De Strasbourg à Notre-Dame-des-Landes, 900 km pour manifester contre un aéroport
Société 

De Strasbourg à Notre-Dame-des-Landes, 900 km pour manifester contre un aéroport

La famille Dalpra a passé 20 heures dans sa voiture pour participer à la chaîne humaine près de Nantes (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

La famille Dalpra a passé 20 heures dans sa voiture pour participer à la chaîne humaine près de Nantes (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Entre 15 000 et 40 000 personnes se sont donné la main ce samedi 11 mai pour ceinturer la zone pressentie pour accueillir le nouvel aéroport de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes. Parmi eux, une vingtaine d’Alsaciens. Pour ces militants écologistes, « l’importance de cette lutte valait le déplacement ».

Ils ont fait 900 kilomètres en une vingtaine d’heures. « On s’est promenés », reconnait Bruno Dalpra, porte-parole du collectif Alsace de soutien à Notre-Dame-des-Landes (#NDDL sur Twitter), qui revendique 200 sympathisants. Les enfants, Mathilde, 6 ans, et Thomas, 10 ans, sont ravis : en passant par Paris, ils ont découvert « la tour Eiffel et les Champs Elysées ».

Bruno Dalpra est porte-parole du collectif Alsace de soutien à Notre-Dame-des-Landes (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Bruno Dalpra, porte-parole du collectif Alsace de soutien à Notre-Dame-des-Landes, en contact avec un autre équipage d’Alsaciens, qui a roulé de nuit (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Après une nuit à dormir tous les quatre dans la voiture, sur une petite route de campagne entre Nantes et la « ZAD » (« zone d’aménagement différée », renommée « zone à défendre » par les opposants au projet d’aéroport du Grand ouest à Notre-Dame-des-Landes), la famille doit retrouver un autre équipage d’une dizaine de personnes passées par Strasbourg, Sélestat et Colmar, arrivé au petit matin.

Au total, une vingtaine d’Alsaciens en lien avec le collectif s’est déplacée d’Alsace pour participer à la chaîne humaine qui doit encercler le site (25 kilomètres de circonférence) en début d’après-midi. Mais pourquoi traverser la France, et produire autant de gaz carbonique, pour manifester contre ce projet d’aéroport ? Bruno Dalpra, militant depuis un an pour la Confédération paysanne et Europe écologie – Les Verts, explique :

« Compte tenu de l’importance de cette lutte, qui est symbolique, cela valait le coup de faire le déplacement ! C’est autant le projet NDDL qu’on dénonce, qu’un système qui permet à une entreprise privée (Vinci Airports) de se faire de l’argent sur le dos du contribuable, qui va payer les infrastructures (routes, tram-train) pour relier cet aéroport à la ville de Nantes. Et puis, il y a bien sûr le gâchis environnemental énorme, sur une zone aussi grande que Schiltigheim, Hoenheim, Bischheim et Souffelweyersheim réunis ! »

Le projet d'aéroport du Grand ouest suscite des oppositions depuis 50 ans (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Le projet d’aéroport du Grand ouest suscite des oppositions depuis 50 ans (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Au centre de la "zone d'aménagement différée", rebaptisée "zone à défendre", des sous-bois humides où vivent des espèces protégées (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Au centre de la « zone d’aménagement différée », rebaptisée « zone à défendre », des sous-bois humides où vivent des espèces protégées (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Les prairies de la ZAD sont toutes exploitées, notamment pour le fourrage (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Les prairies de la ZAD sont exploitées en grande majorité, notamment pour le fourrage (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

A 14 heures, la famille Dalpra est sur le parcours de la chaîne humaine. Pendant plus d’une heure, entre 15 000 et 40 000 personnes se donnent la main pour protester contre ce projet, qui sacrifiera des terrains agricoles et des zones humides où vivent plusieurs espèces protégées. Alors que la manifestation est considérée comme un succès par ses organisateurs, Bruno, lui, promet à sa femme Marie qu’il va « lever le pied » sur Notre-Dame-des-Landes… Il ne leur reste plus qu’à profiter samedi soir du concert organisé à proximité d’un vaste camping. Et dimanche, retour en Alsace.

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Aux Gay Games à Paris, ces Strasbourgeois combattent l’homophobie dans le sport

par Judith Barbe. 761 visites. 1 commentaire.

Vendredi et samedi, le Tour de France Alternatiba fait étape à Strasbourg

par Judith Barbe. 759 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ouvert cet été, le bassin extérieur de la piscine de Hautepierre fermé « jusqu’à nouvel ordre »

par Rue89 Strasbourg. 5 141 visites. 5 commentaires.