Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Strasbouge Encore, la compilation musicale de l’été strasbourgeois
Culture 

Strasbouge Encore, la compilation musicale de l’été strasbourgeois

par Tristan Kopp.
Publié le 2 mai 2021.
Imprimé le 15 mai 2021 à 20:03
856 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’été approche, et avec lui la reprise des activités culturelles, dans la période phare des concerts et des festivals. Cette perspective accompagne la sortie, fin juin, d’une compilation strasbourgeoise qui se trame en coulisse depuis plus d’un an. Strasbouge Encore, collaboration de 24 artistes locaux et de plusieurs professionnels de la culture, offre la preuve que, malgré la crise sanitaire, la ville bouillonne toujours de talent.

Lors du premier confinement, Emmanuel Dosda, journaliste et attaché de presse polyvalent, écoute le récent disque du duo Encore. Interpellé par l’originalité de cette musique, il la partage à Benjamin Cascherav, co-fondateur d’un réseau de musique underground : La Souterraine. De là nait l’idée de préparer une compilation musicale qui reflète à la fois la richesse et la diversité du bassin musical strasbourgeois. Joël Beyer et son label #14, dédiée à l’émergence musicale, ont également rejoint le projet, apportant plusieurs artistes supplémentaires. Strasbouge Encore a connu bien des moutures et des rebondissement en un an de préparation. Finalement, la liste sera fixée à 24 artistes, avec un critère : toutes les paroles se doivent d’être en français. Bien que la compilation soit subventionnée par la ville de Strasbourg, les concepteurs cherchent encore à finaliser le budget en vue d’éditer un disque. Mais elle sera quoi qu’il arrive largement distribuée en digital par La Souterraine.

Strasbouge encore et pas qu’un peu !

Variétés au menu

Les projets de la compilation sont hautement hétéroclites et forment un patchwork de styles et de poésies singulières. Cette diversité est notamment due aux labels, qui travaillent depuis longtemps à favoriser les univers d’artistes atypiques. Le grand écart se retrouve également en terme de moyens et d’expériences. La compilation associe autant des musiciens installés que des groupes émergents. Sa sortie de est prévue fin juin 2021, mais les artistes sont peu à peu dévoilés et présentés en ligne.

Encore

Le duo qui donne son nom à cette compilation y occupe une part égale à ses camarades (un vingt-quatrième de place). Avec ses mélodies de synthé et ses percussions profondes, cette musique s’adresse au corps tout entier. Une écoute physique est nécessaire pour pleinement se saisir des morceaux. L’électro se retrouve dans des rythmes stroboscopiques, qui se superposent et finissent rapidement par brouiller les sens.

Claire Faravarjoo

Les scènes décrites dans nombre des morceaux de Claire Faravarjoo semblent tirées d’un monde révolu : des fêtes, des boites, des tendresses alcoolisés et toutes ces poésies nocturnes effacées par les confinements successifs. Cela explique sans doute la mélancolie qui se dégage parfois d’une musique pourtant entrainante. Les regrets qui planent dans la fumée ambiante agissent comme des loupes sur des petits riens, instants suspendus de solitude et de voix intérieures. Rue89 Strasbourg avait dressé en 2017 le portrait de ce groupe.

Soleils Bleus

À la pointe de l’expérimental confidentiel, le label des Soleils Bleus pratique sa musique avec la même ferveur qu’un cuisinier farfelu qui explore les marchés à la recherche d’ingrédients inédits. La curiosité assumée pour les sonorités déroutantes de ces farandoles improbables est la clé de cette musique, vécue comme une prise de risque constamment réactualisée.

Oceya

Pluridisciplinaire et femme-orchestre, Oceya crée ses musiques comme de vastes tableaux. C’est une immersion psychédélique en boucles hypnotiques dans des paysages dérangeants et périlleux. Mais chaque plongée possède une saveur unique qui rend curieux de goûter la prochaine. Si elle mobilise parfois des voix, traitées comme des instruments altérés par le magma coloré de ses compositions, Oceya offrira le seul morceau entièrement instrumental de la compilation.

Nebbiu

Le rap a aussi ses strasbourgeois. Nebbiu met ses textes au service de ses réflexions, et cherche à susciter la discussion. Chaque parole est lancée comme une main tendue. Il se rattache à une idée du rap comme un style narratif, qui est là pour raconter quelque chose d’intime et de singulier. Un conglomérat d’éléments disparates constitue cette musique, à l’image d’une identité façonnée par des ingrédients divers.

Aller plus loin

Sur Facebook : la page de la compilation

Sur Souterraine.biz : la page de La Souterraine

L'AUTEUR
Tristan Kopp

En BREF

Fin de l’Hôtel de la rue en septembre, ses occupants bientôt relogés

par Violette Vauloup. 1 401 visites. 4 commentaires.

À Bischheim, les lycéens se mobilisent ce mardi contre le maintien des épreuves écrites du baccalauréat

par Manuel Magrez. 1 508 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deux syndicats de Horizon Amitié appellent à la grève pour « un changement immédiat de direction »

par Thibault Vetter. 1 790 visites. 2 commentaires.
×