Tribune : travaux d’été dans l’Eurométropole : sale temps pour les vélos !
Tribune 

Tribune : travaux d’été dans l’Eurométropole : sale temps pour les vélos !

 

Les travaux sur les voies cyclables semblent toujours moins prioritaires que ceux sur les routes (Photo EJ)

Les travaux sur les voies cyclables semblent toujours moins prioritaires que ceux sur les routes (Photo EJ)

Emmanuel Jacob, blogueur à la Robertsau et collaborateur à Rue89 Strasbourg, réagit à notre article sur la difficile ascension des vélos électriques. Et pour lui, il n’y a pas de « capitale du vélo » à Strasbourg, car la priorité reste donnée à la voiture.

TribuneCocteau aurait dit Il n’y pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. C’est un peu la même chose à propos de la passion de Strasbourg pour le vélo : il ne suffit de l’afficher, c’est au quotidien que nous devrions constater la vraie prise en compte du vélo. Même si Strasbourg est mieux lotie que la plupart des grandes villes françaises, cet avantage comparatif semble plus le fait d’un avantage géographique, exploité avec opportunisme, qu’un choix fondamental d’aménagement urbain, en faveur du vélo.

Bénéficiant d’une morphologie assez plane, idéale pour le vélo, la ville a pu bénéficier de pistes grâce à ses larges avenues, qui ne dérangeaient pas le développement de la circulation automobile. Tant mieux, mais le résultat est que le vélo reste secondaire, donc mal géré par les planificateurs de nos espaces publics, pour qui il reste une contrainte.

Impossible de n’emprunter que des pistes cyclables

Utilisateur au quotidien, je ne peux que constater le morcellement et l’incohérence des pistes cyclables. Il est particulièrement difficile par exemple d’aller simplement d’un quartier à un autre en n’empruntant que des pistes. Alors que ce n’est pas le cas pour les voitures : vous pouvez vous rendre d’un point à un autre de la ville sans jamais quitter votre voie réservée. Le réseau cyclable de Strasbourg, tant vanté par nos communicants, reste un gymkhana, fastidieux et dangereux, pour celles et ceux qui s’y risquent.

Les récents accidents mortels, dont des cyclistes ont été victimes, ne cessent d’interpeller sur ce point.

C’est également sans compter sur les nombreux véhicules de toutes sortes qui se trouvent toujours des excuses pour stationner sauvagement sur les trottoirs et les pistes. Livreurs, engins de travaux publics, agents de la CUS, La Poste etc. Ils s’arrogent un droit personnel au mépris de la réglementation. Il est par exemple sidérant de voir des agents de la CUS stationner sous un panneau « piste cyclable » que certainement leurs collèges ont dû poser.

Passivité des pouvoirs publics

Alors que le code de la route vient de durcir les amendes contre les véhicules qui s’arrêtent ou stationnent sur des pistes cyclables, avec 135 € d’amende à la clef et les qualifiant de « stationnements très gênants », il est étonnant de constater la passivité, voire la complicité avec laquelle ces infractions sont traitées.

Une voiture de la CUS s'affranchit du code de la route (Photo EJ)

Une voiture de la CUS s’affranchit du code de la route (Photo EJ)

Se garer sur le trottoir est apparemment permis aux agents de la CUS (Photo EJ)

Se garer sur le trottoir est apparemment permis aux agents de la CUS (Photo EJ)

Ça c’est le quotidien du cycliste à Strasbourg : pistes incohérentes, pas d’axes majeurs, conflits piétons-cyclistes organisés ; et priorité à la voiture.

En été, les vélos sont censés disparaître

Mais particulièrement en été les cyclistes ont d’autres « signes preuves » de l’amour de Strasbourg pour le vélo : les travaux d’été. Évidemment qu’il faut profiter de la période « calme » pour effectuer des travaux sur la chaussée, mais chose étonnante, à chaque fois qu’il y a des travaux, les vélos s’envolent, disparaissent.

Ici, avenue Pierre Mendes France : le camion de l’entreprise est garé sur le dernier bout de piste cyclable, ne laissant que peu d’espace pour les piétons et les cyclistes. Il y une petite déviation pour les voitures qui passent sur la piste cyclable… Où est la déviation pour les vélos et les piétons ? N’y a-t-il pas de risques supplémentaires ?

Aucune déviation prévue, les risques sont accrus (Photo EJ)

Aucune déviation prévue, les risques sont accrus (Photo EJ)

Boulevard de Dresde : des panneaux invitent les piétons (et les vélos ?) à prendre le trottoir d’en face… qui est également en travaux avec le même panneau.

Prenez le trottoir d'en face... également inaccessible (Photo EJ)

Prenez le trottoir d’en face… également inaccessible (Photo EJ)

Même chose route de La Wantzenau, des travaux des deux côtés de la route, les cyclistes et les piétons n’ont qu’à se serrer et tenter l’aventure dans le flux de la circulation.

Route de La Wantzenau, des plots semblent faire obstacle aux cyclistes (Photo EJ)

Route de La Wantzenau, des plots semblent faire obstacle aux cyclistes (Photo EJ)

Oui, faire du vélo une priorité est difficile

En ces périodes de fortes chaleurs et de pollution, plus que jamais le vélo est l’avenir des villes. Pratique, peu encombrant, bon pour la santé et surtout zéro émission polluante. Mais encore faut-il lui donner vraiment la place qu’il mérite. C’est bien beau de compter les vélos place de l’Étoile, si c’est pour les oublier à la moindre difficulté.

Celles et ceux qui choisissent le vélo comme mode de transport quotidien se rendent compte du chemin encore très important qu’il reste à parcourir pour que la ville leur soit accueillante : connecter et sanctuariser les voies cyclables, démultiplier les arceaux où garer son vélo en sécurité (y compris dans ses nouveaux gabarits, de type cargos), sanctionner les empiétements automobiles… pour faire vivre à Strasbourg cette “culture vélo” qui fait la réelle différence entre une ville du vélo, pensée pour le vélo, et une ville qui se contente d’additionner les bouts de pistes cyclables pour bien figurer dans les classements.

Emmanuel Jacob

Tags
L'AUTEUR
Tribune
Tribune
Je suis une tribune, l'auteur de cette contribution est indiqué dans l'article.

En BREF

Eco2Rives, un premier festival franco-allemand sur le climat samedi

par Déborah Liss. Aucun commentaire pour l'instant.

GCO : le chantier de l’échangeur au nord peut reprendre

par Jean-François Gérard. 799 visites. 12 commentaires.

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 287 visites. 10 commentaires.