Une médecin bas-rhinoise a produit des faux certificats médicaux pour s’affranchir du port du masque
L'actu 

Une médecin bas-rhinoise a produit des faux certificats médicaux pour s’affranchir du port du masque

actualisé le 08/09/2020 à 16h14 : ajout des éléments fournis par l'ARS.

En guerre contre la « dictature qui monte », une médecin de Wangenbourg-Engenthal a produit des certificats médicaux à remplir soi-même. Objectif : s’exonérer du port du masque en arguant d’une pseudo contre-indication médicale. L’ordre des médecins départemental assure que cette médecin sera bientôt suspendue.

« Voilà un certificat pour tous, il suffit simplement de mettre votre nom dans l’espace pour… À vous de jouer. » Lundi 10 août, une membre du groupe Facebook « Contre le masque obligatoire, pour la liberté de respirer et de sourire » publie ce message accompagné d’une photo d’un certificat médical.

Rédigé par l’unique médecin de Wangenbourg-Engenthal, commune forestière du piémont des Vosges dans le Bas-Rhin, Eve Engerer, il « certifie que (le nom est à insérer ici, ndlr) présente une contre-indication médicale au port du masque en continu et en occasionnel. » De quoi ravir les 2 400 membres du groupe, qui n’auraient qu’à inscrire leur nom et prénom pour se balader partout à un visage découvert.

Le certificat médical d’Eve E. diffusé sur les réseaux sociaux. (Document remis)

Les masques : « Un faux problème »

La médecin bas-rhinoise ne se cache pas d’avoir rédigé ce certificat médical de complaisance. Le 7 août, Eve Engerer a publié une photo du document sur son profil Facebook. Interrogée sur les faits, la médecin de 60 ans élude les questions : « Les masques c’est un faux problème. Imaginez, quand un petit enfant se promène avec un masque, c’est une muselière. Le problème, c’est la dictature qui monte. »

La docteure se décrit comme « médecin de la conscience, je ne suis pas un médecin big pharma (en référence à l’industrie pharmaceutique, ndlr). » Aux médicaments, elle préfère les prescriptions homéopathiques, « l’hypnose humaniste », les plantes et les huiles essentielles. « C’est la joie et l’alimentation qui crée la santé », assure-t-elle entre deux diatribes sur l’élite pédophile mondiale et les vaccins.

Diffusé et découvert sur les réseaux sociaux

En commentaires de ces posts Facebook, les internautes remercient la docteure « du fond du coeur ». Eve Engerer est aussi réactive lorsqu’une membre du groupe « Conscience et clés d’éveil » fait la demande de cette attestation. La médecin bas-rhinoise lui donne rapidement rendez-vous en « message privé. »

À notre connaissance, l’utilisateur de Twitter @TurtleTKD est le premier à avoir questionné ces certifcats médicaux publiquement sur le réseau social. Après avoir enquêté et confirmé l’origine de ces attestations médicales, il a transmis ces éléments au conseil de l’ordre des médecins bas-rhinois dans la journée du lundi 10 août. Le lendemain, il n’avait reçu aucune réponse.

Claude Bronner : « Aucune raison médicale »

Médecin généraliste à Strasbourg, Claude Bronner dénonce des attestations médicales sans fondement :

« Il n’y a aucune raison médicale pour laquelle des gens ne pourraient pas supporter le port du masque. Les médecins qui disent “ parce que vous ne supportez pas le masque, vous avez le droit de faire prendre des risques aux autres ”, ça n’a pas de sens. Si vous ne portez pas de masque, vous restez à l’écart des autres. »

Une autre médecin strasbourgeoise parle de certificats complètement abusifs et indique qu’Eve Engerer a déjà fait l’objet d’un signalement auprès de l’ordre des médecins.

Un signalement dès le mois d’avril

Président du conseil de l’ordre des médecins du Bas-Rhin, Jean-Marie Letzelter assure avoir réagi suite à des premiers signalements « dès le mois d’avril en demandant la supsension d’Eve Engerer auprès de la directrice de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est. » En pleine pandémie de covid, au mois d’avril, la médecin « donnait des ordonnances où il fallait répéter des chiffres pour se protéger du covid », ajoute-t-il. Jean-Marie Letzelter assure avoir renouvelé l’alerte auprès de l’ARS Grand Est dans la journée du 10 août.

Une suspension… possible

Le responsable départemental de l’ordre des médecins assure que « la suspension d’Eve Engerer devrait intervenir immédiatement. « J’attends la confirmation de la part directrice l’ARS Grand Est. Pour pouvoir arrêter un médecin, il n’y a que la directrice de l’ARS, le procureur, le préfet, ou le ministre de la Santé qui sont compétents. Ensuite c’est le conseil de l’ordre qui prend le dossier en main et qui a cinq mois pour confirmer ou non la décision. »

Contactée, l’ARS Grand Est a confirmé à Rue89 Strasbourg, par e-mail dans la journée du 12 août, « avoir saisi le procureur en vertu de l’article 40 du code pénal. » Autrement dit, des faits qui paraissent frauduleux ont été porté à la connaissance du Parquet, lequel décidera s’il y a lieu d’engager des poursuites contre Eve Engerer. Cependant, l’ARS ne confirme pas la suspension du médecin.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

La Poste à pourvoir

par piet. 1 451 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouveau suicide d’un technicien aux Dernières Nouvelles d’Alsace

par Jean-François Gérard. 11 479 visites. 3 commentaires.

Marche aux flambeaux des Gilets jaunes mardi

par Pierre France. 1 360 visites. Aucun commentaire pour l'instant.