Pieter Hugo à la Galerie Stimultania: photographies intenses
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts  blogs 

Pieter Hugo à la Galerie Stimultania: photographies intenses

actualisé le 23/02/2013 à 21h30

Pieter Hugo, "Chris Nikuto and Patience Umeh", Enuglu, 2008. C-Type print. Série Nollywood, Nigeria. © Pieter Hugo

Pieter Hugo, "Chris Nikuto and Patience Umeh", Enuglu, 2008. C-Type print. Série Nollywood, Nigeria. © Pieter Hugo

Pour être tout à fait honnête, je ne connais quasiment rien à l’Afrique du Sud. Le Pôle de photographie Stimultania nous invite, avec son exposition actuelle, à découvrir les photographies fortes, reflets d’une société, de Pieter Hugo ? J’y ai mis le temps mais je suis, enfin, allée voir cette exposition afin de me confronter avec le travail de ce photographe autodidacte. Courez-y vite, cette exposition est une véritable claque tant du point de vue du contenu que de la forme.

BlogThis Must Be The Place, exposition de photographies de Pieter Hugo est à découvrir à la Galerie Stimultania jusqu’au 17 mars 2013 et, sincèrement, cette exposition porte bien son nom. Les photographies qui y sont présentées sont fortes, percutantes, elles se veulent les portraits de sociétés aussi diverses que celle du Ghana et ses récoltants de miel ou encore les dresseurs de hyènes du Nigéria. Photo-journalisme ou photo-documentaire, ces œuvres sont avant toute chose intenses : de par le sujet mais aussi par le traitement. Il s’agit de grands formats qui mettent en avant un sujet, l’affirment et nous confrontent à lui : il s’agit d’une « expérience extatique où quelqu’un qui regarde des images fait l’expérience d’une vérité, même si ce n’est pas LA vérité. » nous dit l’auteur. Choc.

Pieter Hugo, "Escort Kama, Enuglu", 2008. C-Type print. Série Nollywood, Nigeria. © Pieter Hugo

Pieter Hugo, "Escort Kama, Enuglu", 2008. C-Type print. Série Nollywood, Nigeria. © Pieter Hugo

Après l’école, Pieter Hugo devient photographe, sans études particulières. Il a alors 20 ans mais, son premier appareil photographique, il l’a reçu à l’âge de 12 ans et les premières photographies qu’il a prises représentaient un sdf. L’observation de la société et du monde qui l’entoure est alors déjà au centre de ses préoccupations :

« Mon travail est intimement lié à mon expérience d’enfant en Afrique du Sud. C’est vraiment difficile de les séparer. Même si j’aimerais penser que mon travail est basé sur des prérogatives complètement personnelles, il est toujours très lié à la topographie de l’endroit où j’ai grandi et à la constante appropriation de cet espace. (…) Au début, je pense que la photographie m’a servi de prétexte pour vraiment me poser ces questions. Tout vient d’un engagement avec le monde. »

Cet engagement, il le poursuit aujourd’hui et l’exposition This Must Be The Place en est un bon aperçu.

Pieter Hugo, "Abdullahi Mohammed with Mainasara, Ogere-Remo", 2007. C-Type print. Série The Hyena and Other Men, Nigeria. © Pieter Hugo

Pieter Hugo, "Abdullahi Mohammed with Mainasara, Ogere-Remo", 2007. C-Type print. Série The Hyena and Other Men, Nigeria. © Pieter Hugo

Les méchantes et un peu bêtes hyènes du Roi Lion, peut-on les apprivoiser ? A priori oui, de ce que l’on peut voir dans la série The Hyena and Other Men (Nigeria 2005-2009). Elles sont grosses, charpentées, la gueule fermée par une muselière et elles sont tenues en laisse. Pieter Hugo, pour la réalisation de cette série, a passé huit jours en compagnie d’une communauté possédant trois hyènes, des singes et des pythons.Sortes de diseurs de bonne aventures qui, vendent potions et remèdes magiques, ils gagnent leur vie, tels une troupe de cirque, en passant de villes en villes et en donnant des représentations avec ces animaux.

Plusieurs séries à voir

À la galerie, plusieurs séries, sont visibles. Ainsi, outre celle des dresseurs de Hyènes, vous pourrez découvrir aussi les séries Messina/ Musina (Afrique du Sud, 2006), The Wild Honey Collectors (Ghana, 2005), Nollywood (Nigeria, 2008-2009) ou encore Permanent Error (Ghana, 2009-2010). Cette dernière présente les déchetteries de l’occident en Afrique : c’est, entre autres, au Ghana dans le bidonville Agbogbloshie, à Accra que se trouve une décharge à ciel ouvert spécialisée dans les appareils électroniques tels téléphones portables ou encore ordinateurs.

Ambiance de fin du monde, d’apocalypse dans ces photographies : la terre devient déchetterie mais suffisamment loin de nos yeux occidentaux pour qu’on ne se rende pas trop compte de méfaits de notre société consumériste. Là-bas, la terre est noire et la pollution si dense que rien ne peut plus pousser sur ces terres dévastées : il n’y fait pas bon vivre. Et pourtant, c’est aussi un lieu de travail, de retraitement des déchets, de récupération de composants, etc. Re-choc. Les photographies de Pieter Hugo nous mettent face à ce que l’on feint d’ignorer : mais pour combien de temps ? D’après le titre, l’erreur est permanente : « Fatal Error » pourrait-il être un titre encore plus parlant ?

Pieter Hugo, "Pieter and Maryna Vermeulen with Timana Phosiwa", 2006. C-Type print. Série Messina/Musina, South Africa. © Pieter Hugo

Pieter Hugo, "Pieter and Maryna Vermeulen with Timana Phosiwa", 2006. C-Type print. Série Messina/Musina, South Africa. © Pieter Hugo

La galerie Stimultania, par cette exposition nous convie dans un imaginaire trash, dérangeant et violent mais non dénué d’humour : à Nollywood, le Hollywood nigérian, il y a tellement de productions que l’acteur est peut-être autant anonyme que tout un chacun. Mais il n’y a pas que cela : le noir en Afrique du Sud, au Cap, peut faire partie, même si c’est peut-être dans une relation d’équilibriste, d’une famille blanche. Chacun cherche sa place, Pieter Hugo se fait le témoin de ce monde qui nous est inconnu, nous montre nos dérives mais, pourtant, dans toutes ces photos, c’est la vie qui domine…

Y aller

« Pieter Hugo – This Must Be The Place ». Exposition jusqu’au 17 mars 2013 à Stimultania, 33, rue Kageneck à Strasbourg. Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h30. Entrée libre. Article précédemment publié dans: www.lifeproof.fr

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Cécile R.
Cécile R.
Pour résumer: passionnée d'art contemporain, aimant lire, écrire et danser, plongeuse le plus souvent possible, workaholic (il faut bien l'admettre avec 2 blogs: lifeproof.fr + un autre sur Rue89 Strasbourg et un travail à temps plein) le tout avec la bougeotte !

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 139 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 697 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 613 visites. Aucun commentaire pour l'instant.