Pour ses 10 ans, le Festival du film fantastique intensifie sa présence en ville
Culture 

Pour ses 10 ans, le Festival du film fantastique intensifie sa présence en ville

Pour son 10e anniversaire, le Festival européen du film fantastique de Strasbourg (FEFFS) prévoit d’être partout du 15 au 24 septembre : dans les salles mais aussi sur les places, dans l’eau et même sur les toits… L’invité d’honneur est William Friedkin, réalisateur de L’Exorciste. L’autre rétrospective a pour thème « Humans 2.0 ».

Qui se rappelle de cette petite fille défigurée sur son lit, au sourire figé et au regard fou lorsqu’elle tourne la tête sans discontinuer ? Cette scène incroyable de L’Exorciste, c’est William Friedkin qui l’a gravée dans les mémoires de toute une génération en 1973. Le réalisateur de 82 ans sera à Strasbourg du 21 au 24 septembre, en tant qu’invité d’honneur du Festival européen du film fantastique (FEFFS), prévu du 15 au 24 septembre.

Une compilation des scènes de L’Exorciste sur la bande originale de l’époque, signée Mike Oldfields. Ne cliquez pas sur cette vidéo si vous êtes sujet aux cauchemars.

L’Exorciste est donc à l’affiche, ainsi qu’une bonne partie de ses autres films, dont French Connection avec Gene Hackman, Le convoi de la peur qui retrouve les salles de cinéma après une longue absence en raison d’un combat juridique, le sulfureux Cruising, avec Al Pacino jeune dans le rôle principal…

William Friedkin (Photo Le Bleu du Miroir)

William Friedkin (Photo Le Bleu du Miroir)

Des événements un peu partout

Voilà 10 ans que le Festival européen du film fantastique plonge Strasbourg dans l’univers des morts-vivants, des serial killers ou de la conquête spatiale en lycra. Pour son anniversaire, le FEFFS s’offre une programmation « hors les salles » étoffée. L’association avait déjà beaucoup surpris avec une projection des Dents de la mer aux Bains municipaux l’an dernier. Elle récidive avec les Dents de la mer 2, cette fois au Bassin Austerlitz dimanche 17 septembre, l’écran flottera tandis que le public entouré d’eau pourra jauger de la précarité de sa situation…

Autre projection de plein air, si l’on peut dire, un drive-in aménagé sur le toit du parking P3 Wilson des Halles, pour la projection de Christine lundi 18 septembre. Voir une voiture devenir dingue au volant d’une voiture… Mmmh, what could go wrong ? Mercredi 20, le FEFFS projettera Les Aventuriers de l’Arche Perdue place du Château. Les organisateurs ont refusé de dire si l’Arche d’alliance allait sortir à un moment des catacombes de la Cathédrale… Si c’est le cas, ne regardez pas.

Le grand retour de la Zombie Walk

La Zombie Walk avait rassemblé plus de 5 000 personnes en 2015. (vidéo FEFFS / YouTube)

À budget constant

Le FEFFS prévoit d’atteindre un budget de 320 000€ cette année, en très faible augmentation par rapport à l’année dernière. En revanche, le FEFFS a reçu un soutien appuyé de la Ville de Strasbourg pour professionnaliser son équipe, mise à mal par de nouvelles dispositions concernant les emplois aidés. Outre le soutien logistique et le prêt de locaux, la Ville subventionne le FEFFS à hauteur de 225 000€. La Région Grand Est participe à hauteur de 25 000€ et l’État à 9 000€.

Bonne nouvelle : la Zombie Walk est de retour cette année, à condition d’éviter les armes factices et les sacs à dos. Le départ sera donné samedi 16 septembre à partir de 15h, place de l’Université.

D’autres événements sont programmés, comme un Bal des Vampires au Palais universitaires et deux nuits spéciales au musée alsacien, la Grüselnacht, samedi 16 à 20h, sur l’horreur et le fantastique et la Häxenacht sur l’ésotérisme, mardi 19 à 21h (indice : cette soirée est interdite aux moins de 18 ans). Quant au festival du jeu indépendant, il reprend ses habitudes au Shadok, avec une exposition, des ateliers, des conférences et même un concert, Dan Terminus, samedi 16 à 21h.

53 longs métrages bizarres à l’affiche

Pendant les deux semaines du FEFFS, plus de 50 longs-métrages sont programmés dans les salles des cinémas Star, Star Saint-Exupéry, Vox et UGC Ciné-Cité. Citons le film d’ouverture, un remake de Ça, le roman de Stephen King qui rend suspects tous les clowns. La projection ne concerne que le « premier segment » de cette réadaptation, la suite sera diffusée plus tard, pour ceux qui auront vraiment les nerfs bien accrochés.

Bande-Annonce de Ça (2017) (vidéo FEFFS / YouTube)

En clôture, le FEFFS a programmé Tragedy Girls, qui met en scène deux lycéennes avides de gloire sur les réseaux sociaux et prêtes à tout pour y parvenir.

Dans les films en compétition, citons Thelma, de Joachim Trier, La mise à mort du cerf sacré, avec Colin Farell et Nicole Kidman, une histoire d’amitié qui tourne à la menace et Double Date, qui met en scène deux femmes comme créatures les plus terrifiantes existantes…

Big night. Coming soon. (vidéo Midnight Screenings / YouTube)

Humains, robots… ou les deux ?

Parmi les cycles présentés par le FEFFS cette année, notons « Humans 2.0 » qui permet de revoir des films traitant de la question de l’amélioration de l’être humain, réalisés à une époque où ce que nous connaissons aujourd’hui était alors de la science-fiction… Dans ce cycle, Metropolis (1927), Saturn 3 (1980, Robocop (1987), Terminator 2 (1991), Tetsuo : the iron man (1989), Ghost in the shell (1995), Multiplicity (1996) avec Michael Keaton, Bienvenue à Gattaca (1997), Existenz (1999) et The Clone Returns Home (2008).

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 839 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 143 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 812 visites. 7 commentaires.