Les Fouteurs de Joie à l’Espace K, remède chansonnier pour une existence heureuse
Culture 

Les Fouteurs de Joie à l’Espace K, remède chansonnier pour une existence heureuse

actualisé le 28/04/2019 à 21h01

Aller voir les Fouteurs de Joie, c’est un petit peu trinquer à la vie et à l’amitié véritable. Ces gentlemen rock’n’roll considèrent que la joie est le sentiment le plus essentiel à l’humanité. Chansons tout en tendresse et humour à l’Espace K du mardi 30 avril au samedi 4 mai.

Ils ont fait leurs armes ensemble sur les routes des campagnes françaises. Leur jeune troupe de théâtre itinérante se déplaçait avec roulottes et chevaux. Ils jouaient de la musique et gagnaient quelques sous au chapeau. Ils ont gardé de cette époque l’état d’esprit d’une bonne vieille bande de potes. Ils ont aussi gardé leur envie de liberté, de nouer des liens avec les passants, de rire et d’attendrir.

Les Fouteurs de Joie, c’est cinq mecs sympathiques qui racontent en chansons l’histoire extraordinaire de l’anecdote que tout le monde a vécu un jour. Ils piquent au vif avec le verbe juste. Ils portent un regard décalé et engagé sur notre société, notre industrie agroalimentaire et son poulet bien dodu qui n’a pourtant pas beaucoup couru, l’impunité de nos hommes politiques, le chômage, et nos petites failles d’hommes et de femmes.

« Étoiles c’est notre condition terrestre.
Nous sommes sous l’infini, nous sommes tout petit par rapport à l’infini. C’est aussi que l’on a beaucoup joué dehors en regardant les étoiles. Pour renforcer ces idées là, ils ont pensé à idiots.
C’est aussi une condition terrestre mais plus humaine.
Qu’est-ce qu’un être humain ?
Un idiot aussi.
Car ce monde que l’on vit, un peu rugueux, peut nous rendre bête. »

Extraits du spectacle Des étoiles et des idiots (Vidéo Fernando De Azevedo / Fouteurs de Joie )

Ils ont la subtilité de dire l’évidence. Chaque personnage nous parle un peu de lui-même, un peu de nous-même. Avec eux, le public devient tour à tour taulard, raton laveur ou chômeur. Chacun revit cette fameuse soirée karaoké dans un restaurant chinois une Tsingtao à la main. Ils jouent avec les maux et embarquent l’audience dans une ambiance foutraque et burlesque, dans une ambiance romantique aussi. Car, comme ils le rappellent, ils sont tous égaux sauf peut-être en expression corporelle, et en amour aussi… Notamment en géographie amoureuse.

« Alors que certains d’entre nous sont en train de vivre une formidable histoire d’amour sur la côte d’Azur ou dans le Périgord noir, au même moment, l’un d’entre nous est en train de vivre une toute petite histoire de fesses à Dunkerque, à côté d’une baraque à frites ! »

Les Fouteurs de Joie (doc remis)

Les Fouteurs de Joie (doc remis)

À mi-chemin entre le théâtre et le concert, ces danseurs multi-instrumentistes ont opté pour une mise en scène sobre qui leur laisse une entière liberté de mouvements. Ils jouent en semi-acoustique sur une scène dépouillée de tous câbles de sonorisations. Tous vêtus d’une jolie chemise bien mise, seuls leurs instruments suspendus à des fils habillent la scène. Les gestes sont aussi subtils que spontanés, et leurs artifices sont d’une simplicité enchanteresse.

Une petite reprise de circonstance pour ces dates strasbourgeoises : DA DA DA – ich liebe dich nicht du liebst mich nicht  (Vidéo Fernando De Azevedo / Fouteurs de joie)

L'AUTEUR
Lizzie Lambert
Lizzie Lambert
Journaliste reporter d’images, pigiste à Rue89 Strasbourg. Intérêts : société, économie, nature, culture.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 413 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 290 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 575 visites. 8 commentaires.