À Strasbourg, 2 000 logements privés restent vides depuis plus de trois ans
L'actu 

À Strasbourg, 2 000 logements privés restent vides depuis plus de trois ans

À Strasbourg, 2 000 logements restent vides depuis plus de trois ans. Ce chiffre monte à 3 400 pour l’ensemble de l’Eurométropole. Grâce à un dispositif lancé en mai 2016, des solutions ont été trouvées pour 235 logements vacants.

« Sans accompagnement, en tant que propriétaire, on est parfois perdu. » Raphaël Reppel possède une bâtisse dans le quartier de Cronenbourg. Aux étages, trois appartements étaient vacants depuis plus de trois ans. Aujourd’hui, ils sont tous occupés grâce au dispositif de l’Eurométropole « Mieux relouer mon logement vacant ». Initié en mai 2016, il vise à réduire le nombre de logements vides depuis plus de trois ans (3 400 dans les 33 communes de l’Eurométropole, dont 2 200 à Strasbourg). Jeudi 29 août, le vice-président de l’Eurométropole Syamak Agha Babaei (divers gauche) et l’adjoint au maire Alain Jund (EELV) ont présenté la méthode de ce programme qui a permis de mettre fin à la vacance de 235 logements en près de trois ans.

Les appartements de cette bâtisse sont restés inoccupés pendant plus de trois ans. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

L’état des lieux

Pour estimer le nombre de logements concernés, l’Eurométropole de Strasbourg a d’abord dû accéder au fichier des logements vacants de la direction générale des impôts. Ensuite, des questionnaires ont été envoyés aux propriétaires concernés. Des entretiens ont aussi été menés pour connaitre les profils types des bailleurs sans locataire. « Contrairement aux idées reçues, ces appartements n’appartiennent pas à des grands groupes, mais à des propriétaires d’un ou deux logements », explique Alain Jund.

Souvent, les propriétaires de logements vides ont eu une mauvaise expérience avec un locataire. Ils sont parfois démunis face aux besoins de rénovation de leur logement et ne connaissent pas les différentes aides de l’Eurométropole ou de l’État. Pour Syamak Agha Babaei, la solution réside dans une « mise en réseau du propriétaire avec les entreprises pour rénover, les banques pour financer et les associations d’intermédiation locative (qui permettent de trouver un locataire et offrent des garanties sur les loyers impayés, ndlr) »

Subventions et mise en relation

À partir de ce constat, l’Eurométropole a conçu le dispositif « Mieux relouer mon logement vacant ». Il propose d’abord des solutions financières. Si le propriétaire pratique un loyer modéré, l’Agence Nationale de l’habitat (Anha) offre une prime de plusieurs milliers d’euros et un abattement fiscal de 70 à 85% sur les loyers perçus. Lorsque le logement est dégradé, le programme met à disposition des entreprises adaptées. En cas d’importantes rénovations, notamment énergétiques, l’Eurométropole et l’Anha peuvent subventionner jusqu’à 60% du montant des travaux hors-taxes. Enfin, des structures spécialisées sont mises à disposition du propriétaire pour assurer un suivi régulier du locataire ou encore le versement régulier du loyer. Dès 2020, la plateforme d’intermédiation locative « Fac’Il » rassemblera ces services pour les propriétaires en difficulté.

Propriétaire, locataire, municipalité : tous gagnants

Grâce à ce dispositif, Syamak Agha Babei espère trouver une solution pour 100 logements vacants chaque année. L’effort doit aussi permettre d’augmenter la part d’appartements privés dans l’offre de logements sociaux. Le maire de La Wantzenau Patrick Depyl (Modem) a signé la convention d’intermédiation locative avec l’Agence Immobilière à Vocation Sociale (AIVS) Habitat Humanisme. Sa municipalité subventionne ainsi la prospection et l’accompagnement des propriétaires qui proposent des loyers modérés. En échange, elle réduit le montant des pénalités infligées aux communes dont l’offre de logement social est insuffisante.

Dans la bâtisse dont Raphaël Reppel est propriétaire, Lucie Imbs occupe désormais un 35 mètres-carrés pour 275 euros par mois, charges comprises. La jeune étudiante a pu reprendre des études d’éducatrice jeunes enfants grâce à ce niveau de loyer. Son bailleur y a aussi trouvé son compte : la Soliha, une filiale de l’Anah, a financé près de la moitié des 105 000 euros de travaux de rénovation, énergétique notamment.

Un des appartements rénovés (photo GK / Rue89 Strasbourg)

Selon la Fondation Abbé Pierre, 3 millions de logement sont inoccupés en France. Parmi eux, 100 000 habitations seraient immédiatement utilisables.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 9 356 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 269 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 559 visites. 8 commentaires.