Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
À la veille des fêtes, Biosynex débordé par l’explosion de la demande de tests Covid
Economie 

À la veille des fêtes, Biosynex débordé par l’explosion de la demande de tests Covid

par Guillaume Krempp.
Publié le 23 décembre 2021.
Imprimé le 27 janvier 2022 à 03:12
2 799 visites. 1 commentaire.

À l’approche des fêtes, l’entreprise alsacienne Biosynex fait face à une explosion de la demande de tests. Malgré l’embauche de près de 200 intérimaires, l’entreprise basée à Illkirch-Graffenstaden est débordée.

Il n’y a plus d’autotests à la pharmacie des Vosges, rue du général Rapp. Mercredi 22 décembre, en début d’après-midi, un pharmacien espère en obtenir rapidement de l’entreprise Biosynex : « Je ne sais pas quand nous en aurons. Notre commande date de la semaine dernière… » L’homme au masque bleu et à la blouse blanche aimerait que les pharmacies strasbourgeoises soient privilégiées. Elles se situent en effet à moins de 10 kilomètres de leur fournisseur principal, implanté au parc d’innovation à Illkirch-Graffenstaden.

Les boites de tests en préparation sur le site de Biosynex à Illkirch-Graffenstaden. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

L’explosion de la demande de tests

Mais Biosynex n’a pas le temps d’organiser une préférence locale. Dans la matinée du mercredi 22 décembre, le directeur commercial de l’entreprise spécialisée dans le diagnostic in vitro présente une commande datée du 11 décembre et en cours de préparation pour la pharmacie Denis, à Saint-Denis-en-Jouhet (Indre). À l’approche des fêtes de fin d’année, le délai de livraison a plus que doublé, comme l’explique Oren Bitton : « En temps normal, quand une pharmacie passe commande, nous livrons en deux à trois jours. Mais face à la pénurie de tests dans toute l’Europe, le délai de livraison est aujourd’hui de huit à dix jours… »

Dans la matinée du 22 décembre, des tests antigéniques sont sur le point de partir pour une pharmacie de l’Indre. La commande date du 11 décembre. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Depuis le début du mois de décembre, Biosynex fait face à une demande de tests qui a quintuplé. « Du 1er au 15 décembre, nous avons vendu un million d’autotests. En général, sur une même période, nous vendons plutôt 180 000 tests », affirme Oren Bitton. Le directeur commercial de l’entreprise alsacienne décrit une croissance plus forte encore des commandes des tests antigéniques :

« On est passé de 800 000 tests antigéniques vendus par mois, à plus de 4 millions en 15 jours. De même, nous devons généralement satisfaire la demande de 300 pharmacies chaque jour. Aujourd’hui, ce sont plutôt 1 500 pharmacies qui passent commande chaque jour. »

Préparation des commandes de tests pour les pharmacies françaises. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Plus de 200 intérimaires pour préparer les commandes

Pour faire face à l’explosion de la demande, Biosynex emploie 200 personnes en intérim sur son site. À côté des laboratoires de recherche et développement, une soixantaine d’intérimaires travaillent en trois fois huit heures pour préparer les cartons de commande. À quelques pas, un grand chapiteau a été installé. Ici aussi, la production ne cesse jamais. En 24 heures, ce sont 140 personnes qui se relaient pour mettre en boite le test et sa notice.

« Nous aurions besoin de personnel supplémentaire, mais pour cela il faudrait faire venir deux autres tentes, ce qui prend plusieurs semaines. De plus, nous avions 800 intérimaires en avril, mais aujourd’hui les bars et les restaurants ont rouvert, donc nous avons du mal à trouver de la main d’œuvre. »

Pour faire face à l’explosion de la demande, Biosynex emploie 200 personnes en intérim sur son site. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

A quelques kilomètres du parc d’innovation, la hausse de la demande se fait aussi sentir dans les locaux de Rhénus Logistics. Maxime (le prénom a été modifié) a commencé à travailler en intérim dans un entrepôt situé Port du Rhin. Le jeune homme a observé une croissance rapide des effectifs : « Quand je suis arrivé, nous étions une quinzaine, avec cinq nouveaux intérimaires. À la fin de la semaine, nous étions 25 en tout. »

Dans un hangar de l’entreprise de transports, Maxime et ses collègues passent leur journée à découper des étiquettes sur un carton rempli de tests antigéniques. « On doit enlever les informations concernant le lieu de fabrication du produit, sinon nos distributeurs peuvent se fournir eux-mêmes chez nos sous-traitants chinois », explique le directeur commercial de Biosynex.

Dans une tente installée à côté du siège de Biosynex, ce sont 140 personnes qui se relaient sur 24 heures pour mettre en boite le test et sa notice.

Pas d’amélioration à court terme

L’impossibilité pour Biosynex de répondre à la demande de tests est telle que le gouvernement a dû revenir sur sa promesse de deux autotests gratuits par personne à l’approche des fêtes. « Nous n’avions pas la capacité de répondre à cette demande, c’est pour cette raison que cette annonce a été finalement retirée », explique Oren Bitton.

Mais le directeur commercial ne voit pas d’amélioration à court-terme, bien au contraire : « Quand le variant Omicron va nous tomber dessus avec les taux de contamination énormes liés aux fêtes, le nombres de patients à tester (cas contacts et symptomatiques) va encore sensiblement augmenter en janvier. Donc les tests antigéniques et tests PCR vont continuer à être demandés en grandes quantités. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Des Décrocheurs mazoutent des portraits d’Emmanuel Macron pour dénoncer son inaction climatique

par Anne Mellier. 754 visites. 9 commentaires.

À la Meinau, une centaine de sans-abris squattent un bâtiment en instance de démolition

par Thibault Vetter. 6 046 visites. 10 commentaires.

Un immeuble insalubre de Joseph Benamran devant la justice administrative

par David Weichert. 4 114 visites. 3 commentaires.
×