Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Suppression de postes à l’inspection du travail : « On perd le sens de notre activité »
L'actu 

Suppression de postes à l’inspection du travail : « On perd le sens de notre activité »

par Guillaume Krempp.
Publié le 4 avril 2019.
Imprimé le 04 octobre 2022 à 19:24
2 948 visites. 8 commentaires.

Devant leurs locaux, une soixantaine d’agents de l’inspection du travail se sont rassemblés le 4 avril pour dénoncer la réduction de leurs effectifs. Les responsables syndicaux anticipent une dégradation du service public et une « perte de sens » pour les fonctionnaires, incités à « faire du chiffre ».

« Pas de bras, pas de droits. » Jeudi 4 avril, une pancarte résume le combat des agents de l’inspection du travail. Vers 11h, ils sont une soixantaine dans la cour de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Leur colère vient des suppressions de postes prévues pour 2019 : 42 agents aux services emplois, 28 à l’inspection du travail, 2 à la lutte contre le travail illégal… « Nous sommes des agents du service public, quand on nous demande de faire du chiffre, avec de moins en moins d’effectif, on perd le sens de notre activité », explique Laurent Bosal, membre du syndicat CNT (Confédération Nationale du Travail).

Jeudi 4 avril, une pancarte résume le combat des agents de l’inspection du travail : ils s’opposent à la réduction des effectifs dans plusieurs services… (Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Sous la pluie, plusieurs agents de l’inspection du travail regrettent l’époque où « on avait les moyens de lancer des investigations. » Pour Eric Mandra, secrétaire de la section bas-rhinoise de Force Ouvrière, les salariés viennent avec des demandes de plus en plus complexes et chronophages :

« Ça devient de plus en plus compliqué de répondre aux salariés qui viennent nous voir. Pour les questions simples, sur les congés payés ou le salaire minimum, ils ont internet. Donc on vient nous voir sur des problématiques lourdes. Moi, sur mon secteur j’ai une problématique de harcèlement. Je croise les doigts pour que la salariée ne porte pas atteinte à son intégrité physique… J’ai pas la conscience tranquille… »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Le Conseil d’État maintient la suspension du confinement de Stocamine

par Pierre France. 572 visites. 1 commentaire.

Sobriété : l’Eurométropole refroidit l’ambiance

par Jean-François Gérard. 8 715 visites. 11 commentaires.

Suicide de Dinah : le parquet de Mulhouse classe sans suite la plainte des parents pour harcèlement

par Guillaume Krempp. 944 visites. 3 commentaires.
×