À Lingolsheim, l’écoquartier des Tanneries obtient enfin sa navette
Environnement 

À Lingolsheim, l’écoquartier des Tanneries obtient enfin sa navette

actualisé le 18/07/2019 à 17h18

Après des mois de mobilisation, les efforts des habitants de l’écoquartier des Tanneries à Lingolsheim ont fini par payer. Le quartier sera finalement desservi par une navette à partir du mois de décembre. Jusqu’ici, les riverains n’avaient pas accès directement aux transports en commun.

La promesse avait été faite par l’Eurométropole de Strasbourg et les promoteurs immobiliers (comme Nexity) au moment du réaménagement de la zone en 2014 : l’écoquartier des Tanneries, à Lingolsheim serait desservi par « plusieurs lignes de bus dont une traversant le quartier ».

Cinq ans plus tard, la municipalité répond enfin à la demande des habitants, qui s’étaient mobilisés contre l’absence de transports en commun, malgré les promesses. À partir de décembre 2019, l’écoquartier des Tanneries sera relié par une navette de la Compagnie des Transports Strasbourgeois (CTS) à la gare de Roethig et à l’arrêt Alouettes du tram B.

La navette circulera du lundi au samedi de 7h à 19h, un effort de 143 000 euros pour la municipalité, acté début juillet.

Pour accéder à l’écoquartier des Tanneries, il faut compter au moins 10 minutes de marche depuis le terminus du tram (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

Plus de 150 signatures

Samy Lamamra a monté le collectif des Tanneries en août 2017. Ces habitants se sont régulièrement réunis pour tenter d’améliorer leur quotidien au sein de l’écoquartier. Ils ont exigé la mise en place de cette navette et fait signer une pétition en ce sens, signée par 150 familles.

La navette permettra aux habitants de réduire l’usage de voitures personnelles, sensé être restreint dans un écoquartier.

Samy Lamamra est à l’origine du collectif des Tanneries (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

« Il n’y a rien d’écologique dans ce quartier »

Le collectif des Tanneries ne compte pas se contenter de cette victoire et veut s’attaquer aux poubelles qui débordent, à la saleté dans les rues, aux voitures mal garées et au manque de passages piétons…

La construction de l’écoquartier des Tanneries devrait s’achever fin 2020 (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

Samy Lamamra a déjà fait part de ces nombreux problèmes à Yves Bur, le maire de Lingolsheim. Pourtant, la municipalité ne réagit pas. Un habitant du quartier (ayant souhaité rester anonyme) témoigne :

« Il n’y a rien d’écologique dans ce quartier ! Pour me demander de payer des amendes pour stationnement gênant il y a du monde, mais pour nettoyer les rues il n’y a plus personne. Ils bouffent l’argent des gens, ils prennent le maximum mais ils ne cherchent pas de solutions pour nous. »

De la verdure, mais des déchets partout (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

En projet : du pain et des viennoiseries bio

Autre problème : le quartier des Tanneries ne dispose toujours d’aucun commerce de proximité. Le collectif souhaiterait faire d’un local commercial vide une « boulangerie solidaire ». Pour cela, il s’inspirerait du concept de Bou’Sol, un réseau de boulangeries solidaires et biologiques, né à Marseille.

Le blé et la farine serait fournie par des agriculteurs locaux et Samy Lamamra pense que ce serait l’occasion « d’accueillir et de professionnaliser des personnes en parcours d’insertion ».

Mais l’acquisition du local est évaluée à 180 000€, une somme pour laquelle le collectif n’a aucune solution. Le local n’a jamais été occupé depuis la création de l’écoquartier.

L’acquisition d’un tel local coûte 180 000 euros (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

Plus d’infos

Le collectif des Tanneries peut être contacté via l’adresse e-mail collectifdestanneries@gmail.com.

L'AUTEUR
Hélène Janovec
Hélène Janovec
Journaliste stagiaire

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 894 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 225 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 871 visites. 7 commentaires.