Enquêtes et actualité à Strasbourg et Eurométropole

Une manifestation en soutien aux familles menacées d’expulsion samedi 4 février

Le collectif « Familles exilées, insérées, engagées pour les papiers » appelle à une manifestation samedi 4 février, place du Corbeau à Strasbourg.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89 Strasbourg, abonnez-vous.

Une manifestation en soutien aux familles menacées d’expulsion samedi 4 février

« Si nous sommes ici, ce n’est pas pour le confort. C’est pour nous sauver, nous et nos enfants. » Ces mots sont ceux des familles de migrants qui ont reçu une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) il y a quelques semaines.

Conditions de logement et de vie indignes

Parmi elles, certaines se retrouvent logées par l’association Coallia dans un hôtel de Geispolsheim, depuis août 2022. Les conditions de vie dans l’établissement « sont indignes » selon ces familles qui dénoncent « des chambres trop petites », mais surtout « des bagarres quotidiennes et un personnel qui abuse de notre vulnérabilité et nous humilie ». Au point de préférer dormir dans des voitures, ou dans la rue.

Gabriel Cardoen, membre du collectif « Familles exilées, insérées, engagées pour les papiers », raconte :

« La situation dans l’hôtel, c’est une hémorragie. Les conditions y sont tellement difficiles que les familles préfèrent aller dans la rue. Hier soir, il y a encore eu une bagarre, avec la police, et les gendarmes en masse. »

Selon le bénévole, au moins une dizaine de familles seraient concernées par ces OQTF et vivraient dans la peur quotidienne de se faire expulser et renvoyer dans leur pays d’origine. Mais « il y en a dans toutes les écoles de Strasbourg », glisse-t-il.

À Geispolsheim, l’hôtel où sont logées des familles de migrants sans-papiers. Selon le collectif qui regroupe ces familles, les conditions de vie « y sont indignes » / Photo GC / Rue89 Strasbourg.

« Nos enfants parlent français, ont des amis, sont scolarisés »

Pour lutter contre leur expulsion, et pour dénoncer les conditions indignes dans lesquelles ils sont traités, le collectif « Familles exilées, insérées, engagées pour les papiers » organise ce samedi 4 février une manifestation de soutien à ces familles. Le point de rendez-vous se fera place du Corbeau, avec pour destination la Préfecture.

Dans le communiqué, on peut lire les mots de ces migrants : « Notre seul tort est d’être né dans le mauvais pays. Nous ne demandons pas la charité. Juste retrouver une vie normale et sans danger. »

« Nos enfants ne parlent déjà que le français dans la famille, certains n’ont même aucun souvenir de leur pays d’origine. Ils sont scolarisés, ils font du théâtre, de la musique, ils ont des amis, des hobbies… »

Selon Gabriel Cardoen, « le but de cette manifestation, c’est aussi de donner de la visibilité et de la confiance, pour que toutes celles et ceux qui ne sont pas dans des réseaux de soutien, viennent à nous. »


#Gabriel Cardoen

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options