« Small Town Boy » : hymne pop et engagé au Théâtre National de Strasbourg
Culture 

« Small Town Boy » : hymne pop et engagé au Théâtre National de Strasbourg

"Small Town Boy" de Falk Richter (Photo Thomas AURIN)

« Small Town Boy » de Falk Richter (Photo Thomas AURIN)

Auteur, metteur en scène et chorégraphe, Falk Richter est aussi allemand et artiste associé au TNS. Il y présente Small Town Boy jusqu’au 26 janvier, une pièce pop, revendicatrice et hilarante sur les valeurs sociétales « en transition » et la façon dont les normes qui en découlent façonnent les destins individuels, amoureux et familiaux. Ultra-vitaminé et porté par des acteurs magnifiques.

Falk Richter est, comme Stanislas Nordey, un homme de théâtre qui puise directement dans l’actualité de la société pour élaborer ses créations. Son vécu est sa matière, ses questionnements sur les fonctionnements sociétaux et les rites familiaux sont sa quête. Comme chez le directeur du TNS, avec lequel il va collaborer pour Je suis Fassbinder en mars, la scène est pour Falk Richter le lieu de l’engagement, de la parole publique où l’acte artistique est forcément citoyen. Il est question ici de désir, d’intimité, de solitude, de sexualités diverses, – assumées ou contrariées-, mais aussi de droits humains et de politique. Le tout est infiniment tendre, précis, tendu et tenu.

Bronski Beat

Small Town Boy est d’abord une chanson de 1984 du groupe new wave britannique Bronski Beat (clip ci-dessous), qui abrita pour un temps le chanteur Jimmy Somerville. C’est l’histoire d’un jeune garçon en rupture avec son milieu d’origine, sa famille et sa petite ville de province, parce qu’il est homosexuel. Lui et ses camarades, exclus dans leur cocon oppressant, vont se mettre en quête de liberté en partant vers une grande métropole. Iconique dans le milieu gay, cette chanson a connu un succès interplanétaire.

C’est aussi le point de départ du spectacle éponyme de Falk Richter, créé à la suite d’une commande du Maxim-Gorki Theater à Berlin, avec et pour des comédiens de la troupe de celui-ci. Il en résulte un hymne à la ville de Berlin, à ses habitants dans leurs diversités, culturelles et sexuelles.

« I want to kiss like lovers do »

Tel un sous-titre, l’affirmation est inscrite sur un tableau noir à l’arrière du plateau, par l’un des comédiens. On en est encore au début du spectacle, mais cette phrase mythique extraite de Here comes the rain again de Eurythmics revient comme un battement de cœur lancinant jusqu’à la fin. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : d’amour, de désir, de solitude, d’incompréhensions. Sur le carrousel de la scène, les comédiens déroulent des situations graves et cocasses, passant avec un talent exceptionnel et une sincérité désarmante de la confidence intime aux acrobaties érotico-burlesques.

Il y a beaucoup de tendresse dans la façon dont Falk Richter écrit, puis dans la manière dont les comédiens du Maxim-Gorki Theater s’emparent de ses mots. La crudité du vocabulaire est contrebalancée par la finesse du jeu, une apparente provocation est nuancée par des sourires et des blagues. Les questionnements sociétaux qui en résultent se frayent un chemin, avec doigté, dans les esprits des spectateurs attentifs. Malgré le débit ultra-rapide des comédiens en allemand, et les sous-titres parfois succincts en comparaison, les spectateurs du TNS restent scotchés aux lèvres des cinq interprètes. Ils rient, beaucoup, fort, souvent.

La sexualité est au coeur du spectacle "Small Town Boy" (Photo Thomas AURIN)

La sexualité est au cœur du spectacle « Small Town Boy » (Photo Thomas AURIN)

Les sens en éveil

L’aspect fortement chorégraphié de Small Town Boy, pour lequel Falk Richter a collaboré avec Nir De Volff et Franz Rogowski, amène à la pièce une dynamique particulière : les corps des comédiens racontent leurs propres histoires, en même temps que les textes s’enchaînent. La musique aussi joue un rôle prépondérant, faisant appel à des tubes pops chantés en live (avec un certain brio!), qui viennent ajouter au spectacle une dimension intimiste et agréablement sentimentale.

Falk Richter affirme que par le travail de la danse et de la musique, il tient tous les sens du spectateur en éveil, et s’adresse aussi bien à son intelligence qu’à son corps et à ses émotions. Il tient à son message, il veut être sûr qu’il fasse son chemin, quel que soit le médium. Même l’odorat des spectateurs est sollicité : laissez-vous surprendre…

Des comédiens renversants (Photo Thomas AURIN)

Des comédiens renversants (Photo Thomas AURIN)

Appel urgent

Small Town Boy a beau être drôle et glamour, c’est aussi une pièce qui dénonce et qui appelle à l’action, urgemment. Falk Richter se saisit de la puissance de la scène de théâtre pour en faire un porte-voix et interpeller les politiciens allemands, Angela Merkel en particulier, sur les violations de droits humains. Un plaidoyer particulièrement virulent dénonce les lois homophobes et liberticides de la Russie de Poutine, en demandant clairement à Angela Merkel de se positionner par rapport à ces questions lors de ses rencontres avec son homologue russe.

Précis et parfois cinglant dans ses textes, Falk Richter avoue se sentir de plus en plus libéré dans ses positionnements, même si cela lui a déjà valu un procès. Et s’il ne cache pas ses inquiétudes sur la dérive à l’extrême-droite et aux fondamentalismes religieux d’une frange de la population allemande (et européenne), il reste aujourd’hui confiant quant à l’évolution de la société vers plus d’ouverture aux différences, qu’elles soient culturelles ou sexuelles. Cet optimisme est contagieux et perce par les moindres pores du spectacle. C’est ainsi que, après deux heures de show sensationnel, le public du TNS offre aux comédiens et à Falk Richter, venu accompagner son premier spectacle à Strasbourg en tant qu’artiste associé, une standing ovation aussi chaleureuse et prolongée. Un expérience à partager, sans aucun doute.

Rencontre

Falk Richter sera présent pour une rencontre publique et gratuite au TNS le 5 février à 20h, dans le cadre de l’Autre saison du TNS. La soirée fera la part belle à l’écriture contemporaine et à des lectures de textes, mais aussi à des échanges avec le public. Une occasion supplémentaire de découvrir cet artiste dont nous n’avons pas fini d’entendre parler.

L'AUTEUR
Marie Bohner
Marie Bohner
Indépendante, coordinatrice de projets et rédactrice, je travaille dans le champs des droits humains, du développement et de la culture, au niveau international mais aussi en local à Strasbourg.

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 493 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 390 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.