Où donner et recycler ses vêtements à Strasbourg
Vie pratique 

Où donner et recycler ses vêtements à Strasbourg

actualisé le 28/03/2016 à 19h50

L'entreprise Le Relais a installé environ 80 conteneurs dans la CUS afin de récupérer les vêtements (Photo FD / Rue89 Strasbourg)

L’entreprise Le Relais a installé environ 80 conteneurs dans la CUS afin de récupérer des vêtements. (Photo FD / Rue89 Strasbourg)

À Strasbourg, de nombreuses boîtes métalliques sont prêtes à avaler vos vêtements afin d’être donnés, recyclés ou même vendus. Mais toutes les filières ne se valent pas. Rue89 Strasbourg fait le tri entre les différentes solutions proposées.

Recycler ses vêtements, voilà un acte écologique. Les solutions pour donner une seconde vie à nos habits se sont multipliées, à tel point qu’il n’est pas toujours évident de distinguer l’association qui fonctionne en circuit-court et l’entreprise qui fait du recyclage son business. Des sociétés n’hésitent pas à placarder des logos d’associations caritatives sur leurs conteneurs pour attirer les donateurs comme l’a révélé le reportage d’Envoyé spécial, diffusé le 20 novembre sur France 2, tourné en partie à Strasbourg. Une soixantaine de points de dépôts ont même été posés illégalement dans les rues début 2014. Voici un tour d’horizon des possibilités offertes à Strasbourg pour mieux s’y retrouver.

Le Relais, le business du recyclage

L’entreprise d’insertion Le Relais, membre d’Emmaüs, a déployé 16 000 conteneurs dans toute la France afin de récupérer le plus de vêtements possibles et ce, gratuitement puisqu’il s’agit de dons. Plus de 100 000 tonnes de tissus sont récoltées chaque année en France puis triées dans de vastes centres dont un à Wittenheim. Une activité rentable qui a permis au Relais de créer 2 500 emplois dont 110 en Alsace et de doubler son chiffre d’affaires depuis 2007.

Strasbourg apporte 80 tonnes de vêtements collectées par an grâce aux 80 conteneurs disposés aux abords du centre historique. On les trouve notamment au niveau du quai des Alpes et au Neudorf.

Une solution pratique mais ne vous attendez pas à ce que votre jean fétiche soit donné à une personne dans le besoin. Seulement 2% des vêtements sont transmis à des associations caritatives et aux structures partenaires du Relais comme Médecins du monde ou bientôt à la prison de Mulhouse. Votre pantalon a plus de chances d’être revendu dans la boutique Le Léopard à Strasbourg, utilisé comme chiffon d’essuyage dans l’industrie voire transformé en isolant thermique. Un produit qui sera vendu en magasin entre 10,28€ et 42,43€ le mètre carré.

Vétis, l’insertion grâce aux vêtements

Si vous souhaitez aider des personnes à retrouver un travail par l’insertion près de Strasbourg, Vétis est sans doute fait pour vous et vos vieux vêtements. L’atelier d’insertion, créé en 2000, accueille 70 personnes qui, en plus de leur travail, bénéficient de formations pour trouver un autre emploi.

Vétis possède deux magasins à Strasbourg où il est possible de déposer ses habits : le premier est situé au Neuhof et le second à l’Esplanade. Vous pouvez aussi vous rendre au centre de tri à Niederhausbergen, à 7 kilomètres au nord de Strasbourg, ainsi qu’à Schiltigheim, rue Kellermann.

Grâce à son réseau local, l’atelier d’insertion ramasse environ 500 000 kg de vêtements par an. Les habits peuvent être revendus, donnés à des familles en difficulté, servir dans le cadre d’actions humanitaires ou même être transformés en tenues originales par l’atelier de couture. Qui sait, peut être que votre tee-shirt servira même à l’un des deux spectacles de mode 100% maison organisés par la structure chaque année.

L’Armée du Salut, le vestiaire pour tous

Les donateurs peuvent aussi se diriger vers l’Armée du Salut, rue des Cordonniers. L’organisation récupère les vêtements en bon état pour les proposer dans un magasin pas comme les autres. Un vestiaire qui s’adresse à deux publics différents comme l’explique Ariane Olekhnovitch, la responsable :

« On trie les vêtements trois à quatre fois par semaine. Ils sont ensuite installés dans notre boutique. Elle est ouverte à tout le monde le jeudi après-midi et le samedi matin avec des habits à petits prix. Le mardi matin, le stock de notre vestiaire est proposé gratuitement à ceux qui sont le plus dans le besoin comme les personnes sans ressources, les SDF, etc. »

Une centaine de familles profitent de ce service gratuit tous les mois. Les personnes peuvent choisir librement leurs vêtements dans le local de 50 m². Les habits abîmés ne sont pas conservés par l’Armée du Salut. Ils sont directement envoyés à la société coopérative Le Relais qui les recycle.

Le Centre social protestant, des vêtements « à la mode »

Le principe est le même au Centre social protestant de Strasbourg. Le mercredi, les vêtements sont proposés à la vente à bas coûts et le jeudi matin ils sont donnés aux personnes les plus en difficulté. Pascale Le Gall, directrice-adjointe de la structure, gère cette boutique à deux facettes :

« Un bon quart des vêtements donnés par les particuliers sont utilisables pour être mis en rayon et vendus à petits prix.. Il faut qu’ils soient en bon état et encore à la mode. »

On trouve de tout au Centre social protestant, mais surtout les vêtements les plus utiles au quotidien. Un manteau va coûter 10€, les jeans et les pulls se vendent à 3€ pièce. Pour les enfants, les prix vont de 25 centimes à 1,50€. Les vêtements qui ne sont pas donnés ou revendus sont transmis à la société GGD qui se charge du recyclage.

D’autres structures comme la Croix Rouge française, le Secours populaire, les Restos du coeur ou encore Emmaüs seront ravies de récupérer les vêtements que vous ne portez plus.

L'AUTEUR
Florian Delafoi
Stagiaire à Rue89 Strasbourg et étudiant en journalisme à l'IUT de Lannion.

En BREF

L’Elsauvien Michael Cuisance recruté par le Bayern Munich

par Jean-François Gérard. 1 311 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

De nouveau, une centaine de migrants installés aux Canonniers

par Emeline Burckel. 2 939 visites. 58 commentaires.

Des livreurs Deliveroo en grève, contre des courses à moins de 3€

par Emeline Burckel. 1 959 visites. 4 commentaires.