Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Un soir, deux heures, trois vernissages
Culture 

Un soir, deux heures, trois vernissages

par Pauline De Deus.
Publié le 12 avril 2013.
Imprimé le 01 octobre 2022 à 00:16
2 216 visites. 2 commentaires.
A Stimultania (Photo PDD / Rue89 Strasbourg)

A Stimultania (Photo PDD / Rue89 Strasbourg)

Pour certains le jeudi est soir de fête… Pour moi, c’était soir de vernissage. A Strasbourg en ce jeudi 11 avril, trois expositions ouvraient leurs portes. Peut-être pour célébrer l’arrivée du printemps sous la pluie. A moins que ce ne soit la fête mondiale de l’art avant l’heure… Toujours est-il, que les artistes étaient de sortie, tous plus surprenants les uns que les autres.

Je me suis lancée un défi : assister à tous les vernissages strasbourgeois de la soirée de jeudi. Avant de partir, il m’a fallu établir un planning. D’abord le Syndicat Potentiel, ensuite le Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines, puis pour terminer Stimultania.

Le timing est serré. J’arrive au Syndicat Potentiel à 18 heures tapantes. Axel Claes, l’artiste exposé, est déjà là pour accueillir les premiers visiteurs. Comme je suis la seule, je n’ose m’approcher du buffet, quelques bretzels et du jus d’orange dans des verres en plastique. Je me réserve. En attendant que la salle se remplisse j’en profite pour regarder l’exposition.

Dans la première pièce les œuvres sont disposées au sol. On ne sait pas vraiment dans quel sens les regarder. Des objets, personnages et animaux du quotidien sont collés dans tous les sens. Et autour, du coloriage « comme les gamins », ironise l’artiste lui-même.

Exposition d'Axel Claes au Syndicat Potentiel

Axel Claes réalise ses oeuvres à partir de matériaux pauves. Son art se base sur des dessins, des écritures, des coloriages et des collages (Photo PDD / Rue89 Strasbourg).

Dans la salle voisine, les œuvres vont du sol au plafond. Debout, face à ces dessins, on se sent minuscule. C’est certainement ce que souhaite l’artiste. Pourtant, il explique avec un accent belge prononcé, que dans les deux pièces sa démarche n’est pas différente :

« Je les ai disposées volontairement comme cela mais ces œuvres sont dans la même veine. Ce sont des rapports à la réalité quotidienne. A cette réalité et à ce monde parfois incompréhensible. Le but de tout cela est simple : c’est de vous surprendre ! »

Et ça marche ! Je regarde tous ces tableaux, lis toutes ces phrases et je dois dire que je ne comprends pas toujours. Je suis étonnée, je m’interroge. Pourquoi écrire, « Le pouvoir du tambour sur la poubelle », sur du papier peint, et dessiner un tambour dans une poubelle ? C’est, comme le dit l’artiste, incompréhensible, mais en même temps ça m’amuse.

De Bruxelles à Berlin

18h10, 18h20. Le temps passe et les visiteurs sont toujours en train d’arriver. Tant pis pour le discours et la performance de Risographie. Il faut encore que je me rende au CEAAC. Le vernissage commence dans 10 minutes. Sous la pluie je quitte donc l’univers bruxellois pour me rendre chez les amoureux de la capitale allemande. Me voilà arrivée, avec un peu de retard. Plusieurs visiteurs sont déjà en train d’observer les œuvres. Cette fois deux expositions sont visibles. Les deux jeunes artistes, Guillaume Alimoussa et Anil Eraslan, sont partis en résidence à Berlin pour réaliser leurs productions.

Guillaume était au départ pour réaliser un herbier d'advantice, mais petit à petit son projet s'est transformé pour donner cette exposition aujourd'hui.

Ce tableau d’herbe, l’histoire de Guillaume lui donne tout son sens. Il était au départ parti pour réaliser un herbier d’advantice (mauvaises herbes), mais petit à petit son projet s’est transformé pour donner cette exposition aujourd’hui. (Photo PDD / Rue89 Strasbourg)

Je parcours la première pièce rapidement. J’apprendrais ensuite que l’artiste a réaliser des photographies de personnes importantes pour lui, accompagnées de ses sculptures.
En haut, l’exposition me parle plus. Forêt, immeuble, lit, horloge, musiciens, toutes ses photographies me plaisent et me donnent à la fois une sensation étrange. Le flou des photos et les sons qui accompagnent l’exposition sont presque angoissants.

Dans une petite salle à côté est projetée une video de répétition de concert. Le tout toujours dans le même concept de flou travaillé que les photographies. Je jette un oeil au buffet, les mêmes bretzels apéritifs et jus d’orange. Je passe mon tour.

Un mélange d’art et de culture

19h10, le discours des artistes touche à sa fin. Je m’éclipse discrétement. Cette fois je suis vraiment en retard. Il est 19h passées, le versnissage à Stimultania a débuté depuis plus d’une heure. Je saute dans un tramway et me voilà arrivée à la galerie de photographie. Le vernissage bat toujours son plein. Je commence à avoir un peu faim mais tous les bretzels ont été boulottés.

Quelques visiteurs sont rassemblés autour d’une femme vêtue d’une robe africaine. Ils semblent absorbés par son discours. Je comprends vite qu’il s’agit de l’artiste.

Cette exposition est la plus fascinante de la soirée. Des personnages noirs sont photographiés avec des costumes étonnants. Un trait blanc traverse leur visage. Maïmouna Guerresi, explique comment elle a conçu ses œuvres :

« Je fais tout moi-même. Les décors, la peinture sur les murs, les costumes, les chapeaux… Je mélange plusieurs cultures parce que j’aime beaucoup la diversité. Et j’aime surtout montrer la beauté de la diversité ».

L'artiste est photographe mais aussi sculpteur. Entre les tirages on pouvait voir quelques unes de ses autres créations.

L’artiste est photographe mais aussi sculpteur. Entre les tirages on pouvait voir quelques unes de ses autres créations (Photo PDD / Rue89 Strasbourg).

Et l’artiste sait de quoi elle parle. Cette Italienne vit aujourd’hui au Sénégal et s’est convertie à l’Islam soufi. Elle expose dans différents pays du monde de l’Inde aux Etats-Unis en passant par la Belgique et l’Afrique bien sûr.

Au boût d’une heure de visite je quitte l’exposition. Maïmouna Guerresi est toujours en train de discuter de ses œuvres avec les visiteurs. Elle pourrait en parler toute la nuit.

A 20h30 je rentre chez moi, affamée mais avec des images et des couleurs plein à la tête. Finalement une soirée vernissage à Strasbourg ce n’est pas si mal. Assez agité mais faisable après tout !

L'AUTEUR
Pauline De Deus
Pauline De Deus
Après un an et demi de dur labeur à l'IUT de journalisme de Lannion me voilà arrivée à Strasbourg. Ici je réalise un stage de deux mois à la rédaction de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Mobilisation et manifestation intersyndicale jeudi 29 septembre pour « l’urgence sociale et écologique »

par Maud de Carpentier. 3 133 visites. 5 commentaires.

Les cars du Kochersberg plus rapides grâce à une voie dédiée presque jusqu’à Strasbourg

par Rue89 Strasbourg. 2 002 visites. 3 commentaires.

Rassemblement pour l’énergie nucléaire samedi à Strasbourg

par Pierre France. 3 082 visites. 13 commentaires.
×