Nicolas D’Ascenzio nommé pour préparer l’autonomie du Shadok
Culture 

Nicolas D’Ascenzio nommé pour préparer l’autonomie du Shadok

La Ville de Strasbourg a nommé un nouveau directeur pour le Shadok, sa structure dédiée aux arts et aux enjeux numériques. Nicolas D’Ascenzio a dirigé une structure similaire à Metz, Bliiida laquelle a pris son autonomie. Il doit préparer le Shadok à sortir à son tour de la régie municipale.

Nicolas D’Ascenzio est heureux d’être à Strasbourg. Impliqué dans la fondation, puis la direction du tiers-lieux Bliiida à Metz, il est à 35 ans le nouveau directeur du Shadok, un lieu dont il a suivi la course depuis sa fondation en avril 2015.

Car la vie du Shadok a été mouvementée. Lancé par la Ville de Strasbourg pour servir de point d’ancrage aux industries culturelles et créatives, il a plutôt fonctionné comme un centre culturel, avec une activité foisonnante d’expositions, de rencontres, conférences et de résidences. Les liens avec le secteur économique se sont progressivement distandus… alors que le bâtiment devait être le « totem » de la French Tech Alsace.

À Bliiida en revanche, l’alchimie entre les starts-ups et les artistes a mieux fonctionné. Certes le lieu messin est beaucoup plus grand (30 000 m²) mais l’activisme de Nicolas D’Ascenzio y est certainement aussi pour quelque chose.

Note d’intérêt

Rue89 Strasbourg est partenaire du Shadok. Nous y organisons et animons un cycle de conférences sur les enjeux du numérique : Tous connectés et après ?

Mission globale avec la Coop et la Manufacture

Constatant cela, la Ville lui a confié une mission globale sur les industries créatives, incluant toute la démarche avec les start-ups qui s’installent à la Coop et plus tard à la Manufacture des tabacs. Nicolas D’Ascenzio doit apporter une « cohérence » et faire fonctionner les trois lieux ensemble. Bon courage !

Et pour cela, la feuille de mission de Nicolas D’Ascenzio prévoit l’autonomisation du Shadok. Enserré dans la direction de la Culture de la Ville, le Shadok souffre du poids de l’administration municipale et de sa hiérarchie interminable.

Alain Fontanel, premier adjoint au maire (LREM), en est bien conscient :

« Le Shadok est pour l’instant un outil transversal rattaché au premier adjoint. Mais ce n’est sans doute pas suffisant. Il faut peut-être évoluer vers une association ou une coopérative pour que le Shadok puisse inclure dans son pilotage la diversité de ses partenaires. »

Alain Fontanel précise qu’il ne s’agit pas pour la Ville de se débarrasser du Shadok. Son fonctionnement occupe 7 fonctionnaires à temps plein et il est doté d’un budget opérationnel de 280 000€. Si le Shadok devait s’affranchir de la Ville, cette dernière continuerait d’apporter ce financement.

Pour Nicolas D’Ascenzio, ces trois lieux dédiés aux industries créatives vont permettre à Strasbourg d’envoyer un signal fort sur l’innovation :

« C’est une sacrée chance d’avoir le Shadok, la Coop et la Manufacture des tabacs… Il sera par exemple possible de travailler avec des machines lourdes et encombrantes à la Coop et de tester ses prototypes en utilisant l’expertise du public du Shadok. Car le Shadok sera un lieu beaucoup plus ouvert au grand public, il y aura toujours quelque chose à faire au Shadok. »

Un restaurant ouvert le soir

Nicolas D’Ascenzio prévoit d’opérer une mue interne au Shadok. Au rez-de-chaussée, un restaurant ouvert en soirée doit prendre tout l’espace, en lien avec la programmation culturelle et événementielle. Cette augmentation du nombre de tables devrait permettre au futur restaurateur du Shadok d’éviter les déboires économiques de ses deux prédécesseurs. L’ouverture du lieu sur le parvis des Docks Malraux doit être repensée pour que chacun se sente invité à entrer.

Au premier étage, l’espace d’exposition ne change pas mais les horaires d’accès pourraient être étendus. Le Shadok devrait inviter moins d’artistes différents et préférer des expositions plus longues, plus ludiques et associant plus les acteurs locaux du numérique. Au second étage, le Shadok accueillera ses partenaires et la communauté des entrepreneurs du numérique, dans un espace de coworking dont la surface sera étendue.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

L’A35 sera fermée une partie de l’été entre la Vigie et l’Elsau

par Hélène Janovec. 4 585 visites. 6 commentaires.

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 644 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 398 visites. Aucun commentaire pour l'instant.