Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Scharf sur la Manufacture: « Un même projet, mais sans argent public »
Economie  Politique 

Scharf sur la Manufacture: « Un même projet, mais sans argent public »

par Marie Marty.
Publié le 8 juillet 2013.
Imprimé le 22 octobre 2021 à 14:38
4 239 visites. 14 commentaires.
Jean-Sébastien Scharf souhaite investir dans la manufacture des tabacs depuis 2009 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Jean-Sébastien Scharf souhaite investir dans la manufacture des tabacs depuis 2009 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Alors que le conseil municipal de Strasbourg vient de voter le lancement d’une procédure de déclaration d’utilité publique visant à acheter, voire exproprier la Manufacture des tabacs, l’entrepreneur immobilier Jean-Sébastien Scharf, qui a signé en 2009 une promesse de vente avec Imperial Tobacco, propriétaire des lieux, se dit toujours ouvert à la discussion avec la mairie. Interview.

Rue89 Strasbourg : Pourriez-vous nous rappeler l’historique de votre engagement sur le projet ?

Jean-Sébastien Scharf :

« Nous avons signé un 1er compomis en 2009 avec Imperial Tobacco et pris dès le début contact avec la mairie. Suite à de multiples réunions, nous avons tenté de déterminer la meilleure programmation pour le site. La mairie, par le biais de Renaud Fausser, à l’époque au cabinet du maire, est allée jusqu’à nous accompagner voir les architectes des bâtiments de France pour faire valider le projet. »

À quel moment les liens entre la mairie et vous ont-ils été rompus ?

« Je dirais, avant les Cantonales (mars 2011). A ce moment, on a ressenti la volonté de la municipalité de ralentir sur le dossier, et plus particulièrement de l’adjoint à l’urbanisme, Alain Jund. Ce revirement est surement lié à des discussions entre les différentes personnalités de la Ville. Nous avons relancé à plusieurs reprises la mairie, appelé les services, envoyé des mails, mais sans réponse.

Plus récemment, nous les avons averti de la prolongation de la promesse de vente jusqu’en décembre 2014. On a appris par courrier envoyé à Imperial Tobacco le lancement d’une procédure de DUP [déclaration d’utilité publique] il y a 3 semaines. On a été très surpris que la mairie écrive que nous n’avions jamais répondu à ses sollicitations alors que nous avons été invités dans les salons de l’Hôtel de ville avec Imperial Tobacco en 2011. Le propriétaire a par ailleurs toujours la même position : le groupe a signé un compromis avec nous, si la mairie veut absolument acheter, elle pourra toujours préempter en temps utile. »

Que répondez-vous à ceux qui critiquent votre projet ?

« On ne fait pas de politique, mais on tient juste à mettre en avant qu’on est une société privée qui souhaite investir à Strasbourg, créer des emplois pour le chantier (environ 250) mais aussi pour l’exploitation du site (80). On souhaite exploiter l’auberge de jeunesse nous-même. Contrairement à d’autres entreprises, on ne demande aucune aide, aucune subvention, juste une autorisation administrative (le déclassement du site d’industriel à habitable). Au moment où l’on apprend que la mairie va préempter, il nous apparaît bon d’informer les citoyens qu’une entreprise privée est volontaire pour monter ce projet qui laisse une part au public et qui est ouvert sur le quartier. Par ailleurs, ce n’est pas parce que la procédure de DUP est lancée qu’elle va forcément aboutir. Elle peut être stoppée à tout moment. Imperial Tobacco et Scharf Immobilier ont été et restent à la disposition de la mairie pour trouver le meilleur projet pour la Krutenau. »

Ce projet, quel en est le détail ?

« Le projet est le même depuis le début, 15 700 mètres carrés à l’Université, une auberge de jeunesse sur 2 400 m², dont nous avions apporté le concept, qui est à l’auberge de jeunesse ce que le Mama Shelter est à l’hôtellerie, des logements et des commerces sur 1 800 m². Les logements représentent 9 200 m², non pas luxueux, mais du studio au 5 pièces, pour les étudiants autant que pour les grandes familles, ce qu’on trouve à la Krutenau. On a aussi prévu une crèche, une maison des associations et un « fab’lab' », des emplacements mis à disposition avec des facilités pour les gens qui ont des projets. On est prêts à mettre ces espaces – 1 500 m² – à disposition gratuitement. »

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Manufacture : Strasbourg met la pression sur Imperial Tobacco

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 479 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 064 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 566 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×