Un nouveau squat d’hébergement et d’activités culturelles ouvre à Cronenbourg
L'actu 

Un nouveau squat d’hébergement et d’activités culturelles ouvre à Cronenbourg

actualisé le 31/01/2020 à 11h38

Un collectif de sans-abris et de militants occupe une maison qui appartient à l’Eurométropole depuis la mi-janvier. L’objectif est d’en faire un lieu d’hébergement, mais aussi d’activités culturelles et écologiques.

Un bâtiment inoccupé depuis plusieurs années reprend vie au 43 route d’Oberhausbergen à Cronenbourg, à l’ouest de Strasbourg. Depuis le milieu du mois de janvier environ, selon les nuits, entre 5 et 10 squatteurs y dorment. Rue89 Strasbourg s’y est rendu le 21 janvier pour la première fois, et a constaté l’occupation par au minimum 5 personnes.

« On est trois à fréquenter l’endroit depuis septembre » d’après l’un des sans-abri. Fatigué, il témoigne :

« Le froid tape bien en ce moment, c’est épuisant de vivre dehors, on a décidé d’occuper de manière permanente. En tout, on pourra héberger environ 20 sans-abris assez rapidement. On vise plutôt des personnes isolées, qui ont plus de mal à obtenir des logements d’urgence en hiver. »

Les squatteurs se sont déjà bien appropriés certaines pièces de la maison. (Photo Thibault Vetter / Rue89 Strasbourg / cc)

Un projet à plus petite échelle que l’Hôtel de la Rue

L’un des militants tient à préciser que le projet est d’une nature différente de l’Hôtel de la Rue, rue Gruber à Koenigshoffen, et du Bugatti à Eckbolsheim, deux squats ouverts cet été :

« On est sur un projet plus petit. L’idée c’est que les habitants puissent vraiment s’organiser en collectif et s’autogérer, ce qui n’est pas forcément possible avec des squats dans lesquels vivent 200 personnes. »

La maison présente trois niveaux. Il y a trois chambres au rez-de-chaussée, trois chambres au premier étage et un grand espace à côté d’une chambre au dernier niveau. Les deux premiers niveaux présentent chacun une ancienne cuisine. La maison compte pour le moment une seule salle de bain au rez-de-chaussée. À l’arrière du bâtiment, un jardin en friche s’étend sur 20 à 30 mètres.

Le bâtiment comporte deux potentielles cuisines. (Photo Thibault Vetter / Rue89 Strasbourg / cc)
Dans le jardin, les squatteurs aimeraient cultiver des légumes. (Photo Thibault Vetter / Rue89 Strasbourg / cc)

Faire du maraîchage dans le jardin

Le bâtiment inoccupé est la propriété de l’Eurométropole qui a porté plainte pour « occupation illicite » ce jeudi 30 janvier d’après Marie-Dominique Dreyssé (EELV), adjointe au maire de Strasbourg, en charge des « Solidarités » :

« La maison doit être démolie dans un délai que nous ne connaissons pas. Les démarches sont engagées au niveau juridique, nous verrons ce qu’il en est de l’évolution de la situation. »

Pour le moment, les squatteurs n’ont pas accès à l’eau ni à l’électricité, comme l’explique un militant :

« C’est le principal problème. On a déjà bien avancé dans le nettoyage et on va intensifier le chantier pour rendre le grenier habitable et accueillir plus de personnes. »

Il évoque ensuite l’avenir potentiel du lieu plus en détail :

« Outre l’hébergement, on veut aussi faire de l’accueil de jour, cuisiner pour faire des maraudes, mettre en place des projets culturels et même écologiques, en faisant notamment du maraîchage derrière la maison. »

L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
traite tout type de sujets à l'écrit ou en vidéo, avec une prédilection pour l'écologie.

En BREF

Fêter le 14 juillet à Strasbourg sans bal populaire ni feu d’artifice

par Alice Ferber. 15 978 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Disparition du poste d’assistant social dans les lycées : « Le gouvernement démolit l’école publique »

par Alice Ferber. 4 119 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La municipalité abandonne les poursuites contre l’Hôtel de la Rue

par Jean-François Gérard. 2 252 visites. 5 commentaires.