Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Mutinerie à l’UMP : les militants exigent des primaires pour Strasbourg
Politique 

Mutinerie à l’UMP : les militants exigent des primaires pour Strasbourg

par Marie Marty.
Publié le 23 mai 2013.
Imprimé le 31 janvier 2023 à 11:37
2 306 visites. 9 commentaires.
La page Facebook lancée mercredi 22 mai (Capture MM)

La page Facebook lancée mercredi 22 mai (Capture MM)

Ils en ont plus que marre d’être de simples « petites mains » qui collent des affiches et tractent pour le compte des dirigeants du parti, dans leur « tour d’ivoire ». Quelques dizaines de militants et sympathisants UMP réclament des primaires ouvertes le plus rapidement possible pour désigner eux-mêmes le candidat de droite à la mairie de Strasbourg en 2014.

A l’UMP du Bas-Rhin, c’est la mutinerie. Une quinzaine de militants et sympathisants strasbourgeois, déjà rejoints par plusieurs dizaines d’autres assurent-ils, réclament depuis des mois la tenue d’une primaire pour désigner eux-mêmes le candidat pour lequel ils se mobiliseront l’année prochaine. Or, il y a 10 jours, le bureau politique de l’UMP du Bas-Rhin, composé en grande partie d’élus, a repoussé une nouvelle fois cette idée. André Reichardt, président de l’UMP 67 et vice-président du conseil régional d’Alsace, explique :

« Au bureau national, Jean-François Copé a mis une option sur la primaire à Strasbourg. Je suis allée au bureau fédéral [local] avec un calendrier pour organiser cette primaire, mais le bureau a considéré que c’était prématuré. On préfère attendre – moi y compris – que les intéressés s’entendent entre eux pour faire une liste d’union. Je sais que Fabienne Keller, François Loos et Jean-Emmanuel Robert continuent à se rencontrer par personnes interposées… Le principe de la primaire n’est pas évacué, mais reporté à la rentrée si rien ne ressort de ces discussions. »

« Manière archaïque de faire de la politique »

Irrités, voire révoltés par cet autisme des apparatchiks, le militant Jérôme Feuerstein et quelques amis ont lancé hier mercredi 22, une page Facebook « Pour une primaire ouverte UMP à Strasbourg« , et envoyé un courrier à André Reichardt. Extraits :

« Comme vous le savez, il existe plusieurs façons de désigner une tête de liste : la méthode que nous qualifierions de pyramidale, c’est-à-dire la désignation du candidat par une commission d’investiture parisienne plus ou moins en lien avec les élus locaux et avec laquelle les militants et les sympathisants sont priés de trouver leur compte. Cette méthode, abondamment utilisée par le passé est aujourd’hui, selon nous, discréditée à une époque où les citoyens peuvent interpeller directement leurs élus sur les réseaux sociaux et devenirs leurs propres journalistes (sic) en ouvrant un blog.

En effet quelle serait la légitimité d’un candidat choisi d’une telle façon ? Assez faible nous le craignons, et c’est pour cela que nous rejetons cette manière archaïque de faire de la politique. (…) Pour finir, Monsieur le Président, nous tenons à préciser que notre démarche n’a pas pour but de favoriser tel ou tel candidat déjà déclaré ou bien futur déclaré. Chacun est légitime à se présenter et les sympathisants choisiront. »

« Un manque de respect envers la base »

Par ces actions – page Facebook, courrier au président, rencontres internes – les militants espèrent « influencer le bureau pour que cette primaire devienne sa priorité ». Jérôme Feuerstein, initiateur du mouvement, prévient :

« Nous, nous sommes les petites mains du parti. Pendant les campagnes, on tracte à 6 heures du matin aux arrêts de tram, on colle des affiches à 23 heures. On a le droit, voire le devoir, de soutenir cette possibilité de choisir [pour qui on fait tout ça] ! Il faudrait que cette primaire ait lieu le plus tôt possible, idéalement fin juin, même si nous savons que c’est un peu court. Au pire, mi-septembre, mais il faudra alors impérativement qu’on sache pour qui on va se battre.

On ne peut pas imaginer aujourd’hui que le bureau ne change pas sa position. Ce serait un manque de respect total vis à vis des militants de la part de ceux qui sont dans leur tour d’ivoire ! On le vivrait très mal. Ce qu’on dit, c’est que ceux qui soutiennent la primaire soutiendront le candidat qui en sortira, que ce soit François Loos, Jean-Emmanuel Robert, Fabienne Keller ou même Robert Grossmann. A l’inverse, si le candidat est désigné par la main de Dieu, pas sûr qu’on ait envie de jouer les distributeurs de courrier pour lui… »

Loos et le Tandem, laminés par une primaire ?

Menaces de faire une campagne a minima ? Elle n’est même pas déguisée. A noter que la primaire pourrait être favorable à Jean-Emmanuel Robert, plus proche des militants que l’ancien Tandem ou que François Loos, candidat centriste (UDI), qui refuse pour le moment toute idée d’union de premier tour avec l’UMP.

Par ailleurs, le maire sortant Roland Ries (PS) doit annoncer dans le courant du mois de juin s’il est candidat ou pas à sa propre succession. Les écologistes eux, doivent désigner leur tête de liste le 26 juin. Le Front national s’est déjà prononcé. Son candidat est l’avocat André Kornmann.

Article actualisé le 13/06/2013 à 19h34
L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Le budget de crise de la Ville de Strasbourg en débat au conseil municipal

par Pierre France. 709 visites. 4 commentaires.

Consultation citoyenne sur la sobriété énergétique : forte participation, peu de solutions radicales

par Maud de Carpentier. 824 visites. 3 commentaires.

Heineken : une cagnotte Leetchi pour aider les grévistes à sauver leurs emplois

par Thibault Vetter. 1 307 visites. 2 commentaires.
×