Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Des conducteurs de bus en grève pour plus d’équité sociale à Keolis Striebig
L'actu 

Des conducteurs de bus en grève pour plus d’équité sociale à Keolis Striebig

par Louise Chappe.
Publié le 18 février 2021.
Imprimé le 21 juin 2021 à 15:30
2 177 visites. 8 commentaires.

Les conducteurs de bus de Keolis Striebig sont en grève depuis lundi 15 février, à l’appel de la CGT et de la CFDT. Ce mouvement social perturbe le trafic sur certaines lignes de la CTS.

Mercredi 16 février, une dizaine de conducteurs en grève de Keolis Striebig, une entreprise régionale de transports en commun rachetée en 2014 par le groupe Keolis, étaient réunis devant le dépôt du Port du Rhin, rue de Cherbourg à Strasbourg. Des mouvements similaires ont eu lieu aux dépôts d’Illkirch-Graffenstaden et de Molsheim. Selon Foudhil Benhalima, conducteur de bus et représentant des salariés (CFDT) chez Keolis Striebig, ce mouvement a réuni environ « 70 participants sur les trois sites, dans une ambiance de solidarité ».

Des tracts mais pas de blocage

Divisé en trois groupes, les grévistes se relaient toute la journée pour distribuer des tracts aux autres employés mais aussi discuter sous leur tente et partager quelques grillades. Un mouvement qui se poursuit même la nuit. « Cela est nécessaire et ça ne nous dérange pas », affirme Foudhil Benhalima, tandis que ses camarades acquiescent.

Un mouvement qui perturbe certaines lignes de bus de la CTS (voir ci-dessous), la compagnie strasbourgeoise ayant sous-traité une partie de son service à Keolis Striebig. La circulation des cars du réseau fluo Grand Est et des cars scolaires, desservant notamment des établissement en campagne, est aussi perturbée par cette grève.

La circulation des bus conduits par des employés non-grévistes n’est pas entravée, précise Bouchaib Amavir, délégué syndical de la CFDT. « Les autres conducteurs respectent notre mouvement, donc nous respectons leur choix de travailler » ajoute Foudhil Benhalima.

Les grévistes s’étaient réunis, mercredi 17 février, devant le centre d’exploitation du sous-traitant Keolis Striebig pour distribuer des tracts et faire valoir leurs droits. (Photo LC / Rue89 Strasbourg)

Prime de vacances et même temps de travail

Leur première revendication : une prime de vacances de 500 euros par an. Cette demande « ne sort pas de nulle part », explique Bouchaib Amavir. Les employés « sédentaires » (administratifs) ont obtenu une augmentation de salaire de 40 euros par mois lors des négociations annuelles. Les employés « roulants » n’ont pas été augmentés, les grévistes demandent de rétablir une forme d’équité salariale avec cette prime de vacances, au même niveau que les administratifs. « Les conducteurs sont importants, ils forment le poumon de l’entreprise », affirme Foudhil Benhalima.

Foudhil Benhalima, conducteur de bus depuis 12 ans et représentant des salariés, réclame plus d’équité salariale et de meilleures conditions de travail. (Photo LC / Rue89 Strasbourg)

Autre inégalité : le temps de travail de certains employés inclut les « temps annexes » (temps de battement, de changement d’uniforme, d’attente) alors que ces moments ne sont pas payés pour d’autres. Ces disparités existent également au sein d’employés appartenant au même service. L’intersyndicale demande à l’entreprise d’harmoniser les modes de calcul du temps de travail mais aussi les primes versées aux employés.

Le conducteur de bus CFDT dénonce aussi la multiplication des contrats précaires au sein de l’entreprise et la désuétude des véhicules « qui ne sont plus aux normes environnementales et n’assurent pas la sécurité des voyageurs ». « Cette entreprise gagne beaucoup d’argent mais ne veut pas en donner », s’offusque Foudhil Benhalima. « Si rien n’est fait, nous continuerons notre mouvement jusqu’en juin, » prévient-il.

Le directeur « esquive » les revendications

Les grévistes ont déjà porté leurs revendications à l’attention de la direction du groupe Keolis Striebig à l’occasion des négociations annuelles obligatoires de 2019, mais sans succès. « On a tenté de temporiser », souligne Foudhil Benhalima. Cependant le président Martin Godefroy n’a pas donné suite à leurs revendications. Une absence de dialogue qui a contribué à la dégradation du climat social dans l’entreprise, fondée par Hubert Striebig puis repris par son fils en tant que directeur général adjoint, qui a mis fin à ses fonctions il y a « 4 ou 5 ans » selon l’administration de Keolis Striebig. Foudhil Benhalima confie que « les contacts avec la direction se sont tendues depuis et que cela accentue les disputes entre les employés. »

Une situation qui est aussi due « à des loyers et des frais exorbitants payés par la filiale Striebig Autocars à son employeur, le groupe Keolis, » croit savoir le syndicaliste. Contactée, la direction de Keolis Striebig n’a pas répondu à nos appels.

Les lignes publiques perturbées

Réseau CTS Strasbourg – Eurométropole

  • La ligne 27 circule uniquement entre les arrêts Neuhof Rodolphe Reuss et Port Autonome Sud toutes les 30 minutes environ, entre 4h30 et 22h.
  • La ligne 31 circule uniquement entre 19 h et minuit.
  • La ligne 63 circule toutes les 30 à 60 minutes entre 5h et 20h.
  • Les lignes 42, 43, 45, 62 et 64, ainsi que les renforts des lignes 260/270 ne circulent pas.

Cars scolaires

Les services opérés par Striebig desservent le CFA d’Eschau, le collège Krafft à Eckbolsheim, le collège Maxime-Alexandre à Lingolsheim, le collège Jean-de-La-Fontaine à Geispolsheim, le lycée Jean-Monnet à Strasbourg, le collège Paul-Wernert à Achenheim ainsi que les écoles de Breuschwickersheim et de Kolbsheim.

Réseau Fluo

  • Ligne 201 entre Pfaffenhoffen et Hœnheim
  • Ligne 203 entre Saessolsheim et Strasbourg
  • Ligne 230 entre Wasselonne et Strasbourg
  • Ligne 234 entre Balbronn et Marlenheim
  • Ligne 235 entre Wasselonne et Dorlisheim
  • Ligne 262 entre Erstein et Ottrott
  • Ligne 257 entre Strasbourg et le Champ du Feu
  • Ligne 902 entre Dunnenheim et Brumath
  • Ligne 905 entre Truchtersheim et Hurtigheim
Article actualisé le 22/02/2021 à 15h28 : Un point sur la direction de Striebig a été éclairci.
L'AUTEUR
Louise Chappe
Louise Chappe
Etudiante en Relations Internationales. En stage à Rue89 Strasbourg.

En BREF

Elections régionales : « J’ai reçu un texto du RN. Comment ont-ils trouvé mon numéro ? »

par Lola Manecy. 1 914 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Au tribunal administratif, le rapporteur public demande de reprendre les « compensations » au GCO

par Jean-François Gérard. 1 380 visites. 4 commentaires.

La CFTC perd son recours contre le travail le dimanche au tribunal administratif

par Lola Manecy. 554 visites. 3 commentaires.
×