Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Bientôt à l’Opéra du Rhin : Rossini, Mozart, Tchaïkovski et l’Argentine…
Culture 

Bientôt à l’Opéra du Rhin : Rossini, Mozart, Tchaïkovski et l’Argentine…

par Mathilde Cornu.
Publié le 29 avril 2018.
Imprimé le 28 novembre 2021 à 12:06
2 766 visites. 1 commentaire.

Pour sa saison à venir, l’Opéra national du Rhin entend poursuivre l’effort d’ouverture engagé avec l’arrivée de sa nouvelle directrice Eva Kleinitz, en célébrant la diversité, l’exigence et le partage. L’Argentine sera la destination du festival ArsMondo.

En 2018/2019, la nouvelle directrice Eva Kleinitz poursuit ses efforts pour ouvrir l’opéra national du Rhin (ONR) à de nouveaux publics, avec comme fil rouge l’engagement, qu’il soit artistique, sociétal ou de mémoire. Pour se faire, la programmation de la saison à venir s’attachera à évoquer la diversité, l’exigence et le partage. Trois directions qui étaient déjà visibles cette année si l’on se souvient de Francesca da Rimini, création exigeante qui fut grandement saluée, ou encore de la première édition du festival ArsMondo dont Eva Kleinitz évoque le succès avec enthousiasme.

Rossini pour démarrer

L’ouverture de la saison se veut festive sous les auspices de Rossini avec une des oeuvres les plus populaires de l’opéra: Il barbiere di Siviglia, pour laquelle la mise en scène, les décors et les costumes seront signés Pierre-Emmanuel Rousseau, pour la première fois à l’ONR.

Au programme également, à l’occasion du centenaire de la disparition du compositeur Claude Debussy, l’ONR accueillera en octobre une co-production avec l’Opéra Vlaanderen et les théâtres de la Ville de Luxembourg, du GöteborgsOperan et de Genève : Pelléas et Mélisandre. Co-production internationale qui réunira une équipe artistique non moins cosmopolite sous la direction de Franck Ollu.

En décembre, l’autorité du souverain sera tournée en dérision à travers la redécouverte d’une oeuvre d’Offenbach, Barkouf ou un chien au pouvoir. Un opéra-bouffe qui malgré les réactions virulentes de la censure avait connu un succès certain. Disparu pendant 150 ans, il sera remis au goût du jour par Jacques Lacombe, directeur musical de l’Orchestre symphonique de Mulhouse, et la metteuse en scène Mariame Clément.

L’univers baroque ouvrira l’année 2019 avec La divisione del monde de Giovanni Legrenzi, qui verra le retour du chef d’orchestre Christophe Rousset à la tête de son ensemble Les Talents lyriques.

Der Freischutz de Karl Maria von Weber, qui marque la naissance de l’opéra romantique allemand poursuivra la saison. Pour cette co-production, les metteurs en scène Jossi Wieler et Sergio Morabito, qui ont reçu une grande notoriété à l’étranger, seront pour la première fois en France.

La présentation de la nouvelle saison a eu lieu dans la salle Bastide de l’opéra, en compagnie de nombreux partenaires institutionnels (Photo Klara Beck).

Le Lac des Cygnes en janvier par Radhouane El Meddeb

Enfin, cette saison se clôturera avec le chef d’oeuvre de Wolfgang Amadeus Mozart, Don Giovanni. Si cette saison privilégie les regards féminins à travers la présence notamment de la metteuse en scène Jelske Mijnssen (La divisione del mondo) ou de l’artiste performeur Marina Abramović (Pelléas et Mélisandre), Marie-Eve Signeyrole offrira un regard de femme sur cette figure ô combien célèbre de la séduction.

La saison danse s’annonce également très riche avec six créations au programme dont le diptyque Spectres d’Europe qui réunira deux pièces de Bruno Bouché (création) et Kurt Jooss (reprise). Kurt Jooss est l’un des inspirateurs de Pina Bausch mais aussi un des pères de l’expressionnisme allemand, à la veille de l’arrivée au pouvoir d’Hitler, son oeuvre nous parle de la guerre. Bruno Bouché propose une rencontre entre la petite et la grande Histoire à travers une réflexion politique européenne sur les points de résistance.

A ne pas manquer en janvier 2019, la grosse production de la saison: Le lac des cygnes de Tchaïkovski, pièce majeure de la danse académique. Elle sera interprétée par la compagnie de SOI avec à sa tête le chorégraphe d’origine tunisienne Radhouane El Meddeb.

L’Amérique du sud pour ArsMondo

Déjà emblématique de l’ONR, le festival ArsMondo 2019 sera consacré à l’Argentine. Il mettra à l’honneur les deux compositeurs argentins Astor Piazzolla et Alberto Ginastera auteurs de Maria de Buenos Aires, opéra-tango, et de Beatrix Cenci, opéra en deux actes. Remarquons la présence de Matias Tripodi pour ce premier temps fort du festival, qui chorégraphie un tango d’aujourd’hui qui dépasse les clichés.

L’opéra Beatrix Cenci, a pour coeur une figure romaine qui n’eut cesse d’inspirer de nombreux artistes de Stendhal à Shelley jusque Artaud. Il sera mis en scène par Mariano Pensotti, qui était présent à Strasbourg à l’occasion du festival des Giboulées dernier pour présenter son spectacle Arde Brillante en los bosques de la noche mêlant marionnettes et vidéo. Comme pour sa première édition, la seconde du festival ArsMondo promet encore de nombreux partenariats, mais il faudra attendre janvier 2019 pour connaître l’intégralité de sa programmation.

Ouvrir les portes de l’opéra aux jeunes

Cette programmation s’accompagne d’un défi pour les années à venir: ouvrir l’opéra à un public plus large et pour commencer au jeune public. Celui-ci, “public de demain”, a représenté en 2017/2018 un tiers du public. Eva Kleinitz explique :

“Pour nous, le contact du jeune public avec l’opéra peut être décisif dans une vie.”

Cette volonté se manifeste par deux opéras : Le Garçon et le poisson magique de Leonard Evers d’après les Frères Grimm mis en scène par Sandra Pocceschi et Giacomo Strada et La Princesse arabe, opéra en deux actes inspiré d’un conte arabe et mis en musique d’après les oeuvres du compositeur espagnol Juan Crisóstomo de Arriaga.

La formule Avec mon cous(s)in à l’opéra sera également poursuivie cette année et fait partie des actions pédagogiques développée par l’opéra à destination des plus jeunes.

Cette volonté d’ouvrir l’opéra à “une communauté d’art et d’esprit plus large et plus diversifiée” d’après la formule de la directrice passe également par les scènes ouvertes, dont la première pour 2018/2019 aura lieu le 16 septembre.


Aller plus loin

Sur JDS.fr : toute la programmation de l’Opéra national du Rhin

Article actualisé le 30/04/2018 à 13h35
L'AUTEUR
Mathilde Cornu
Mathilde Cornu

En BREF

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 673 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 353 visites. 1 commentaire.

Jeudi, une marche contre les violences sexistes et sexuelles

par Maud de Carpentier. 1 000 visites. 2 commentaires.
×