Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
« Nuit debout » et la municipalité à la recherche d’un compromis
L'actu 

« Nuit debout » et la municipalité à la recherche d’un compromis

par Jean-François Gérard.
Publié le 12 avril 2016.
Imprimé le 24 octobre 2021 à 21:24
2 915 visites. 5 commentaires.

Après une rencontre ce matin, l’adjoint au maire Robert Herrmann se rendra à l’assemblée générale du mouvement Nuit Debout à 19h, ce mardi 12 avril pour demander à ce que les bâches et tonnelles soient démontées en journée place de la République.

Une semaine après la première réunion du mouvement « Nuit debout », la municipalité de Strasbourg a rencontré le mouvement. Robert Herrmann (PS), adjoint du quartier Centre-République et en charge de la sécurité, la salubrité et l’hygiène publique s’est rendu aux abords de la place de la République.

« Des protestations importantes »

Si aucun incident n’a été déploré depuis une semaine, la municipalité indique avoir reçu des « protestations importantes » quant à l’occupation en journée de la place. Elle demande donc aux membres de retirer les bâches, les palettes ou la tonnelle pendant la journée.

Né à Paris le 31 mars, le mouvement « Nuit debout », s’étend depuis à de nombreuses villes de France. Il propose à des citoyens de se réunir le soir pour prendre la parole et à peut-être structurer un mouvement politique souvent comparé aux « Indignés » espagnols. À Paris, de premières violences ont eu lieu en marge de la place de la République samedi 9 mars lors de la dizième soirée consécutive.

Pas de problème sur les installations de nuit

Après environ 45 minutes d’échanges calmes avec une dizaine de membres du mouvement, l’élu a résumé la situation :

« Qu’il y ait des bâches le soir et que vous vous réunissiez ne pose pas de problème. Que vous débattiez en journée où vous voulez, non-plus. Le débat est sur l’occupation avec des éléments fixes en journée. Maintenant est-ce qu’on trouve un compromis là-dessus ou non ? »

Robert Herrmann a rencontré les participants du mouvement Nuit Debout pour la première fois (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Robert Herrmann a rencontré les participants du mouvement Nuit Debout pour la première fois (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

En journée, une dizaine de personnes restent sur la place. Ils gardent le matériel laissé par les organisateurs et débattent de manière informelle. Plusieurs participants ont mis en avant que le mouvement se structure aussi en journée et pas seulement le soir. Samedi 9 avril, d’importantes manifestations festives et politiques se sont surtout tenues l’après-midi.

La question soumise à l’assemblée générale

La dizaine de personnes venue dialoguer se sont estimées non-représentatives du mouvement. Elles ont répondu que la question sera soumise lors de l’Assemblée générale, qui se tient tous les soirs à 19h. Robert Herrmann a promis de venir 30 minutes pour réitérer sa proposition. « Je vais me faire huer », a-t-il ajouté avec le sourire. Si l’Assemblée générale s’oppose au démontage des structures en journée (il faut une unanimité ou un vote à 75% après plusieurs séries de débat), l’adjoint au maire a ajouté que « chacun prendra ses responsabilités », autrement dit que la police municipale procédera à un démontage.


Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur Nuit Debout à Strasbourg

Article actualisé le 12/04/2016 à 16h47
L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 521 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 113 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 605 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×