Pourquoi vous êtes toujours coincés chez Électricité de Strasbourg
Société 

Pourquoi vous êtes toujours coincés chez Électricité de Strasbourg

(Baptiste / Flick / Cc)

Suivre son chemin (Photo Baptiste / Flick / Cc)

Depuis le 1er juillet 2007, 100% du marché de l’énergie est ouvert en France. 100% ? Non, en fait 95%. Et dans les 5% restants, Strasbourg figure en bonne place avec sa puissante « entreprise locale de distribution », le groupe Électricité de Strasbourg (ÉS). Pourquoi les Strasbourgeois sont-ils toujours pieds et poings liés avec ce fournisseur historique ? Explications.

– « Bonjour Madame, répond l’hôtesse d’Energie-info, site d’information des pouvoirs publics pour les consommateurs d’électricité et de gaz naturel.

– Bonjour, j’habite à Strasbourg et le comparateur du site ne m’indique qu’un seul fournisseur d’électricité et de gaz. Pourquoi ?

– Ah, votre code postal, c’est bien 67000 ? C’est normal, vous êtes sur le territoire d’une régie locale, les autres fournisseurs ne se sont pas installés. Plaignez-vous à votre mairie… »

Pas installés ? Pourtant, le ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie assure, dans sa présentation des étapes de l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité, que 100% du marché, soit 27 millions de clients domestiques, peuvent « librement changer de fournisseur et contractualiser des offres à un prix libre » depuis le 1er juillet 2007. Sauf qu’il est toujours impossible pour les Strasbourgeois d’avoir accès aux offres de la quinzaine de fournisseurs alternatifs, tels Direct Energie et ses prix en moyenne 5% moins chers que les fournisseurs historiques (EDF en tête), ou Enercoop et son offre en énergie renouvelable.

Comparateur d'offres de fournisseurs d'électricité et de gaz (Capture site Energie-info)

Comparateur d’offres de fournisseurs d’électricité et de gaz (Capture site Energie-info)

« Quand on a une demande, on est incapable de répondre »

Sur le site internet d’Enercoop par exemple, c’est confirmé, le client strasbourgeois apprend que le fournisseur ne peut « malheureusement pas satisfaire [sa] demande, car [il] dépend d’une Entreprise Locale de Distribution dont Enercoop n’a pas la possibilité d’alimenter les clients ». L’entreprise locale de distribution ici, c’est le groupe Électricité de Strasbourg, sa filiale ÉS Énergies Strasbourg, qui assure la vente d’électricité aux particuliers, professionnels, entreprises et collectivités et, depuis octobre 2005, la vente de gaz à des clients industriels, mais surtout ÉS Réseaux, qui achemine l’énergie jusque chez les clients. On parle pour cette dernière entité, indépendante de la branche commerciale du groupe, de gestionnaire de réseau ou de distributeur.

Alors, pourquoi le marché ne s’est-il pas ouvert localement ? À l’Ademe Alsace, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, même le directeur Jérôme Betton est « un peu à sec sur le sujet ». Et de renvoyer les curieux vers les espaces info énergie à Strasbourg, Alter Alsace énergies ou la Chambre de consommation d’Alsace (CCA). Dans ces deux structures, pas mieux : « Quand on a une demande de particulier qui veut changer de fournisseur, remarque-t-on chez Alter Alsace énergies, on est incapable de répondre ». « Orientez-vous vers le groupe ES Energies », répond-t-on du côté de la CCA.

170 entreprises locales de distribution conservent, de fait, leur monopole

C’est finalement chez le Médiateur national de l’énergie, saisi des différends entre consommateurs et fournisseurs d’énergie, que notre lanterne commence à s’éclairer. La chargée de communication du Médiateur, Aurore Gillmann, explique :

« Les entreprises locales de distribution (ELD), environ 170 en France, sont un héritage de la loi de 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz. [En parallèle de la création d’EDF et GDF] des monopoles historiques locaux ont perduré, principalement à Strasbourg, Metz ou Grenoble. Sur ces territoires, la loi autorise la concurrence, mais ne l’a pas forcément organisée. Alors, si les ELD font blocage, les nouveaux entrants n’y vont pas forcément. »

« Blocage » informatique ou choix commercial ?

À Strasbourg, ce « blocage » serait d’origine informatique, apprend-t-on auprès d’Enercoop. Judith Schneider, chargée de communication de la petite coopérative (21 000 clients en France), explique :

« En tant que fournisseur national, nous ne travaillons qu’avec un seul gestionnaire de réseau, ERDF, qui nous fournit des données sur les réseaux, les relevés des compteurs et les estimations de la consommation des particuliers et des professionnels. Ces flux d’informations sont délivrées dans un format spécifique, que nous avons intégré dans notre système de facturation. Or, dans le cas des ELD, le format informatique est différent. Pour décrypter leur flux, il nous faudrait développer des systèmes compatibles, différents à chaque fois. Alors, comme cela ne représente que 5% du territoire, c’est trop compliqué pour nous… »

Un choix commercial, donc. Mais, comprend-t-on, imposé par le peu de zèle des ELD à faire évoluer leur système. Aurore Gillmann du Médiateur glisse encore à ce propos : « Si le problème est dû à une incompatibilité des systèmes informatiques, c’est une contrainte technique qui pourrait être levée… » La collectivité (l’Eurométropole), elle, ne se mouille pas trop : « Il n’y a pas de difficulté réglementaire, tout le monde peut s’implanter, rapporte l’une des attachées de presse de la Ville. De toute façon, nous ne nous occupons pas de fourniture, uniquement des réseaux ».

Du côté d’ÉS Réseaux, l’on dément en revanche avec force toute discrimination envers d’autres fournisseurs que le fournisseur historique. Vincent Hoffbeck, directeur adjoint de la filiale de distribution d’ÉS, assure :

« Notre système de données et de comptage, qui permet aux fournisseurs de facturer aux clients, est à la pointe de ce qui se fait. Il ne présence aucune difficulté et respecte les règles du marché. D’ailleurs, 13 fournisseurs ont signé un contrat avec nous (PDF) [ndlr, sans forcément être actifs] et, sur le segment des entreprises, 50% du marché est occupé par d’autres fournisseurs qu’ÉS [Energies]. Ce qui veut dire que quand ils y voient un intérêt, les fournisseurs alternatifs interfacent leur système avec le nôtre. »

Pour les gros consommateurs, le marché s’entre-ouvre

À la Commission de régulation de l’énergie, chargée par l’Etat de surveiller les marchés et de garantir l’indépendance des gestionnaires de réseaux, Anne Monteil, responsable communication, confirme, tout en restant prudente :

« On surveille l’ouverture du marché, mais ce n’est pas à nous de l’organiser. S’il y avait discrimination, on interviendrait. Aujourd’hui, nous considérons que ce sont les fournisseurs alternatifs qui ne jugent pas commercialement intéressant de s’implanter. »

Dont acte. Il faudrait donc que la demande auprès de l’un des fournisseurs alternatifs soit localement si forte que ce dernier juge rentable de venir taper à la porte d’ÉS. C’est ce qui commence à se passer sur le marché professionnel, assure Vincent Hoffbeck. Certains gros consommateurs, comme des entreprises privées ou, pourquoi pas, des collectivités, peuvent effectivement, d’après nos tests sur le comparateur d’Energie-info, souscrire dès à présent un abonnement électricité ou gaz chez le fournisseur historique, mais aussi chez Total. Nucléaire ou pétrole. Pour les particuliers qui désireraient soutenir la filière renouvelable, reste le « Pass 100% vert » d’ÉS, plus cher que l’offre classique.

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Une marche dimanche contre le centre de primatologie

par Rue89 Strasbourg. 723 visites. 1 commentaire.

Ce week-end, le Selbst Gemacht à la Semencerie sera bien le dernier

par Pauline Ruhlmann. 1 305 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Mercredi, image rare d’une Justice accessible

par Pierre France. 1 111 visites. 3 commentaires.