Sept projets alsaciens étonnants à découvrir et à soutenir, plus un
Economie 

Sept projets alsaciens étonnants à découvrir et à soutenir, plus un

actualisé le 22/06/2015 à 15h16

Evoz est un projet de carrosserie pour les trike, les vélos à trois roues. (Photo de la page Ulule)

Evoz est un projet de carrosserie pour les trike, les vélos à trois roues. (Photo de la page Ulule)

Le crowdfunding, le financement participatif en ligne, c’est bon pour le moral, c’est une dose d’optimisme partagée. Alors faites vous du bien avec cette sélection des projets en cours les plus originaux en Alsace.

Quel est le point commun entre les Strasbourg Fashion days, la cathédrale et le groupe de musique alsacien The Clockmakers ? Ils ont tous été en partie financés par le crowdfunding, le financement participatif, qui fait appel aux dons des internautes.

Les plateformes dédiées se sont multipliées sur internet (Kickstarter, Ulule, MyMajorCompany, Indiegogo, Alsace Innovation Crowdfunding…). Et si on a y vu passer le meilleur (ce film qui trouve des solutions pour réinventer l’avenir grâce à plus de 400 000 euros de don) comme le pire (cet homme qui a récolté 35 000 dollars pour faire une salade de pomme de terre), le crowdfunding est une aubaine pour les projets locaux, qui ont souvent plus de mal à attirer les investisseurs ou à décrocher des subventions.

Après 3 années d’activité, notre média Rue89 Strasbourg fait lui aussi appel à ses lecteurs pour continuer. Il a été prouvé que participer aux projets qui nous enthousiasment était bon pour le moral. Alors comme à Rue89 Strasbourg, on pense à votre petite santé, voici d’autres projets qui nous ont plu.

Captain Alsace, le super-héros alsacien

Un petit don de 5€ et les supers héros risquent de débarquer en Alsace : Captain Alsace et Batmanele voudraient voir leurs aventures incarnées dans une série. Le scénario, imaginé par des passionnés de cinéma strasbourgeois, oscille entre humour et réalisme : les deux super héros locaux combattent le crime à Willgotham City, mégalopole regroupant Strasbourg, Colmar et Mulhouse…. Ils protégent les Alsaciens et forment ensemble les Storik Troopers (Storik : cigogne en Alsacien).
Voir ce projet sur Ulule

Devenir funambule à Strasbourg

Les Strasbourgeois les ont peut-être déjà vu accrocher leur sangle élastique entre deux arbres du parc de la Citadelle : ce sont les fans de Slackline. Ce nouveau sport consiste à progresser sur une sangle souple, accrochée en milieu urbain, entre deux lampadaires par exemple, ou dans la nature.

À Strasbourg, on pourra peut-être bientôt en faire en salle, grâce aux dons pour acheter du matériel, organiser des événements et compétitions locales. Même les débutants auront droit à une initiation sur le fil, dès 10 € de don.
• Voir ce projet sur Ulule

Les sportifs installent souvent leur slackline dans Strasbourg . (Photo du collectif)

Les sportifs installent souvent leur slackline dans Strasbourg . (Photo du collectif)

Vivez la naissance d’un album de rock

Le groupe OUT5IDE, né à Strasbourg en 1996, a déjà sorti trois albums. Pour le quatrième, il propose directement à son public en ligne de devenir son co-producteur. Les donateurs pourront participer à la création de la pochette, la choisir, participer à la finalisation du son… Et recevoir carrément le groupe dans leur garage pour un concert de 2h30.

Plus qu’à jeter une oreille à leurs derniers titres avant de se lancer :

Voir leur projet sur Ulule

Soutenez Rue89 Strasbourg

Protéger son vélo avec une carrosserie

Le projet Evoz n’a pour le moment pas beaucoup décollé, pourtant ses initiateurs ont déjà tous les plans, les photos et un grand rêve : concevoir une carrosserie amovible pour les “trikes”, les tricycles qui se conduisent semi-couchés. Avec ce système ingénieux et un peu fou, vous pouvez faire du vélo par tous les temps.

Evoz est un projet de carrosserie pour les trike, les vélos à trois roues. (Photo de la page Ulule)

Evoz est un projet de carrosserie pour les trike, les vélos à trois roues. (Photo de la page Ulule)

•  Voir ce projet sur Ulule

Soutenir les ateliers ouverts

En 2015, pour leur 16e édition, 370 artistes ont participé à 107 ateliers, et 25 000 visiteurs ont pu découvrir leurs créations. Les Ateliers Ouverts, qui se tiennent chaque mois de mai et ouvrent les portes des artistes dans toute l’Alsace, craignent de ne pas pouvoir organiser de nouvelle édition, faute aux baisses de subventions des collectivités.

Voir ce projet sur Kisskissbankbank

Goûter aux pâtisseries du pays du soleil levant

Un couple “un peu geek”, comme ils se présentent, tout juste reconvertis dans la restauration, veulent ouvrir un “Yummy Line Café” à Strasbourg. Le concept : un coffee shop où on pourra déguster des crêpes “harajuku”, des pâtisseries japonaises, des boissons “kawaii” dans un décor 100% nippon.

Le couple veut ouvrir un coffe shop de pâtisseries japonaises (Photo de la page Ulule)

Le couple veut ouvrir un coffe shop de pâtisseries japonaises (Photo de la page Ulule)

Voir ce projet sur Kisskissbankbank

Siroter du thé sur une terrasse colorée

“Chouchou”, jeune entrepreneure passionnée, a déjà ouvert sa maison de thé à Strasbourg (au 38, route du Polygone) : Thématis. Sa boutique n’expose pas seulement les boîtes de thé, elle permet aussi aux visiteurs de déguster le breuvage de leur choix, qu’il soit noir, vert ou blanc, dans un petit salon confortable où des artistes peuvent exposer leur toile. Avec l’arrivée des beaux jours, “Chouchou” sollicite l’aide des amateurs de thé pour installer une terrasse colorée devant sa boutique.

Voir ce projet sur Kisskissbankbank

Beaucoup de projets lancés… et autant d’avortés

Euro par euro, les collectes via Kisskissbankbank et Ulule ont déjà permis de financer de nombreux projets, 127 réussis sur 283 lancés en Alsace, rien que sur la plateforme Kisskissbankbank. Douze jeunes artistes-scénographes vont pouvoir lancer la première édition “Scenopolis”. Le Stück, la monnaie locale strasbourgeoise ne partira pas de rien : elle a réussi à lever plus de 10 000 euros. Les détenus de la maison d’arrêt de Strasbourg pourront bientôt s’occuper d’animaux abandonnés, pour les aider dans leur réinsertion. Et les accros au bon café pourront bientôt s’installer aux tables d’un nouveau coffe shop associatif.

Ayons aussi une pensée émue pour ces projets trop farfelus, pas assez solides ou tout simplement restés trop peu visibles : le bar à chocolat à Strasbourg a finalement vu le jour (c’est Gagao) mais pas d’application pour voter pour sa musique préférée en boîte de nuit, de carte postale holographique d’Alsace, de “food bike” où manger des hot-dogs, et il est trop tard pour aider ce collectif de designers à virer les « cigognes ringardes » des magasins de souvenirs et fabriquer des cadeaux vraiment originaux.

Une semaine pour Rue89 Strasbourg

Et il reste jusqu’à vendredi pour participer à la campagne de Rue89 Strasbourg. Notre objectif est d’apporter de nouveaux services mais aussi de stabiliser notre modèle économique. On explique la démarche ici, et on détaille notre projet sur la plate-forme Ulule. On compte sur vous !

L'AUTEUR
Leïla Marchand
Leïla Marchand
Ex-journaliste à Ouest-France, je termine deux années de formation au journalisme web à Metz. Je suis à la rédaction de Rue89 Strasbourg pour le mois de juin.

En BREF

Manifestation en soutien des Kurdes de Syrie samedi

par Pierre France. 1 573 visites. 19 commentaires.

Exclue en 2018, l’association Alis-Unli remporte sa première victoire à une élection de représentants de locataires

par Jean-François Gérard. 1 569 visites. 2 commentaires.

Municipales : Mathieu Cahn chargé de conduire la liste socialiste à Strasbourg

par Rue89 Strasbourg. 1 644 visites. 3 commentaires.