Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
L’irruption des réseaux sociaux en conseil agace Roland Ries
Politique 

L’irruption des réseaux sociaux en conseil agace Roland Ries

par Marie Marty.
Publié le 29 mai 2012.
Imprimé le 23 janvier 2021 à 13:43
2 599 visites. 7 commentaires.

Robert Grossmann (à l'arrière) et Paul Meyer (devant), tout les deux très actifs sur les réseaux sociaux (Photo David Rodrigues)

Tout est parti d’un statut Facebook malheureux, publié puis retiré par Paul Meyer, jeune conseiller municipal délégué à la ville numérique. S’en est suivi un débat houleux en conseil municipal mardi avec, dans le viseur de l’opposition, le maire de Strasbourg et son incapacité supposée à contrôler ses troupes sur la toile. Et, in fine, la question de l’utilisation des réseaux sociaux dans l’enceinte même du conseil municipal a été mise sur la table.

Sacrée, la parole de l’élu en conseil municipal ? Forcément contrôlée par le maire ou son représentant ? Si oui, les statuts sur Facebook et les tweets pendant la grand-messe mensuelle des élus échappent à cette logique. D’où une interrogation souvent effleurée et finalement abordée en conseil municipal ce matin : faut-il ou non interdire aux élus l’usage des réseaux sociaux pendant la durée de la séance ? Démuni sur cette question, le maire Roland Ries a proposé la création d’un « groupe de travail sur la façon de gérer les nouvelles (sic) technologies de l’information et de la communication dans l’enceinte du conseil et pour réfléchir aux modifications éventuelles du règlement intérieur ».

Cette proposition intervient au terme d’un long débat en conseil ce matin, d’une rare violence verbale qui a opposé les membres du groupe UMP de Robert Grossmann à plusieurs élus de la majorité municipale. Les mots « ignominie », « fasciste », « anti-France » etc. ont été prononcés à plusieurs reprises. Casus belli : la réaction jugée insatisfaisante de Roland Ries, suite à la saillie de Paul Meyer sur Facebook et Twitter, qui faisait un lien entre les militants UMP se rendant au meeting de Sarkozy et « Anders Breivik », un terroriste norvégien. Tout de suite retiré, ce propos a pourtant déchaîné les foudres de la droite, qui a peu goûté « l’humour » de l’élu de gauche. L’opposition a demandé sa tête au maire, « pour l’exemple ».

Ries : « Je trouve les nouvelles technologies dangereuses »

D’exclusion, il n’en a jamais été question dans les rangs de la gauche. Mais cet épisode, auquel s’en est ajouté un autre impliquant un membre du cabinet, pose à nouveau et de façon plus aigüe qu’à l’habitude, la question de l’expression des élus sur les réseaux sociaux. Le maire, qui n’en est pas un utilisateur, est assez frileux sur le sujet :

« J’ai des comptes [Facebook et Twitter], qui sont gérés par mes collaborateurs à Paris [ndlr : Roland Ries est sénateur] mais moi je n’y vais quasiment jamais. Et tout ça ne m’en donne pas très envie. Malheureusement, je crois que je vais être obligé de m’y mettre… Je suis naturellement méfiant par rapport à ces nouvelles technologies, que je trouve dangereuses parce qu’on y trouve tout et n’importe quoi.

Alors, est-ce qu’on peut interdire de communiquer pendant les conseils et obliger les gens à déposer leur portable à l’entrée ? Je crois que c’est impossible. Mais rien n’est plus désagréable, notamment en réunion à cinq ou six, quand quelqu’un envoie des tweets. Il s’extrait de ce qu’on est en train de faire. C’est pareil en conseil. Peut-on vraiment suivre les débats et les commenter en même temps, attendre des réponses, etc. ? Est-ce que ça perturbe le travail de l’assemblée ? Je m’interroge. En tout cas, ça a un impact sur notre fonctionnement. »

Facebook et Twitter : passe-temps quand les débats s’éternisent

Et pour cause, à deux reprises, une première fois il y a quelques mois, une seconde ce mardi même, Robert Grossmann a cité en plein conseil un statut sur Twitter et Facebook tout juste posté par Philippe Bies, adjoint au maire, qui écrivait :

« Je l’ai un peu fait exprès », s’amuse Philippe Bies aux dépens de son délateur. Juste pour voir s’il suivait, en fait. Et effectivement de nombreux élus sont rivés à leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur portable pendant les séances du conseil municipal, surtout quand les débats s’éternisent. Une « interaction intéressante » avec l’extérieur, une « ouverture du débat démocratique » pour certains, qui se félicitent que les citoyens puissent les interpeller facilement via Facebook ou Twitter. Un « dévoiement » de la parole de l’élu ou du simple « commentaire » stérile pour d’autres. Peut-être une différence de culture ou un fossé entre générations. Mais pas uniquement, à voir Robert Grossmann, 71 ans, envoyant tweet sur tweets avec son iPhone.

Le groupe de travail voulu par le maire devrait réfléchir à ces questions de fond, finalement très politiques. Parions que Paul Meyer et Robert Grossmann en feront partie. Ambiance garantie.

Pour aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Ces élus locaux qui tweetent

Article actualisé le 31/05/2012 à 09h34
L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Samedi 30 janvier, des cyclistes manifestent pour le retour du vélo autorisé dans les trams

par Guillaume Krempp. 1 190 visites. 7 commentaires.

Manifestation en soutien aux étudiants mercredi

par Guillaume Krempp. 1 491 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Condamné pour harcèlement, l’ancien directeur de la Maison des assos indemnisé pour son licenciement

par Pierre France. 3 789 visites. 3 commentaires.
×