Suite à des contrôles, la Maison Mimir fermée jusqu’en 2016
Société 

Suite à des contrôles, la Maison Mimir fermée jusqu’en 2016

actualisé le 17/07/2015 à 18h09

La Maison Mimir - Photo : Gaspard Glanz

La Maison Mimir (Photo Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

Le 1er août les habitants de la Maison Mimir à Strasbourg vont quitter les lieux. Le squat devenu un lieu de fête et d’entraide dispose pourtant d’un bail emphytéotique avec la mairie de Strasbourg mais des travaux de mises aux normes de sécurité sont nécessaires, au minimum jusqu’au printemps 2016. Un procès verbal assorti d’une comparution devant le tribunal pour infraction à la législation sur les débits de boissons y est aussi pour quelque chose…

Tout à commencé quelques jours après la Fête de la musique. Alors qu’une soirée avait lieu comme souvent dans les locaux de la Maison Mimir, rue Prechter à Strasbourg, la police est entrée et a immédiatement dressé un constat de débit clandestin de boissons alcoolisées : le bar vendait des pintes de Météor. Dans la foulée, les policiers constatent que les lieux ne sont pas aux normes de sécurité pour accueillir du public, les statuts de l’association sont contrôlés ainsi que leur titre d’occupation, un bail emphythéotique de 20 ans, signé en 2013 avec la Ville de Strasbourg après des mois de négociations.

La convocation en octobre devant le tribunal de Strasbourg des membres du bureau de l’association qui chapeaute la maison achève d’entamer la motivation des habitants pour faire vivre le lieu : les ateliers et les soirées s’arrêtent, le lieu n’accueillera plus de public jusqu’à sa mise aux normes. Depuis, des rumeurs circulaient sur un éventuel abandon de la maison par les occupants, fatigués de se battre contre les institutions.

La Maison Mimir - Photo : Gaspard Glanz

La Maison Mimir (Photo Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

La Maison Mimir pourrait accueillir jusqu’à 79 personnes si elle était mise aux normes de sécurité. Sinon, elle ne peut en abriter que 19, réparties dans ses 7 chambres. Le bail conclu entre la Ville et l’association stipule que les habitants sont propriétaires des murs et donc responsables des travaux à effectuer, comme pour la salle de concert Molodoï. Sauf que malgré les nombreux travaux réalisés, la maison est encore loin de pouvoir prétendre au statut « d’établissement recevant du public » (ERP).

Tout est à refaire

Il faut tout refaire pour s’accorder aux règles de circulation, d’évacuation et anti-incendies : les murs, le système électrique et les issues de secours. Alice, qui vit à Mimir depuis deux ans explique que les habitants ont collectivement décidé de ne pas demander de subventions ou de dépendre d’une aide financière de la Ville.

La Maison Mimir • Photo : Gaspard Glanz

La bibliothèque de la Maison Mimir (Photo : Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

Les travaux d’installation ont pu être réalisés grâce à des dons, à pas mal de débrouillardise et à la bonne volonté des membres fondateurs. Mais évidemment aujourd’hui, les moyens manquent pour franchir cette étape. Il est question de faire un appel au financement participatif (crowdfunding) à la rentrée pour financer les travaux, au moins l’achat des matériaux. Le montant de l’opération n’a pas encore été chiffré, mais il pourrait avoisiner plusieurs dizaines de milliers d’euros, une somme hors de portée pour l’association.

La menace d’une amende sur le débit de boissons

Sans oublier que le tribunal pourrait prononcer contre l’association une amende proportionnelle au montant estimé du chiffre d’affaires réalisé par la vente de bière. Alice est assez déçue par la tournure des événements :

« On a passé toute l’année sans problème, comme celle d’avant. Évidement on a eu quelques mains courantes des voisins pour le bruit, mais on faisait vraiment attention. Et là soudain, on a la police nationale qui débarque en pleine canicule, qui rentre et qui fait comme si elle ne connaissait pas les lieux… Je suis surtout très déçue pour tous les ateliers et les activités qui ont cessé suite à ça, et qu’il sera difficile de relancer ».

La Maison Mimir - Photo : Gaspard Glanz

L’étage des ateliers est aussi autogérée (Photo Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

Car la Maison Mimir était un lieu très actif avant cet incident : un atelier théâtre le lundi, un atelier de l’association Touch Arts (qui occupe une pièce de la maison) le mardi, une soupe populaire suivie d’une « jam session » le mercredi, un atelier jonglage le jeudi et des concerts les soirs de week-ends. Sans compter le « Barakawa » ouvert tous les jours de 18h à 23h, ainsi que la « Bagagerie », un espace ou environ une centaine de bagages de personnes sans domicile transitent et sont surveillés.

Mis à part la bagagerie, tout le reste est à l’arrêt pour l’instant. Mais Alice ne craint pas une éventuelle rupture du bail : « je le dis, on fêtera le nouvel an 2033 dans cette maison ».

La Maison Mimir - Photo : Gaspard Glanz

Les précédents travaux avaient seulement consolidé les structures de la Maison Mimir mais ne permettetn pas d’accueillir du public (Photo Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

Les lieux ne sont pas connus pour héberger des activités politiques. Alice est catégorique à ce propos :

« On a pris une décision collective d’apolitisme. On fait de la politique au quotidien, mais à une plus petite échelle, entre-nous quoi. Bien sûr qu’on a accueilli des conférences et des débats avec des militants anti-nucléaire, des soirées à thèmes, mais honnêtement on est assez peu politisés ».

Elle ajoute :

« Si on ferme, c’est aussi parce qu’on veut montrer au tribunal et à la Ville qu’on ne fait pas une course à la réouverture. On veut aussi réfléchir entre-nous, les habitants et les collectifs impliqués, sur une meilleure organisation des lieux, plus claire, plus juste, avec plus de créativité et d’investissement. Mimir ferme aujourd’hui pour mieux réouvrir demain. »

La Maison Mimir - Photo : Gaspard Glanz

Squat stable depuis deux ans, la Maison Mimir entre dans une période d’incertitude (Photo Gaspard Glanz / Rue89 Strasbourg)

Les habitants de Mimir réagissent

Suite à la publication de notre article, les habitants de la Maison Mimir se sont aperçus qu’ils n’étaient pas tous d’accord sur ce qu’il convenait de communiquer à la presse. Alors nous y sommes retournés le lendemain pour recueillir l’avis de « tous » les habitants, y compris ceux qui seraient « plus légitimes à s’exprimer » que les premiers que nous avions interviewés. Voici donc les précisions qui nous ont été communiquées :

– D’abord, la Maison Mimir n’est plus un squat puisqu’elle dispose d’un bail emphytéotique, d’une durée de 20 ans. L’appellation officielle de la Maison Mimir est celle d’un « centre autogéré social et culturel, devenu un lieu de solidarité et d’entraide ».
– Concernant la vente de la bière, elle se faisait dans le cadre d’un « cercle privé de membres de l’association Mimir (détenteurs de leurs cartes d’adhésion bien à jour). Le président a été auditionné par la Police suite à leur visite en soirée, et la Maison Mimir est en attente d’une décision du procureur dans cette affaire.
– « Vu l’ampleur du chantier, il est impossible à ce jour de définir une date de réouverture au public », alors que d’autres habitants nous parlaient au départ du printemps 2016. Cette fermeture est une conséquence des importants travaux à prévoir, et non d’un abandon du lieu, même si (quasiment) tous les ateliers seront à l’arrêt.
– Les habitants s’entendent bien avec le voisinage malgré les quelques plaintes, les concerts n’ont lieu que ponctuellement et pas hebdomadairement. Le « Barakawa » est sans fumée et sans alcool.

G.G.

(Article mis à jour le 17 juillet 2015 à 18h pour intégrer des précisions de l’association Mimir)

L'AUTEUR
Gaspard Glanz
Gaspard Glanz
Journaliste et Reporter vidéo TaranisNews.com Strasbourg, Rennes, Paris.

En BREF

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 319 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 414 visites. 5 commentaires.

À Kolbsheim, 10 jours pour envisager l’après-GCO

par Rue89 Strasbourg. 1 330 visites. Aucun commentaire pour l'instant.