#NuitDebout : 300 Strasbourgeois se donnent rendez-vous
Politique 

#NuitDebout : 300 Strasbourgeois se donnent rendez-vous

actualisé le 06/04/2016 à 11h48

La première « Nuit debout » à Strasbourg a réuni plus de 300 personnes place de la République. Les participants ont commencé à s’organiser et acté de continuer l’occupation, en se retrouvant le lendemain soir. Déçus par la politique, ils recherchent de nouvelles solutions.

La pluie a sûrement douché les velléités de certains sympathisants. La préparation un peu chaotique a fait rebrousser le chemin à d’autres. Malgré ces conditions, plus de 300 personnes ont assisté à un moment ou un autre à la première « Nuit debout » strasbourgeoise, en écho au mouvement parisien né le soir du 31 mars. À Paris, plusieurs milliers de personnes se retrouvent place de la République tous les soirs depuis cette date. Elles tentent de structurer un mouvement politique citoyen, un peu à l’image des « Indignés » en Espagne.

La fréquentation de cette première nuit à Strasbourg a connu deux pics d’environ 200 personnes : vers 19h, alors que rien n’avait encore commencé une heure après le rendez-vous initial, mais aussi plus tard dans la soirée, entre 21h et 22h lorsque les discussions étaient bien engagées. Dans les rangs, jeunes et moins jeunes, des élus qui ont quitté leur parti, des déçus du PS ou de la politique en général et beaucoup de journalistes.

Des directs sur Periscope

Au début, un "baton de parole" passe dans les rangs. Ensuite, un micro a été amené et branché au groupe électrogène. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Au début, un « baton de parole » passe dans les rangs. Ensuite, un micro a été amené et branché au groupe électrogène. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Les premières prises de parole ont débuté vers 19h30, une fois que quelques bâches ont été accrochées aux branches d’un arbre. Beaucoup de participants ont filmé les débats en direct via l’application Periscope (dont nous avec beaucoup de défauts, mais c’était une première), qui a permis à 385 000 personnes de suivre la « Nuit debout » de Paris dimanche soir.

Le mouvement organisé en 4 groupes

Toute la soirée et en début de nuit, on a beaucoup débattu sur l’ancienne Kaiserplatz. De pourquoi on est là, de si c’est le meilleur endroit compte tenu que la pluie rend le sol gadoueux, des règles de décision et surtout de comment s’organiser. Pour aller plus vite, quelques gestes permettent de s’exprimer lorsque l’on n’a pas la parole, plutôt que de hurler les uns par dessus les autres. Mais tout le monde était loin d’être au point.

Petit guide des gestes pour communiquer lors des assemblées générales (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Petit guide des gestes pour communiquer lors des assemblées générales (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Après des tours de parole en assemblée générale, c’est-à-dire tous ensemble, le groupe a décidé de s’organiser en 4 « branches » : action, communication, logistique et démocratie.

Les groupes action et démocratie, ont réuni le plus d’enthousiasme avec environ 80 membres chacun. La branche démocratie longuement planché sur les règles de décisions du groupe. En dehors des quatre groupes formels, beaucoup de participants sont aussi restés en petits groupes à discuter, débattre de politique, boire ou s’amuser.

nuit debout strasbourg periscope

Plusieurs participants de la #NuitDebout de Strasbourg ont filmé la soirée en direct via l’application Periscope (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Lors de la deuxième assemblée générale, vers minuit, il a été décidé de prolonger l’occupation pour poursuivre les débats le lendemain. La prochaine assemblée générale se tiendra ce mercredi 6 avril à 19h. Quelques irréductibles restent sur place d’ici là. En attendant, les branches doivent réfléchir à des solutions pour mieux s’organiser sur place, qui débattra plus précisément de ses revendications politiques plus tard.

À deux heures, une trentaine de personnes étaient encore sur la place, à regarder des projections de documentaires et entretien sur une toile. Une dizaine d’entre elles s’était dite prête à rester toute la nuit. Une personne dormait déjà. La déclaration en préfecture court sur trois jours.

Pendant ce temps, sur Twitter

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg

par Pierre France. 1 918 visites. 18 commentaires.

Strasbourg compte bannir les plus vieux diesel dès 2021

par Jean-François Gérard. 3 374 visites. 27 commentaires.

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 10 886 visites. 15 commentaires.