Voitures brûlées, témoins agressés… La cité de l’Ill a craqué
Société 

Voitures brûlées, témoins agressés… La cité de l’Ill a craqué

Une vingtaine de voitures ont été incendiées dans la semaine du 9 au 15 décembre dans le quartier de la Cité de l’Ill à Strasbourg. Plusieurs habitants se sentent abandonnés des forces de l’ordre. Au moins trois personnes, considérées comme des « balances », ont été agressées physiquement ou menacées de mort.

Une carcasse de voiture calcinée, d’énormes tâches noires au sol, une poubelle brûlée… Le quartier de la cité de l’Ill au nord de Strasbourg porte les stigmates d’une série d’incendies survenus dans la nuit du 12 au 13 décembre. Selon plusieurs habitants, des individus ont mis le feu à une vingtaine de véhicules. Dehors ou derrière une fenêtre, les Strasbourgeois ont vu les flammes de plusieurs mètres de haut parfois, et l’intervention des pompiers rue Lauch et rue Fecht.

Dans la nuit du 12 au 13 décembre, plusieurs véhicules ont été incendiés dans le quartier de la cité de l’Ill à Strasbourg. (Doc Remis)

Balayette et traumatisme crânien

Deux jours plus tard, samedi 14 décembre, des délinquants ont aussi agressé physiquement et menacé de mort plusieurs personnes. Ces dernières sont accusées d’être des « balances », des habitants ayant parlé à la police. Deux personnes de plus de 70 ans ont ainsi été violentées, raconte un jeune du quartier :

« Ils en ont balayé une (qui a chuté sur la tête, ndlr) et l’autre ils lui ont mis un coup dans la tête. Il était inconscient quand ils l’ont emmené à l’hôpital et maintenant il a des pertes de mémoire. »

Dans la nuit du 12 au 13 décembre, plusieurs véhicules ont été incendiés dans le quartier de la Cité de l’Ill à Strasbourg (Doc Remis)

Ces deux agressions ont fait suite à la fin de garde à vue de six pyromanes suspectés et à la visite d’un policier chez un potentiel témoin. Endormi, le retraité n’avait pourtant rien vu des incendies. Mais les guetteurs ont sûrement repéré le visiteur sans uniforme. Ils en ont conclu que le vieillard avait « balancé » et ils lui ont infligé un traumatisme crânien.

Plaintes et sentiment d’abandon

« Suite à l’agression, aucun policier ne s’est déplacé pour lui rendre visite à l’hôpital ou chez lui », dénonce une proche de la victime. Elle se sent « seule » et doute de l’utilité d’une plainte qu’elle déposera malgré tout pour tentative de meurtre. Deux autres plaintes, pour dégradations de bien d’autrui et menaces de mort, ont déjà été déposées. Une habitante a quitté son domicile, par peur pour son intégrité et celle de ses enfants.

Interrogé sur ces éléments, le porte-parole de la police nationale à Strasbourg a confirmé l’interpellation de six personnes, qui ont été relâchées. Malgré les agressions subies par trois habitants, il se veut rassurant :

« Si une personne est victime de menaces parce qu’elle a témoigné auprès de la police, on va très rapidement interpeller le coupable pour le présenter à un juge. Il ne faut surtout pas décourager les gens. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Les infirmières scolaires peuvent désormais soutenir le personnel des hôpitaux et des Ehpad

par Guillaume Krempp. 652 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

À Koenigshoffen, un jeune homme en possession de cannabis frappé par des policiers

par Florian Schotter. 6 357 visites. 8 commentaires.

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 559 visites. Aucun commentaire pour l'instant.