Strasbourg se conforte en capitale de l’illustration
Vigies 

Strasbourg se conforte en capitale de l’illustration

À LIRE SUR LE MONDE

Le Monde a consacré un long reportage à l’excellence de la filière strasbourgeoise dans le domaine de l’illustration. Le quotidien revient sur les origines de la filière au sein de l’école des Arts Décoratifs en 1972, aujourd’hui Haute Ecole des Arts du Rhin (HEAR), et sur le processus éducatif qui y est enseigné.

Selon Guillaume Dégé, illustrateur en charge de la formation, l’objectif de l’école est « de fabriquer des auteurs et non des illustrateurs formatés. Pour que de nouvelles images puissent pénétrer le marché, il faut que ces jeunes gens s’entraident, se regardent travailler et produisent des choses ensemble. »

En 2015, le New York Times a fait appel à plusieurs élèves de l’école. Le résultat a en partie été compilé dans une exposition appelée « Fit to print », vue à Strasbourg et qui sera accrochée en mars 2017 à New York, dans les locaux de la Society of Illustrators.

La façade de l'école des Arts Décoratifs (Photo Wikimedia Commons / cc)

La façade de l’école des Arts Décoratifs (Photo Wikimedia Commons / cc)

Jongler entre les commandes et le RSA

Pour Le Monde, Strasbourg a acquis une position de « capitale de l’illustration » en gardant ces illustrateurs formés à l’école grâce à des « loyers faibles. » Le journaliste compare sans doute avec le marché immobilier de Paris car, comme le rappelle Guillaume Dégé : « il est moins cher de vivre ici quand on doit jongler entre des commandes aléatoires et le RSA. »

C’est ce qui explique la vivacité de Central Vapeur, une association qui regroupe environ 75 illustrateurs et qui organise chaque année un festival de l’illustration et de l’édition indépendante. Pour Le Monde, ce festival a pris de l’ampleur l’an dernier en se muant en « Rencontres de l’illustration ». Des rencontres qui ont permis aux illustrateurs strasbourgeois d’en prendre « plein la gueule » en découvrant le travail de leurs collègues européens.

Aller plus loin

Sur Le Monde : entretien avec Tomi Ungerer, « Je préfère le réalisme à l’utopie »

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 532 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 269 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saisi en urgence, le tribunal administratif maintient l’arrêté anti-mendicité

par Jean-François Gérard. 984 visites. 4 commentaires.