Une vie de pro : jusqu’au burn-out
Société 

Une vie de pro : jusqu’au burn-out

L’aventure de Jean Tusse touche à sa fin. Dans ce dernier épisode, le jeune cadre strasbourgeois fait un burn-out : il tombe en dépression à cause de son travail. Une situation qui ne relève pas seulement de la fiction, Daniel* peut en témoigner. Ce quadragénaire travaillait dans le secteur de la banque. A la suite d’une dépression, il a été licencié pour inaptitude au travail.

Rue89 Strasbourg : Après votre licenciement, vous attaquez votre employeur devant le tribunal des prud’hommes. Pourriez-vous détailler les raisons à l’origine de votre conflit avec votre employeur ?

Daniel* : Ça faisait quinze ans que j’étais dans cette boîte du secteur bancaire. Mais ces dernières années, tout s’est dégradé. Certainement en réponse à la crise économique que nous vivons, la direction a peu à peu modifié le contrat de plusieurs collègues et ceci sans leur aval. Ce qui bien sûr est interdit par la loi. En tant que délégué syndical, je les ai défendus pour faire reconnaître le droit du travail. D’autant que j’ai moi-même vu mon contrat modifié. Et c’est en consultant ma fiche de paie que je l’ai découvert. J’ai donc fait intervenir le syndicat qui a fait appel à l’inspecteur du travail. Et nous avons finalement retrouvé nos conditions de travail d’origine.

R89S : Depuis cet épisode, que s’est-il passé ?

Daniel* : Nous avions retrouvé nos conditions de travail, mais nous subissions une très forte pression. Intellectuellement, il n’y avait pas de souci, j’étais solide. Mais mon corps a fini par lâcher. J’ai atterri à l’hôpital à la suite de douleurs abdominales très intenses. On m’a alors confirmé que c’était dû au stress, que j’avais fait un « burn-out ». Par la suite, je suis tombé en dépression et je suis resté en arrêt de travail pendant plus de deux ans. Et puis récemment, j’ai été mis en inaptitude par la médecine du travail, ce qui a conduit à mon licenciement.

R89S : Que tirez-vous de cette épreuve ?

Daniel* : Aujourd’hui, j’essaie de me reconstruire, de sortir de cette dépression. Toute cette histoire m’a beaucoup affecté psychologiquement. J’assimile tout ça à une forme de harcèlement moral. Une forme très perverse, car elle se fait subtilement, tout en finesse. Quand ça vous arrive, vous êtes très seul. Pourtant je suis quelqu’un de solide à l’origine. Mais psychologiquement, ça n’était plus possible : on me demandait de m’asseoir sur le droit du travail.

Cette épreuve m’a permis de comprendre qu’il fallait que je fasse plus attention à moi. Je m’acharnais tellement à aider les autres que je m’oubliais. À un moment donné, il fallait que quelqu’un prenne le bâton de pèlerin et aille au front. Alors je l’ai fait. Mais vu les circonstances aujourd’hui, je me dois maintenant de penser à moi avant de penser aux autres.

Et vous, que pensez-vous qu’il pourrait arriver à Jean Tusse après son burn-out ? Pourrait-il être licencié pour inaptitude au travail, comme Daniel ?

*Le prénom a été modifié.

Aller plus loin

Sur YouTube : la chaîne de Une vie de Pro avec toutes les chroniques de la vie de Jean Tusse

Sur Rue89 Strasbourg : « Une vie de pro », le pourquoi du comment de la cravate au bureau

Sur Rue89 Strasbourg : Tous les articles « Une vie de pro »

L'AUTEUR
Lucile Jeanniard
Tout droit sortie de deux années d'études en journalisme à Lyon, je suis venue à Strasbourg pour deux mois au sein de la rédaction de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Le squat Bugatti évacué dans le calme

par Rue89 Strasbourg. 989 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’évacuation du squat Bugatti a débuté

par Pierre France. 3 766 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Régionales : Les écologistes trouvent leur tête de liste, Éliane Romani

par Jean-François Gérard. 1 407 visites. Aucun commentaire pour l'instant.