents régionaux, dans le cadre verdoyant et enchanteur de son site de Neuve-Eglise. Présentation.


Décibulles n’est pas de ces rouleaux compresseurs musicaux de l’été qui empilent les têtes d’affiche pour drainer un public de consommateurs. C’est avant tout un état d’esprit et une façon plus familiale et artisanale d’envisager la musique et l’organisation de concerts via son unique scène, son important réseau de bénévoles (environ 500 issus de l’association Décibulles mais aussi d’autres structures de la vallée de Villé et d’ailleurs) et l’aspect « birronomique » avec une trentaine de bières artisanales disponibles à la dégustation. Ambiance.

En trois jours – les 11, 12 et 13 juillet –, Décibulles accueillera au total 18 groupes pour un tarif somme toute raisonnable (28 euros la journée en prévente, 54 euros le « pass trois jours » en prévente) qui permet à la fois de côtoyer artistes de renommée internationale et valeurs sûres locales (dont les trois lauréats du tremplin Décibulles 2014 : Yurodivy, orfèvre d’un son hardcore décapant ainsi que Adam and The Madams et Joy & Glory que Rue89 Strasbourg vous avait déjà présenté). Le groupe strasbourgeois Lyre le Temps sera aussi de la partie, programmé le vendredi 11 juillet. Quant au reste de l’affiche, en voici une sélection toute subjective.

Vendredi 11 juillet : « Guitar heroes » pimentés et beats décapants

Certes vus et revus, entendus et réentendus, Rodrigo y Gabriela n’en demeurent pas moins des phénomènes impressionnants de technicité et d’habileté guitaristique. Le couple mexicain associe guitare solo et guitare rythmique et joue ainsi depuis près de quinze ans, fabricant un savant mélange de rock, de jazz et de métal pour un résultat détonant :

Egalement au menu, les fragrances reggae de la nouvelle génération française incarnée par Naâman ainsi qu’un reggae plus roots à la sauce jamaïcaine pour bien prouver que les riddims sont affaire de famille chez les Marley avec le fils, Ky-Mani Marley.

C’est le trio londonien Foreign Beggars qui fermera le ban avec son show survitaminé orchestré par Orifice Vulgatron, Metropolis et DJ Nonames :

Samedi 12 juillet : Roc du blues et légendes du trip

Son seul nom évoque un blues-rock teinté de funk et des accords soul qui bougent. Popa Chubby posera son physique de catcheur tatoué bien enrobé sur la scène de Décibulles pour mieux ressusciter Jimi Hendrix, Jimmy Page et Albert King à coup d’accords incandescents.

Eux aussi mettront évidemment le feu, dieux vivants d’un trip hop à l’anglaise qui vaut Madeleine de Proust pour toute une génération d’ados et étudiants des années 90 : Morcheeba. Les frères Godfrey n’ont jamais bougé mais depuis quatre ans, Skye Edwards est de retour au chant et c’est magique :

Dimanche 13 juillet : C’est pas nous qui sommes à la rue…

… c’est la rue Kétanou ! Là aussi, saveurs retrouvées de la fin du siècle dernier avec ce trio francilien marqué du sceau de la chanson festive à la française : accordéon, guitare, harmonica et danse dans tous les sens sur de beaux textes au réalisme poétique. La Rue Két’ est de retour avec un nouveau disque, Allons voir, et une nouvelle tournée. Une valeur sûre pour partir à l’aventure l’esprit léger sur les routes du vaste monde.

Ce dimanche sera aussi l’occasion de danser une rumba congolaise avec les Kinois du Staff Benda Bilili ou de bondir frénétiquement sur les scratches et les samples du collectif de pyromanes marseillais Chinese Man. Quant aux amateurs de ballon rond, qu’ils se rassurent : Décibulles diffusera également sur écran géant la finale de la coupe du monde de football, histoire de satisfaire tous les festivaliers.

Déambulations et découvertes

Enfin, outre les concerts, Décibulles ce sont aussi des compagnies d’arts de rue présentes durant le week-end sur tout le site, à déambuler (la compagnie Albedo avec ses « Bigbrôzeurs », la compagnie L’Eléphant Vert avec « Le Meilleur ami de l’homme », la compagnie L’arbre à vache et Bob son illusionniste poétique, la compagnie Dis bonjour à la Dame et Frigo son clown désinvolte et décalé) ainsi qu’un programme d’ « Impromptus musicaux » et de découvertes via le rock minimaliste et primal des Anglais d’Action Beat, l’électro épileptique des Strasbourgeois Epic Schmetterling, le hip hop allemand de Tell & DJ Bizkid ou la bidouille instrumentale au sens large de Boogers.

Y aller

Le festival Décibulles, du vendredi 11 juillet au dimanche 13 juillet à Neuve-Eglise. Infos pratiques et programmation complète et détaillée sur le site internet du festival.

Article actualisé le 12/04/2016 à 17h23
L'AUTEUR
Charly Ouate
Charly Ouate
Une mission : vous souffler des plans de concerts électrisants qui pulsent, à la mesure de mon pseudonyme.

En BREF

Lancement d’une association pour l’égalité de genre dans la culture samedi

par Pierre France. 497 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une marche contre les violences sexistes et sexuelles samedi

par Maud de Carpentier. 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 080 visites. 1 commentaire.
×