Environnement 

Contre la pollution, Strasbourg va passer aux vignettes Crit’Air vers l’automne

Après Paris, Grenoble, Lille ou Lyon, Strasbourg se décide à utiliser les vignettes Crit’Air pour limiter la pollution en provenance des véhicules.

Alors qu’un nouveau pic de pollution s’installe en Alsace, Strasbourg va faire un pas supplémentaire pour limiter les émissions polluantes des véhicules. Lors d’une conférence de presse, les élus strasbourgeois ont annoncé qu’une étude allait être commandée sur la mise en place des vignettes Crit’Air pour les véhicules dans l’Eurométropole à partir de l’automne.

Ces vignettes permettent de classer les véhicules (de 0 à 5) selon le niveau de pollution de leur moteur et donc de restreindre l’accès de certaines zones de circulation aux plus polluants. Les débats strasbourgeois portent sur le périmètre qui sera retenu, mais aussi la période. Doivent-elles servir tout au long de l’année comme à Paris ou seulement lors des pics de pollution comme à Grenoble ou Lyon ?

Des incitations au niveau des prix du stationnement peuvent aussi être envisagées. Et reste à définir jusqu’à quel niveau, qui correspond à des normes européennes, on interdit ou non l’accès.

Notons que le système de notation est assez généreux puisque la plupart des véhicules diesel sont en catégorie 3, et part d’un principe que les tests n’ont jamais été falsifiés.

Le système de classification Crit’Air (document ministère)

Pas de circulation alternée

En avril 2015, les élus strasbourgeois avaient dit qu’ils demanderaient la circulation alternée suite à un appel d’une centaine de médecins. Mais finalement la mesure n’a jamais été mise en place et est jugée d’une certaine manière « injuste », puisque des véhicules électriques avec une plaque paire peuvent rester au garage (ou inversement selon les jours), tandis que des véhicules très polluants sont autorisés.

Les vignettes, qui permettent de mieux cibler les émissions de particules (PM10 ; PM 2,5) et de dioxyde d’azote (NOx), sont a priori plus efficaces. Mais elles font aussi débat, car se sont souvent les ménages les plus modestes, qui ont un véhicule ancien et donc plus polluant, qui seraient impactés. Pour l’instant, il n’y a pas de mesure spécifique d’accompagnement, bien que la prime à l’achat d’un véhicule électrique (jusqu’à 10 000 euros si l’on se sépare d’un vieux diesel) existe toujours.

L’annonce de ce jour doit permettre d’anticiper a minima la mise en place de la mesure. Strasbourg rejoint donc les communes de Paris, Grenoble Lyon et bientôt Lille dans l’utilisation des vignettes.

Pour Robert Herrmann (PS), président de l’Eurmétropole c’est l’effet « maillage » de ces villes qui peut avoir le plus d’impact sur le parc automobile :

« On doit forcer les entreprises à construire des camions moins polluants. Plus on sera de villes à adopter les vignettes Crit’Air, plus ce sera simple. »

Les infos pratiques en vidéo

Attention aux arnaques

Les vignettes Crit’air peuvent être commandées sur le site du ministère www.certificat-air.gouv.fr pour 4,18 euros. Attention, d’autres sites proposent ces vignettes plus chères et en demandant davantage d’informations personnelles.

Le préfet du Bas-Rhin et du Grand Est Stéphane Fratacci a aussi promis plus de contrôles sur la route du Rhin où, en théorie, le trafic de transit est interdit pour les poids-lourds. Lors d’un contrôle surprise un matin de décembre, l’avenue était pratiquement vidée de ses camions une heure après les premières opérations.

Agir sur les mesures de fond

Les mesures d’urgence peuvent atténuer les pics, mais c’est surtout sur la pollution de fond qu’il est possible d’agir. La Région Grand Est n’a par exemple aucune mesure d’urgence (contrairement à la préfecture qui baisse les vitesses et interdits certains brûlages ou le Département qui rend ses autocars gratuits), mais son action notamment sur l’abonnement CTS, qui permet de monter sans surcoût dans le trains TER entre les gares de l’Eurométropole depuis décembre a été saluée par le maire Roland Ries ou Robert Herrmann.

Le prochain projet de la nouvelle Région est de reprendre les portiques écotaxe et de mettre en place une taxe transit expérimentale pour les poids-lourds, sur le modèle allemand, comme cela était prévu en Alsace initialement dans la loi.

Pour les élus, les efforts doivent aussi cibler les bâtiments, dont le chauffage est également responsable d’une grande partie des émissions polluantes. Une meilleure isolation ou un équipement comme la chaufferie biomasse Wacken sont sensés être une partie de la réponse.

L’Eurométropole peut bénéficier de crédits du Ministère de l’Écologie pour mettre en place 13 mesures (livraison propre, aire de services pour les vélos, expérimenter l’agro-écologie, etc) dans le cadre de l’appel à projet « villes respirables » remporté à l’automne 2015. L’utilisation des vignettes serait un premier pas.

 

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.
En BREF

La gare de Strasbourg se réveille sous les eaux

par Louise Gerber et Quentin Tenaud. 3 204 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Contre un coup de main, la brasserie La Mercière offre un dernier coup à boire avant déménagement samedi

par Jean-François Gérard. 2 243 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gouvernement n’exclut pas un retour de l’écotaxe en Alsace

par Jean-François Gérard. 2 790 visites. Aucun commentaire pour l'instant.