Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Ségolène Royal reste évasive sur la fermeture de Fessenheim
Vigies 

Ségolène Royal reste évasive sur la fermeture de Fessenheim

par Jean-François Gérard.
Publié le 30 septembre 2014.
Imprimé le 01 décembre 2021 à 00:35
377 visites. 1 commentaire.
À LIRE SUR
LALSACE.FR

La ministre de l'Écologie, Ségolène Royale, conteste le coût annoncé de la fermeture de Fessenheim en 2016.

La ministre de l’Écologie, Ségolène Royale, conteste le coût annoncé de la fermeture de Fessenheim en 2016.

Le site du quotidien l’Alsace revient sur les tergiversations de Ségolène Royal vis-à-vis de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim dans le Haut-Rhin. Dans une interview donnée ce matin sur France Inter, la ministre de l’Écologie conteste un rapport parlementaire qui préconise de retarder la fermeture du site, au motif que celle-ci coûterait 5 milliards d’euros. L’indemnisation d’EDF serait la principale raison de ce montant. Des coûts que l’ancienne candidate à la présidence de la République conteste. Celle qui défend la loi sur la transition énergétiques à l’Assemblée nationale mercredi 1er octobre affirme qu’elle ne cèdera pas à ce qu’elle qualifie de « chantage ». Dimanche sur Europe 1, la ministre de l’Écologie avait annoncé qu’elle ne « savait pas encore » si le centrale allait fermer en 2016 ou non, ce qui était une promesse du candidat Hollande.

 

Sa préférence irait vers un site avec plus de deux réacteurs, comme c’est le cas à Fessenheim, pour qu’un site complet ne ferme pas. La centrale haut-rhinoise génère 1 900 emplois directs, indirects et induits.

Lire l’article complet sur Lalsace.fr

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Tous nos articles sur les tergiversations autour de la centrale nucléaire de Fessenheim

Article actualisé le 01/10/2014 à 11h07
L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Un collectif de profs s’organise pour sortir leurs élèves et leurs familles de la rue

par Camille Balzinger. 3 136 visites. 12 commentaires.

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 747 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 635 visites. 1 commentaire.
×