Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Marguerite, ou la représentation dissonante d’une vie ratée
Rives et Toiles
L'actualité du cinéma à Strasbourg, laissez vous guider et n'ayez pas peur, j'ai l'habitude.
blogs Rives et Toiles 

Marguerite, ou la représentation dissonante d’une vie ratée

par Eve.
Publié le 24 septembre 2015.
Imprimé le 16 janvier 2022 à 19:29
2 061 visites. 3 commentaires.
La vie est un grand théâtre où la dissonance ne s'entend plus.

La vie est un grand théâtre où la dissonance des mensonges ne s’entend plus (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

Inspiré d’une histoire vraie qui se trame dans l’air du temps des années 20, le dernier film de Giannoli raconte la vie rêvée de Marguerite, cette baronne riche et mal aimée qui aurait voulu être cantatrice. Amour, « chantage » et trahisons sont au menu de ce récit qui déploie la façon dont un mensonge gigantesque se construit et finit par se maintenir comme une évidence, au point de se transformer en délire. Une intrigue à la fois tragique et comique, haute en sons et riche en couleurs.

BlogLe Truman Show nous l’avait déjà démontré avec force : la vie est un théâtre, une mise en scène où tout est calculé, et nos pensées et nos émotions sans cesse en quête de représentation, ne nous appartiennent que très rarement. Il y a toujours quelque chose ou quelqu’un qui pousse à ce que nous sommes, le plus souvent à notre corps défendant.

Pour illustrer cette réalité Xavier Giannoli installe avec virtuosité dans son dernier film, Marguerite, un décor très élaboré et parfaitement fidèle aux années folles, cette période étrange et pleine de créativité qui oscille entre kitch, dadaïsme et surréalisme. Étoffes et accessoires, parades, figurants et mises en scènes factices, les coulisses d’une fausse vie sont en place et le rideau s’ouvre sur un drame peu commun qui voit peu à peu une riche baronne s’enfoncer dans le néant d’une vie imaginaire.

Show must go on!

Show must Go on! Le spectacle de notre vie manifeste toujours la vérité d’un désir profond (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

Beaucoup de costumes, de décors et de personnages secondaires meublent l’histoire de Marguerite, qui chantait si faux que personne n’avait jamais osé le lui dire. Souvent succulents, comme celui du maître de chant, ces seconds rôles sont censés offrir le contrepoint, l’angle de vue extérieur, mais leur pertinence reste parfois discutable.

Le journaliste et la jeune soprano virtuose jouent leur partition sans lien véritable avec la fausse ascension de cette vraie baronne qui chante son désespoir, et leurs différentes apparitions loin de donner de l’intensité au scénario, l’alourdissent le plus souvent.


15 / 20

Un film intense et puissant malgré sa longueur persistante de bout en bout. À la façon du regard de ce majordome qui fixe les images, l’ensemble aurait gagné à être focalisé sur les enjeux et les problématiques très poignantes que le film soulève.
Un moment fort, dépaysant, drôle et émouvant, tendre et cruel.


Du manque d’amour à la construction d’un succès qui sonne faux

Cette obsession qui consiste à persister dans nos symptômes, à vouloir nous maintenir dans tout ce qui nous fait souffrir, trouve en Marguerite une illustration paradigmatique. « J’ai consacré toute ma vie à la musique », affirme-t-elle, alors qu’elle est dans l’impossibilité de prendre du plaisir à cette passion. C’est dans la solitude la plus totale vis-à-vis de tous ceux qui la fuient, et dans un sentiment permanent de ne jamais pouvoir parvenir à ses fins, qu’elle fait du chant son sacerdoce.

Ainsi, c’est par cet effort d’exister dans la dissonance qu’elle s’approprie une vie fausse, creuse et ratée. Le ridicule de sa misère psychologique -enfermée dans la cage dorée du rang qu’un homme sans fortune lui a donné par le mariage-, devient la véritable passion à laquelle elle s’accroche. Pour ce faire, elle se maintient dans une naïveté enfantine, fait mine de ne pas saisir que son mari se moque d’elle, et combien son entourage n’est là que pour profiter de sa fortune.

Entre deux hommes et deux mensonges qui s’opposent

Au fondement de toute cette supercherie, l’immense capacité que nous avons tous à nous mentir, à ne pas voir nos limites et nos failles, à ne pas reconnaître nos erreurs quand bien même elles seraient aussi stridentes dans nos existences que la voix de Marguerite.

Dans la course aux vanités, le champion n'est pas celui qui arrive le premier

Dans la course aux vanités, le champion n’est pas celui qui arrive le premier (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

C’est bien à partir de ce manque de conscience de soi patent (qui vire au pathologique), qu’une telle entreprise de fausse-réalité peut s’ériger. La structure de cet édifice tient sur le mépris et l’absence -même si parfois un peu coupable- de toute considération de la part de celui qui profite d’elle sans vergogne: son époux. Il ne peut la supporter sans la dénigrer.

Il déplace tout le rejet qu’il a de la situation dans laquelle il s’est mise sur le dégout qu’il a du numéro de cirque que lui inflige cette femme qui déraille. On comprend assez vite que la voix de casserole de son épouse est le cadet de ses soucis. Il ne l’aime pas, il ne l’a jamais aimée, et c’est par-delà tout ce qui l’affecte dans le ridicule spectaculaire qu’elle produit.

Un majordome respectueux et dévoué

Et puis il y a ce majordome qui la contemple à travers l’objectif de son appareil photo, et qui caresse sa peau dans le bain de développement ou apparaissent tous ces clichés qu’il prend avec amour. Le domestique en question est noir, il travaille chez des bourgeois français dans années 20, il a toute la sensibilité requise et l’empathie nécessaire pour comprendre ce que signifie dissoner dans le monde.

Mentir par respect, par souci de protéger, est-ce de l'amour?

Mentir par respect, par souci de protéger, est-ce de l’amour? (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

Il la protège de son malheur en lui mentant à son tour, mais par affection, par tendresse, par envie de l’épargner de cette réalité humiliante qui fait d’elle une femme délaissée et rabaissée par un mari qui se joue d’elle. Personnage à la fois secondaire mais complètement central du point de vue de l’intensité qu’il confère à tant de scènes, il parle peu et son regard en dit long.

Son mensonge se fait dans le silence et dans l’organisation très discrète de toutes les conditions de possibilité d’une supercherie à si grande échelle. Il impose subrepticement aux autres de participer à cette vaste entreprise de faussaires, chacune de ses apparitions préfigure un tournant de ce drame, une étape supplémentaire franchie dans l’enlisement.

Mensonges, vie sociale, représentation de soi et mondanités ne font qu'un

Mensonges, vie sociale, représentation de soi et mondanités ne font qu’un (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

Peut-on sortir de l’enfermement d’une vie inventée de toutes pièces ?

Un mensonge se maintient-il du fait d’un engrenage, ou tout simplement du fait qu’il a engagé l’existence sur une certaine voie qui n’en admet plus d’autre? Marguerite a-t-elle mieux à faire qu’à être une chanteuse ratée dont tout le monde se moque ? Ce n’est pas si sûr… et c’est pour cela qu’elle persiste avec tant d’acharnement dans sa condition de femme grugée.

Est-elle capable de développer autre chose d’elle-même que de jouer ce personnage crédule dont tout le monde tente de profiter? La seule promotion pour laquelle elle serait encore prête à sacrifier tout le théâtre, les costumes et les figurants (tous grassement payés) avec lesquels elle joue la représentation grinçante d’une vie ratée, serait l’amour de son mari. Elle le cherche et l’attend encore, mais plus elle le demande, plus il a honte d’en être incapable. Ce cercle vicieux devient pathétique au point d’éveiller en lui une certaine pitié par delà tout le mépris que le délire de Marguerite lui inspire.

La Bande-Annonce

Cette «vie-rtuelle» complètement inventée de toute pièce, se réifie par des images, les objets et les photos que La Baronne collectionne… Instagram et Snapchat n’ont finalement rien inventé de bien nouveau. La construction de vies imaginaire a depuis toujours les moyens de se développer, même sans internet et les réseaux.

Les salons, les œuvres de bienfaisance, les salles de théâtres et les dîners ennuyeux où l’on recevait pour devenir « famous » ou influent, avaient déjà un rôle prépondérant dans la vie sociale des années 20. Il existait déjà de nombreuses formes de rassemblements où tout le monde savait que mentir et divertir la galerie est un des meilleur moyen de se donner le sentiment -tout illusoire qu’il fût-, d’avoir de la valeur.

Une vraie vie qui aurait lieu en dehors de celle que nous avons imaginée, existe-elle?

Une vraie vie qui aurait lieu en dehors de celle que nous avons imaginée, existe-elle? (Photo Concorde Filmverleih GmbH)

La vie est aussi vécue sous forme de jeux, de compositions et de postures qui concentrent beaucoup d’efforts de la part de ceux qui les déploient, et énormément d’attention de la part de tous les spectateurs qui s’y attachent. Ces multiples représentations de ce que nous ne sommes pas, n’ont au final pas moins de réalité dans notre équilibre psychique que la vraie vie. La real life aurait-elle lieu sans toutes les constructions imaginaires qui la soutiennent ?

A voir à Strasbourg, dans les cinémas UGC Ciné-Cité et Star Saint-Exupéry

Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 26/09/2015 à 09h52
L'AUTEUR
Eve
Eve
Mordue de ciné, de rock et d'expos peinture, passionnée de cuisine et pâtisserie, gourmande de BD, réseaux-sociaux-addicted, adepte croyante mais non pratiquante de la psychanalyse. Sinon, je déteste le fenouil, les piscines, discuter politique et les promenades dans la nature.

En BREF

« Nous n’en pouvons plus » : grève et manifestations des enseignants jeudi 13 janvier

par Thibault Vetter. 2 759 visites. 3 commentaires.

« Les enseignants nous appellent en pleurs » : les écoles du Bas-Rhin sous-équipées face à la pandémie

par Thibault Vetter. 18 682 visites. 13 commentaires.

« Pour la mort annoncée de l’hôpital public » : initiée à Strasbourg, la minute de silence gagne toute la France

par Guillaume Krempp. 2 843 visites. 6 commentaires.
×