Les voitures en libre service Yea! débarquent
Société  Vie pratique 

Les voitures en libre service Yea! débarquent

actualisé le 07/03/2018 à 18h46

18 voitures, puis 30 véhicules dans les rues de Strasbourg. (photo PF / Rue89 Strasbourg)

18 voitures, puis 30 véhicules dans les rues de Strasbourg. (photo PF / Rue89 Strasbourg)

Citiz présente sa nouvelle offre d’autopartage appelée Yea! Objectif : un service plus souple et à destination des plus jeunes, mais aussi contrer les intentions d’autres entreprises, dont les Bluecar du groupe Bolloré.

Elles arrivent. Les 30 nouvelles voitures d’autopartage Citiz en freefloating, c’est-à-dire pour des trajets simples ont été présentées à la presse ce lundi 11 mai. Tout de rouge vêtues pour ne pas les confondre, ces Smart ForFour seront accessibles aux Strasbourgeois à partir de mercredi 20 mai. Elles répondent au nom de « Yea! ». Cette nouvelle offre de location pour des allers-simples et sans place de stationnement dédiée est un système unique en France.

Comme annoncé en avril, la formule est plus souple que celle de l’autopartage classique :

  • Un accès sans réservation,
  • La possibilité de la restituer n’importe où dans le centre et quelques quartiers autour (voir carte),
  • Louer sans fixer d’heure de retour,
  • Une offre sans abonnement.

35 centimes du kilomètre + 10 centimes à la minute

Les tarifs sont désormais connus. Il faudra compter 35 centimes du kilomètre et 10 centimes à la minute, avec des tarifs dégressifs. Comme pour l’offre traditionnelle Citiz, connue jadis sous le nom d’Auto’trement, une carte permet d’obtenir du carburant et l’assurance est comprise. Le stationnement est gratuit. Une présentation publique se tiendra le mercredi 13 mai place Kléber de 12h à 20h. Le mercredi 20 mai, 18 véhicules seront mis en service, ainsi qu’une nouvelle application mobile. La flotte complète de 30 véhicules sera en circulation le 1er juillet.

Les nouvelles offres de Citiz et sa gamme Yea!

Sur son smartphone, l’usager pourra géolocaliser les voitures et réserver directement, avant de les ouvrir avec sa carte de membre. À court terme, il sera possible de la déverrouiller via l’application mobile. Lors de la réservation, la voiture reste bloquée 15 minutes. Lors de la restitution, il faudra garer la voiture dans le centre ou ses environs.

Ce nouveau mode de consommation s’adresse surtout aux plus jeunes, qui ont souvent le permis de conduire sans disposer de voiture, avec comme objectif de dépasser le cercle des 4 000 abonnés actuels. Mais les deux offres de Citiz à Strasbourg se veulent complémentaires. Moins chères lors de la location, les offres classiques permettent de réserver sa voiture longtemps en avance et de disposer d’une place garantie au retour, ainsi que de gamme variée de véhicules.

Le périmètre où l’on peut restituer un véhicule Yea!

Il sera possible ed rendre sa voiture dans le centre de Strasbourg et ses environs. (Document Citiz)

Il sera possible de rendre sa voiture dans le centre de Strasbourg et ses environs. (Document Citiz)

Pied de nez à Bolloré ?

C’était un écho, mais l’info a été confirmée par le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries. Vincent Bolloré et son service Bluecar (Autolib à Paris, BlueCub à Bordeaux, Bluely à Lyon) seraient intéressés pour investir la capitale alsacienne. La compagnie américaine Zipcar est aussi sur les rangs. Le maire de Strasbourg a confirmé l’entrevue :

« Voyons d’abord comment fonctionne la nouvelle offre de Citiz, mais je ne peux refuser un autre service. On pourrait m’accuser de favoritisme, ce que je ne veux pas endosser. Comme nous avons attribué des places à Citiz, si nous nous opposons à un autre opérateur, nous risquerions d’être attaqués en justice. J’ai réservé ma réponse au groupe Bolloré, je n’ai plus de contact depuis notre entrevue. »

Si Bolloré est toujours intéressé, une décision sera prise d’ici 6 mois à 1 an. Son offre propose des voitures électriques, avec des stations de rechargement fixes ce qui nécessite une occupation du domaine public, tout comme l’offre classique de Citiz. Souvent déficitaire, le service propose des prix défiant toute concurrence, car une des filiales du groupe produit les batteries électrique et les voitures. Difficile de s’aligner sur des millions d’euros d’investissements et un fonctionnement à perte pour une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) comme Citiz.

Un slogan qui devrait faire réagir. (photo JFG/Rue89 Strasbourg)

Un slogan qui devrait faire réagir. (photo JFG/Rue89 Strasbourg)

Les protagonistes ont aussi avancé les coûts induits par les sociétés d’autopartage dans d’autres villes : 30 millions d’euros dépensés à Paris, 700 000 euros à La Rochelle, ou 18 millions d’euros sur 10 ans à Nice. Lors de l’opération strasbourgeoise, le seul « coût » pour la collectivité strasbourgeoise est le non-gain sur les places de stationnement, bradées à 58€/an. La participation aux aménagements des places réservées de l’offre avec abonnement est d’environ 9 000 euros par an.

Jean-Baptiste Gernet, conseiller eurométropolitain délégué aux nouvelles pratiques de déplacement a insisté sur l’importance dans la diminution du nombre de voitures à Strasbourg :

« À Paris, qui est une ville différente à plusieurs niveaux de Strasbourg, le service d’autopartage a davantage redirigé des usagers des transports en commun vers la voiture. À Strasbourg, il y a une vraie efficacité sur le taux de démotorisation des habitants. »

Pour s’attaquer au marché strasbourgeois, le groupe Bolloré devra démontrer son utilité et ne pas trop coûter.

Plus besoin de réservation ni d'abonnement pour conduire les nouvelles voitures de Citiz, du nom de Yea! (Photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Plus besoin de réservation ni d’abonnement pour conduire les nouvelles voitures de Citiz, du nom de Yea! (Photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : L’autopartage à Strasbourg se simplifie
Sur yea.citiz.coop : le site de Yea! et toutes les informations pratiques

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Le bar La Solidarité vandalisé dimanche soir

par Judith Barbe. 1 605 visites. 2 commentaires.

Coupe du monde : Strasbourg en fête après la victoire des Bleus!

par Guillaume Krempp avec Jean-François Gérard. 2 980 visites. 2 commentaires.

Ouverture d’une enquête judiciaire sur la mort de Naomi Musenga

par Jean-François Gérard. 1 761 visites. 2 commentaires.