Les galères et les bons plans du covoiturage à Strasbourg
Société 

Les galères et les bons plans du covoiturage à Strasbourg

actualisé le 03/08/2012 à 11h56

Le covoiturage est prisé des étudiants pour partir en vacances (Photo Flickr CC/Graig)

Le covoiturage est-il mort à Strasbourg ? La question se pose au vu du manque d’équipement dévolu à ce mode de transport « multimodal ». Le covoiturage reste le royaume de la débrouille et de la galère pour se garer et les bonnes adresses, que nous avons trouvées, sont peu nombreuses.

Ce week-end, « 348 00 Français voyageront avec nous » annonce fièrement le site internet covoiturage.fr, autoproclamé N°1 dans son domaine en France. Si on ajoute les usagers de 123envoiture.fr, de vadrouille-covoiturage et des dizaines d’autres sites de covoiturage en France, cela va faire des automobiles bien chargées en ce début août. Parmi les voyageurs, de nombreux Strasbourgeois, qui partent pour Paris, Toulouse, Marseille ou Nice, voire pour l’Espagne ou l’Italie si l’ont en croit les centaines de voyages programmés sur internet pour ce weekend.

Où se retrouveront-ils ?

« La plupart du temps, on se retrouve à la gare : tout le monde connaît et on peut se garer facilement. En plus il y a un arrêt de tram qui permet à tout le monde de se rejoindre facilement. »

En quelques mots, François, étudiant strasbourgeois adepte du covoiturage pour ses vacances, résume ce qui fait un bon spot de covoiturage. L’accessibilité et la possibilité de se garer pour charger et décharger des bagages et des passagers.

Si l’on ajoute la proximité des grands axes routiers, on comprend pourquoi la place de l’Etoile et la place de Haguenau sont également des lieux prisés des covoitureurs strasbourgeois.

Cherche parking gratuit désespérément

D’autres noms de parkings s’échangent en chuchotant derrière la portière, principalement parce qu’ils disposent d’un stationnement gratuit (mais comme on est sympa, ils figurent sur notre carte). Payer les 3, 30€ des Parkings Relais reste coûteux pour les covoitureurs au quotidien,  juge Mylène Laroche, présidente de l’association de promotion du covoiturage Passe me prendre. Elle milite, entre autres, pour la création d’une gare routière de covoiturage à Strasbourg, près d’un arrêt de bus et de tram.


Afficher Covoiturage Strasbourg sur une carte plus grande

Mais les investissements ne semblent plus à l’ordre du jour. En bleu sur la carte, les neuf  aires de covoiturage qui ont été aménagées depuis 1998 par le conseil général pour transformer des lieux de rendez-vous « sauvages » en parkings entretenus et signalisés spécifiquement pour le covoiturage. Ils sont situés à Durrenbach, Châtenois, Molsheim, Sarre-Union, Seltz, Holfelden-Schwindratzheim, Beinheim, Erstein et Barr. Ces lieux ont été choisis pour être aménagés parmi la trentaine de parkings spontanés, qui ont été recensés dans le département.

La signalétique des aires de covoiturages aménagées dans le Bas-Rhin (Photo DR)

Neuf parkings de 12 à 50 places créés en plus de 14 ans : c’est tout le paradoxe du covoiturage dans le Bas-Rhin en général et à Strasbourg en particulier. Le covoiturage fait partie de cette multimodalité des déplacements vantée dans le plan local d’urbanisme de la CUS. Mais en ville, mis à part les Point Relais (payants jusqu’à 20h), aucun aménagement ne facilite la vie des covoitureurs. La multimodalité fait la part belle au vélo et au tram ainsi qu’à des expériences ciblées, telles que l’auto partagée (à louer), ou encore les futurs Ecoquartiers, qui cantonnent les voitures en périphérie des quartiers grâce à des transports en commun et à des services spécifiques.

558 inscrits sur le site de covoiturage régional

Côté internet, le portail de covoiturage du conseil général du Bas-Rhin, qui vient de fusionner avec celui de son voisin haut-rhinois, comptabilise 558 membres (pour mémoire, covoiturage.fr revendique 2 millions de membres). D’autre part, Covoiturons, le site internet, précurseur à l’époque, des employés de la CUS n’est plus développé. Côté internet, donc, les collectivités locales ont totalement perdu la main sur le covoiturage, devenu un e-business comme un autre. Les sites commerciaux se sont professionnalisés, ont mis en place un système de notation et une plateforme (payante) de paiement en ligne et à l’avance pour tenter de gommer le côté folklorique du covoiturage (annulations de dernière minute, mauvaises rencontres).

Le résultat est cependant à la limite du cocasse puisque les covoitureurs ne s’échangent plus d’argent mais des codes secrets, qui leur permettent de se faire payer en ligne. Et une commission de 3 à 4% est facturée pour ce service, soit au conducteur, soit au passager, en fonction des sites.

« Moi j’ai vu une baisse nette de la fréquentation sur certains sites depuis qu’ils ont mis en place ce système il y a quelques mois. »

Depuis que les covoiturés doivent payer (plus cher) en ligne et à l’avance, Michel, covoitureur depuis deux ans, a plus de mal à trouver preneur pour les trajets, qu’il effectue chaque week-end entre Strasbourg et la Savoie pour voir son amie. L’argent, le nerf de la guerre, devrait pourtant pousser au partage de l’automobile et du prix du carburant.

Mylène Laroche est présidente de l'association "Passe me prendre" (Photo S.D.)

Certains, comme Mylène Laroche, font de la résistance et du militantisme pratique sur les sites des festivals d’été.

« En trois jours, juste grâce à mon stand, on a ramené 40 à 50 jeunes chez eux pendant Lez’Arts Scéniques. Je serai aussi présente sur le festival de jazz de la Petite Pierre parce que sans voiture, on ne peut pas y aller, ni rentrer de là-bas. »

Elle poursuit ce travail pendant l’année avec le public de l’orchestre symphonique. Son but : mettre en contact des conducteurs et des passagers pour vaincre les barrières psychologiques qui entravent, selon elle, l’expansion du covoiturage. Peur de dépendre des autres, de perdre sa liberté, de se sentir obligé.

L’auto partagée (Auto’trement), que l’on loue sur le modèle du vélo partagé, ne suscite bizarrement pas toutes ces peurs et peut être déposée dans de multiples stations en ville ainsi qu’à Saverne, Molsheim ou Haguenau. La fin du covoiturage ?

« Pas du tout, le top, c’est de faire du covoiturage avec une auto partagée. J’ai un ami qui fait cela pour faire baisser le coût de la location. »

L’argent, nerf de la guerre… et du covoiturage.

L'AUTEUR
Sara Dirringer
Sara Dirringer
Journaliste web et papier, j'ai plus d'une corde à mon arc et je décoche mes flèches sans mauvaises intentions.

En BREF

Le tribunal administratif suspend l’arrêté sur les masques au centre-ville

par Pierre France. 15 990 visites. 8 commentaires.

Les mobilités du monde d’après en débat

par piet. 1 146 visites. 4 commentaires.

Le tribunal administratif juge que le port obligatoire du masque au centre-ville est légal mais inutile

par Pierre France. 9 704 visites. 9 commentaires.