Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Uber à Strasbourg : trois chauffeurs interpellés suite à l’arrêté de la préfecture
L'actu 

Uber à Strasbourg : trois chauffeurs interpellés suite à l’arrêté de la préfecture

par Leïla Marchand.
Publié le 10 juin 2015.
Imprimé le 24 janvier 2022 à 21:09
2 934 visites. 3 commentaires.
Entre confort, performance et rentabilité, le choix du véhicule est presque cornélien

(Un taxi. Photo – Nicolas Hecquet)

UberPop n’aura pas fait long feu dans le Bas-Rhin. Dès ce mercredi 10 juin, via un arrêté, la préfecture a interdit l’utilisation du service lancé par la société américaine Uber, alors qu’il venait tout juste de s’étendre à Strasbourg.

Ce sont les chauffeurs de taxis strasbourgeois, très remontés contre ce service qu’ils qualifient de « concurrence déloyale », qui avaient formulé cette demande à la préfecture. Dans la soirée de lundi, plusieurs d’entre eux se sont présentés dans un hôtel où la société Uber organisait une session de recrutement de chauffeurs, a rapporté à l’AFP Roger Ritter, vice-président du syndicat départemental des artisans taxi. Plusieurs chauffeurs d’Uber auraient alors préféré s’éclipser et les entretiens ont tourné court.

Mardi, trois chauffeurs présumés utilisant « UberPop » ont été interpellés pour « exercice illégal de la profession de taxi », selon L’Alsace.

Le service, qui permet à des particuliers de s’improviser chauffeurs et à des utilisateurs d’être transportés à des tarifs réduits, a été étendu dans plusieurs villes de France : Paris, Lyon, Lille, Bordeaux… Malgré le passage de la loi Thévenoud en janvier 2015, un flou juridique permet à la société de continuer ses activités. Avec succès : les chauffeurs et les utilisateurs inscrits se multiplient.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : 7 choses à savoir avant de se lancer dans UberPop à Strasbourg

Sur Rue89 : Tournée nocturne avec la police des taxis, à la recherche des UberPop

Sur Rue89 : Des chauffeurs UberPop interpellés : Uber reste flou sur la conduite à tenir

Sur Le Figaro : Uber, les taxis et la schizophrénie de l’État français

L'AUTEUR
Leïla Marchand
Leïla Marchand
Ex-journaliste à Ouest-France, je termine deux années de formation au journalisme web à Metz. Je suis à la rédaction de Rue89 Strasbourg pour le mois de juin.

En BREF

Des Décrocheurs mazoutent des portraits d’Emmanuel Macron pour dénoncer son inaction climatique

par Anne Mellier. 706 visites. 9 commentaires.

À la Meinau, une centaine de sans-abris squattent un bâtiment en instance de démolition

par Thibault Vetter. 5 934 visites. 10 commentaires.

Un immeuble insalubre de Joseph Benamran devant la justice administrative

par David Weichert. 4 030 visites. 3 commentaires.
×