Nouveau lieu éphémère, La Grenze ouvre cet été derrière la gare
Environnement 

Nouveau lieu éphémère, La Grenze ouvre cet été derrière la gare

actualisé le 29/05/2019 à 09h35

Une nouvelle salle de concerts éphémère ouvre au début de l’été à Strasbourg, derrière la gare. La Grenze prévoit de proposer des concerts, des activités sportives et de plein air, le tout avec une restauration simple et de proximité.

Une partie des anciens entrepôts techniques de la SNCF, derrière la gare centrale, vont accueillir une terrasse de 2 000 m² et une salle de concerts de 500 m² : La Grenze. L’ouverture au public est prévue pour le début de l’été, jusqu’à la mi-septembre.

Cofondatrice de l’association qui porte le projet, Julie détaille :

« C’est une occupation temporaire de locaux techniques inutilisés par la SNCF, comme ça se fait à Paris avec Ground Control, Aérosol, La Station, ou encore La Friche Lucien à Rouen. On loue le lieu à la SNCF, on réalise les travaux pour qu’il soit aux normes d’accueil du public, on installe une scène, des bars, une cuisine et voilà ! »

Vue aérienne reconstituée par Google Earth de l’entrepôt où va s’installer La Grenze.

Les lecteurs attentifs de Rue89 Strasbourg connaissent déjà « La Grenze » (la frontière en allemand). La même équipe avait participé à un appel à projets à la Coop. Si le projet de Fabien, Julie, Élise et Thibaut, n’a pas convaincu la Ville de Strasbourg (comme d’ailleurs aucun autre dossier), l’équipe ne s’est pas démontée. Julie précise :

« On était toujours très motivés, on pense qu’il y a de la place pour une salle de concerts, ouverte aux associations, sur son quartier et sur les questions sociales et environnementales. On est tous plus ou moins libres professionnellement donc c’est aussi le bon moment. Donc on a sollicité des institutions qui pouvaient avoir des locaux et c’est la SNCF qui a répondu… »

Tout est à construire

La Grenze

19, rue Wodli à Strasbourg

Horaires d’ouverture :

  • mar – ven : 17h – 1h
  • sam : 11h – 1h
  • dim : 11h – 20h

Tout est encore à construire dans ce grand espace, qui a servi aux opérations de douane de la SNCF. Compte-tenu des délais et des moyens limités de l’association, La Grenze gardera un aspect industriel qui n’est pas pour déplaire à l’équipe. Mais Julie a déjà une bonne idée des aménagements à réaliser pour la scène :

« On va entourer la scène par des pendrillons noirs et réaliser une sorte de coffrage en tissus, ce qui permettra d’obtenir une acoustique d’excellente qualité. On peut accueillir 300 personnes à l’intérieur, et on prévoit d’organiser deux soirées de concerts chaque semaine. »

Bénévoles et projets recherchés

L’équipe recherche des bénévoles, pour les travaux d’aménagement d’abord et pour participer à l’animation du lieu jusqu’en septembre. Les candidatures sont à adresser par e-mail à benevole@lagrenze.eu.

Les associations et les porteurs de projets culturels ayant des propositions pour La Grenze sont également invités à contacter l’équipe, qui étoffe son programme de concerts et d’animations.

Bar et cuisine sous les étoiles

Dehors, outre une immense terrasse, l’équipe des fondateurs prévoit d’installer un bar extérieur dans un container maritime, une cantine dans un chalet, une piste de pétanque et préserver ce qui reste de verdure pour des activités sportives.

Quant aux produits servis en cuisine et par les bars, ils seront forcément issus de l’agriculture locale, biologique autant que possible et avec des tarifs accessibles (2,5€ le demi de Meteor / 4,5€ la pinte, 2€ les boissons sans alcool).

Une dizaine d’embauches

La Grenze à la gare ne sera pas une coopérative mais le projet reprend les mêmes valeurs que le projet à la Coop. Installé en face d’un centre d’hébergement d’urgence et de la cantine solidaire, La Grenze prévoit d’inclure ces personnes dans son futur public :

« On a commencé à rencontrer les responsables des structures d’aide aux personnes sans-abri pour voir comment on pouvait proposer nos activités culturelles et sportives à leurs bénéficiaires. C’est encore un peu flou mais on a bien l’intention de faire en sorte que les publics se croisent et échangent. »

L’arrière-gare en transition

La Grenze est soutenue par la Ville de Strasbourg, dans le cadre de sa réflexion autour de la « gare à 360° », comme l’explique Paul Meyer (La Coopérative/Generation.s), adjoint au maire en charge du quartier gare :

« On veut encourager les implantations temporaires, afin de voir comment on peut réinvestir ces espaces sans mettre en danger la ceinture verte de Strasbourg. D’autres projets sont en cours d’instruction, comme des ateliers d’artistes. »

Paul Meyer annonce également que la terrasse du Botaniste, installée sur une barge éphémère quai Saint-Jean, sera également de retour cet été.

L’équipe a constitué un budget d’investissement de 90 000€ pour cette opération, constitué d’une subvention de la Ville de Strasbourg de 15 000€, d’une aide d’Alsace Active, d’un partenariat avec Meteor, de l’apport personnel des fondateurs et d’un prêt bancaire.

Une dizaine de salariés (cuisinier, serveurs, régisseurs…) seront embauchés pendant trois à quatre mois par l’association pour faire tourner La Grenze.

Aller plus loin

Sur Facebook : la page de La Grenze

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 138 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 695 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 612 visites. Aucun commentaire pour l'instant.