Médaille d’honneur à Matt Pokora : coup de buzz et critères bidons
Société 

Médaille d’honneur à Matt Pokora : coup de buzz et critères bidons

actualisé le 13/02/2014 à 18h41

Matt Pokora a signé le livre d'or de la ville - mercredi 12 février (Photo Camille Feireisen / Rue89 Strasbourg)

Matt Pokora a signé le livre d’or de la ville – mercredi 12 février (Photo Camille Feireisen / Rue89 Strasbourg)

Le jeune chanteur pop strasbourgeois, Matt Pokora, a reçu mercredi soir à l’Hôtel de ville « la médaille d’honneur » de Strasbourg, remise par le maire en personne. Avec ses critères d’attribution discrétionnaires, cette médaille permet surtout à Roland Ries (PS) de faire le buzz.

Profitant de son passage dans sa hometown à l’occasion de la tournée de son spectacle Robin des Bois au Zénith, le maire de Strasbourg Roland Ries a choisi de décerner la médaille d’honneur de la ville à Matt Pokora. Le jeune chanteur de 28 ans est né à Strasbourg et a grandi à Schiltigheim où il donne ses premiers concerts avec son groupe de musique, Mic Unity. Le grand public le découvre en 2003 dans l’émission Popstars dont il sort lauréat avec son boys band, les Linkup, qu’il quitte l’année suivante pour entamer une carrière solo. Plusieurs fois récompensé aux NRJ Music Awards, Matt Pokora est le troisième alsacien à avoir fait son entrée au musée Grévin, en octobre 2013.

La star avait partagé son émotion sur son compte Twitter avec ses quelque 1,67 million de followers à l’annonce de la distinction offerte par « sa » ville :

Capture compte Twitter Matt Pokora

Capture compte Twitter Matt Pokora

Le tweet a été partagé plus de 1 300 fois et « liké » près de 11 000 fois sur le compte Facebook du chanteur, maintes fois commenté aussi, par des internautes en majorité fiers de leur idole mais parfois aussi interloqués par l’utilité et la raison de cette médaille, dite « d’honneur ».

Une « geste de reconnaissance »… et c’est tout

À ne pas confondre avec le titre de « citoyen d’honneur », un geste éminemment politique, qui honore les mérites et les qualités morales d’un citoyen ayant joué un rôle positif ou valorisant pour la ville et dont la nomination a un intérêt public local, la médaille d’honneur est un petit coup de brillantine que la ville s’applique à elle-même.

Le statut de « citoyen d’honneur » n’apporte pas d’avantages outre le titre honorifique et un diplôme signé par le maire, mais peut faire l’objet de controverses et le titre peut être retiré à son bénéficiaire par décision de justice. À Strasbourg, le dernier à avoir reçu ce titre était Winston Churchill, en juillet 1949. Bien loin de la politique et des devoirs civiques, la médaille d’honneur est accordée à des citoyens français ou étrangers qui contribuent au rayonnement de la commune et à son dynamisme culturel, intellectuel ou économique… selon l’humeur du maire.

Elle ne  confère donc pas de statut particulier à son bénéficiaire. Ni rien d’autre d’ailleurs. Si ce n’est la gratitude et un « geste de reconnaissance » de la municipalité, selon la Ville de Strasbourg :

« Il n’y a pas de critères spécifiques pour recevoir la médaille. Elle est décernée à des personnalités qui participent au rayonnement de la ville et dont Strasbourg peut être fière. Il n’y a aucun avantage, pas de statut, ni de droit ou de devoir. »

En contrepartie, Matt Pokora a signé le livre d’or de la Ville lors de la cérémonie de sa remise de médaille. Un livre signé par les grandes figures de passage à Strasbourg pour dire qu’ils ont foulé les pavés de la capitale européenne et une façon pour les différentes municipalités de promouvoir leur cité.

Livre d’or de la Ville durant le mandat de Roland Ries

Autres titulaires de la médaille de Strasbourg, deux prix Nobel de la paix

Le maire reste seul décisionnaire de la personnalité à qui il décernera la médaille, mais les propositions peuvent venir de tierces personnes. Difficile d’obtenir les chiffres précis du nombre de médailles remises au cours des différents mandats, mais ce serait « une tradition pérenne » selon la Ville. Sur la liste des signataires du livre d’or de Strasbourg, certains auraient été bénéficiaires de cette médaille.

Ainsi Tawakkul Karman, prix Nobel de la paix en 2011, l’a reçue en mai 2012. Pour la journaliste et militante yéménite, c’est son engagement en faveur de la démocratie, notamment durant les « Printemps arabes » qu’a souhaité récompenser la Ville, en tant que « capitale européenne des droits de l’Homme ». Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991, s’est vue décernée la médaille d’honneur de Strasbourg en avril 2010.

Roland Ries et Matt Pokora hier soir à l'hôtel de ville de Strasbourg (Photo Camille Feireisen / Rue89 Strasbourg)

Roland Ries et Matt Pokora hier soir à l’hôtel de ville de Strasbourg (Photo Camille Feireisen / Rue89 Strasbourg)

Apporter de la visibilité à Strasbourg

D’après la Ville, il s’agit d’une « tradition qui existe aussi loin que s’en souviennent les mémoires collectives ». Mais le fait que cette médaille ait été attribuée à Matt Pokora, figure populaire du showbizz français, « a suscité un subit intérêt de la presse et des citoyens strasbourgeois ». Du coup, si les questions fusent sur la raison d’attribution de cette médaille, les réponses restent hésitantes. La Ville détaille tout de même :

« L’attribution se fait au cas par cas. En ce qui concerne Matt Pokora, la Ville reconnaît sa notoriété en tant que personne publique et celle qu’il apporte à Strasbourg par la même occasion. Le jeune homme a plus d’un million de fans qui le suivent sur les réseaux sociaux. Il n’a jamais nié ses origines alsaciennes et parle avec amour de sa ville d’origine, Strasbourg. C’est « l’enfant du pays » et il contribue au rayonnement de notre région. Entre sa tournée avec les Enfoirés et son nouveau spectacle, Robin des Bois, il participe amplement à faire connaître et aimer sa ville partout en France. Tout à coup, tout le monde se tourne vers cette médaille, tant mieux si cela fait enfin connaître la démarche de la Ville, mais cela fait longtemps qu’elle existe. »

Aux mauvais coucheurs qui songeraient à reprocher à Roland Ries d’utiliser la notoriété de Matt Pokora en pleine campagne des élections municipales (cf. sa page Facebook), le maire pourrait répondre que les fans du chanteur ne sont pas encore en âge de voter…

L'AUTEUR
Camille Feireisen
Camille Feireisen
Pigiste et philanthrope qui a la bougeotte. Aimant écrire sur la culture et la société, les bons plans sorties ou les manifs du samedi et, parfois, tout en même temps.

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 831 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 133 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 808 visites. 7 commentaires.