Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Contre la précarité étudiante et des relogements incertains, des étudiants rendent le Resto U gratuit
L'actu 

Contre la précarité étudiante et des relogements incertains, des étudiants rendent le Resto U gratuit

par Jean-François Gérard.
Publié le 10 février 2022.
Imprimé le 06 décembre 2022 à 19:34
1 526 visites. 2 commentaires.

Des étudiants engagés ont permis aux utilisateurs d’un restaurant universitaire de passer sans payer pour le déjeuner du 10 février. Une action qui vise à alerter sur l’inflation qui touche les étudiants et en particulier sur la situation de la Cité universitaire Paul Appell. La résidence va fermer avant d’importants travaux sans que les solutions de relogements soient encore trouvées.

À la veille des vacances d’hiver, plusieurs centaines d’étudiants et d’étudiantes ont eu la bonne surprise de manger gratuitement au restaurant universitaire de la cité Paul Appell à l’Esplanade, jeudi 10 février. L’opération s’est passée de manière très simple : des étudiants qui avaient imaginé cette action ont annoncé aux caisses leur intention de laisser passer tout le monde, sans présenter la carte de paiement. Et le personnel du Crous n’a pas opposé de résistance.

L’action avait un double objectif. D’abord, interpeller sur la précarité étudiante en France. « En octobre, le repas est repassé de 1€ à 3,30€ pour les non-boursiers », fustige par exemple Louis, du syndicat Solidaires étudiants. Il pointe que l’inflation de ce début d’année touche les étudiants les plus fragiles, dont les faibles revenus restent identiques.

En travaux, la résidence étudiante Paul Appell ferme des bâtiments au gré de l’avancée des travaux. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Fermeture le 31 mars

L’autre raison est beaucoup plus locale. Il s’agit d’alerter sur la situation des étudiants de la résidence Paul Appell. Trois bâtiments vont fermer le 31 mars pour une grande rénovation à 50 millions d’euros. Mais les habitants n’ont, pour l’instant, aucune information sur leur relogement.

C’est le cas de Lyna, étudiante en Histoire :

« En octobre, on a été informés de cette fermeture et on nous a demandé et si l’on voulait être relogés au même tarif, 175€ par mois, ou avec d’autres prestations supplémentaires, comme des sanitaires mais pour plus cher. La plupart des personnes voulaient rester au même loyer. Aujourd’hui, on ne sait toujours pas où nous serons logés, ni à quel tarif. Le déménagement interviendrait en pleine période de révisions et d’examens avec tout le stress que ça génère. Un déménagement prend du temps et de l’argent. Pourquoi ne pas attendre l’été quand les chambres se vident ? »

Et encore, comme Lyna est en deuxième année, son bail renouvelé courait jusqu’à l’été. Mais pour les nouveaux arrivants, leur contrat n’est valable que jusqu’au 31 mars. Sans certitude pour la suite.

Une centaine d’étudiants sans bail après le 31 mars

Cette situation concerne « une centaine » d’étudiants selon Éléonore Schmitt, élue au conseil d’administration du Crous et présidente de la nouvelle association locale Alternative étudiants de Strasbourg (AES) :

« On a interpellé les pouvoirs publics sur le manque de logements Crous et notamment l’Eurométropole dont c’est la compétence pour des solutions d’urgence. On attend une réponse. L’une des possibilités est que les personnes de Paul Appell aillent à la Robertsau. Mais c’est aussi une résidence à problèmes, qui est plus éloignée du campus. »

« On est assez confiant sur le fait qu’il y ait des relogements mais ce que l’on dénonce particulièrement, c’est le manque de transparence », relativise Louis, de Solidaires Étudiants.

Les étudiants et étudiantes mobilisées expliquent les raisons de leur action. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Dans le restaurant, des étudiants surpris

Dans le restaurant, une dizaine d’étudiants engagés expliquent à leurs homologues, qu’ils n’ont pas à badger leur carte Izly. Certains s’arrêtent pour écouter les raisons de cette gratuité soudaine. D’autres sont surpris. « C’est pas une fraude ou quoi si je passe ? », demande un étudiant étranger qui a besoin d’être rassuré.

Paulina, du syndicat Solidaires est satisfaite que l’action puisse se dérouler sur toute la durée du repas. Elle s’inquiète des évolutions du Crous à moyen terme :

« Notre crainte c’est qu’après les rénovations il n’y ait plus de logements à moins de 200€ à Strasbourg, alors que le parc privé est très cher. La rénovation est nécessaire mais ce n’est pas aux étudiants de payer ».

Engagée dans le mouvement étudiant, Paulina alerte sur les évolutions à moyen terme des résidences étudiantes (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Le début de mouvement étudiant agrège une cinquantaine de personnes mobilisées dans plusieurs jeunes organisations dont la CGT-SELA (pour Syndicat étudiants Lycéens et apprentis) dont l’une des revendications est « des bourses plus élevées en nombre et en montant pour contrer l’inflation actuelle », explique Martin, l’un des membres.

La plupart des organisateurs souhaitent reproduire des actions similaires au retour des vacances scolaires.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Le tribunal administratif ordonne l’expulsion des occupants du campement parc de l’Étoile

par Pierre France. 4 227 visites. 9 commentaires.

Expulsion du camp de l’Étoile : « La préfète demande au tribunal de l’autoriser à faire ce qu’elle peut faire »

par Pierre France. 12 674 visites. 12 commentaires.

Un propriétaire assigné en justice après avoir tenté de faire fuir ses locataires

par Guillaume Krempp. 24 948 visites. 5 commentaires.
×