Naoto Kan, ancien premier ministre japonais : « Une centrale nucléaire sûre est une centrale fermée »
L'actu 

Naoto Kan, ancien premier ministre japonais : « Une centrale nucléaire sûre est une centrale fermée »

Naoto Kan, ancien premier ministre japonais, prône la fermeture des centrales nucléaires. "Les énergies renouvelables sont bien moins chères", affirme-t-il.

L’ex-premier ministre japonais Naoto Kan était à Strasbourg mercredi 14 mars. L’homme politique était au pouvoir lors de l’accident nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011. Depuis, il soutient une transition vers les énergies renouvelables. Naoto Kan a encouragé les militants anti-nucléaire à redoubler d’efforts pour fermer la centrale de Fessenheim.

« Il faut fermer au plus vite les centrales nucléaires. » Naoto Kan, ancien premier ministre japonais, est catégorique. Mercredi 14 mars, à l’hôtel de ville de Strasbourg, les opposants à la centrale de Fessenheim sont ravis. Ils applaudissent. Cette conférence les revigore : le 12 mars, l’Autorité de sûreté nucléaire a autorisé le redémarrage du deuxième réacteur de la centrale nucléaire alsacienne. Il était à l’arrêt depuis juin 2016.

Devant une cinquantaine de militants écologistes et d’élus strasbourgeois, l’ex-chef de l’État japonais a expliqué son revirement sur le nucléaire. Le 11 mars 2011, il doit gérer la catastrophe de Fukushima. Par la suite, des simulations lui apprennent que l’orientation des vents a joué en sa faveur lors de l’accident. Une météo différente aurait conduit à l’évacuation de la capitale japonaise et de toute la population dans un rayon de 200 kilomètres autour de la centrale.

« Les énergies renouvelables peuvent remplacer le nucléaire »

Naoto Kan a appelé à une transition rapide vers les énergies renouvelables. « Elles sont bien moins coûteuses que la production d’une centrale nouvelle génération comme celle de Flammanville », a-t-il affirmé. Puis l’ancien premier ministre a conseillé les opposants au nucléaire :

« Il faut parler des énergies renouvelables et démontrer qu’elles peuvent complètement remplacer le nucléaire. Vous pouvez donner l’exemple des pays voisins de la France comme l’Allemagne, l’Espagne et le Danemark. Au Danemark, 60% de l’électricité est produite grâce aux énergies renouvelables. Donc pourquoi pas en France? [où le nucléaire représente 72% de la production d’électricité, ndlr] »

Naoto Kan a ensuite terminé sa tournée française au Parlement européen de Strasbourg. Mardi 13 mars, il était invité à l’Assemblée Nationale par le groupe de la France Insoumise. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon organise jusqu’au 18 mars une consultation sur la sortie du nucléaire.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Le bar La Solidarité vandalisé dimanche soir

par Judith Barbe. 1 430 visites. 2 commentaires.

Coupe du monde : Strasbourg en fête après la victoire des Bleus!

par Guillaume Krempp avec Jean-François Gérard. 2 924 visites. 2 commentaires.

Ouverture d’une enquête judiciaire sur la mort de Naomi Musenga

par Jean-François Gérard. 1 742 visites. 2 commentaires.