Pour sa 19e édition, Osophère reste à la Laiterie mais squatte cinq dates
Culture 

Pour sa 19e édition, Osophère reste à la Laiterie mais squatte cinq dates

actualisé le 20/09/2016 à 18h18

Ososphère continue d’électriser les nuits de la rentrée strasbourgeoise avec cinq rendez-vous musicaux au programme jusqu’à la fin du mois. À la Laiterie, toujours pas à la Coop, mais avec des déclinaisons urbaines à entrées multiples. Présentation de cette 19e édition.

L’an dernier, l’Ososphère avait dû « se réinventer » d’urgence en revenant en son berceau de la Laiterie. En cause : un site de la Coop, au port du Rhin, ne présentant plus de garanties de sécurité suffisantes pour l’accueil d’un événement public. Cette année, pas de fausse joie car c’est la Laiterie qui avait été choisie par les organisateurs comme écrin pour accueillir cinq Nuits électroniques les 22, 23, 24, 29 et 30 septembre. Un millésime 2016 une nouvelle fois goûteux avec un éclectisme de saveurs qui devraient convaincre nombre de fidèles des diverses chapelles de la musique électronique.

Claptone

L’Allemand Claptone jouera en live à la Laiterie le 23 septembre (Doc. remis)

UR, fer de lance d’une électro militante

À commencer, le 22 septembre, par une soirée placée sous le haut patronage d’un label mythique et fondateur de l’électro made in Detroit : Underground Resistance. À l’affiche : Depth Charge, taillé sur mesure pour une explosion de décibels signée Mad Mike aux claviers et Mark Flash aux beats.

Depth Charge (vidéo YouTube)

Outre le fleuron UR, l’ouverture des nuits électroniques d’Ososphère 2016 se fera aussi avec Mudd Club Sound System.

Pépites allemandes

Autre soirée à placer sous le signe d’un influent label : le 24 septembre avec l’exigeante maison allemande Kompakt, complice des premières heures d’Ososphère, désormais véritable sociétaire du festival strasbourgeois. Aux platines, pour ouvrir le set, Patrice Bäumel, avant que ne s’exprime Superpitcher, discret pilier de Kompakt et figure incontestée de la minimale d’outre-Rhin dans une veine romantico-mélancolique. Mais c’est bel et bien à Michael Mayer qu’incombera la responsabilité de faire honneur à la réputation de la grosse écurie techno allemande en enflammant le cœur de la nuit en terre laitière :

Michael Mayer Boiler Room DJ Set (vidéo YouTube)

Axe franco-allemand

La veille, vendredi 23 septembre, place à un autre cador germanique, à l’allure d’intrigant masqué au bec doré : Claptone. Au menu : électro dancefloor dans un esprit funky avant tout festif et remuant. Live jouissif en perspective !

Claptone Immortal Live (vidéo YouTube)

[/video]

Avant l’orfèvre de No Eyes et d’un remix du Liquid Spirit de Gregory Porter à l’aura internationale, la soirée sera placée sous le sceau de l’excellence hexagonale avec le combo lillois Club Cheval, le Bordelais Darius et le tandem niçois Mome :

Mome, Something New (vidéo YouTube)

Élégance, contemplation et radicalité

Enfin, pour refermer les nuits électroniques 2016 de l’Ososphère, il y en aura pour tous les goûts. Les amateurs d’électronica esthétisante aux parfums d’ailleurs apprécieront à coup sûr le plateau Jumo / Thylacine du jeudi 29 septembre avec mention spéciale pour le second, saxophoniste multi-instrumentiste artisan de textures élégantes et de beats pop et aériens calibrés pour un live faussement tranquille :

Thylacine en concert à la Fnac (vidéo YouTube)

Le lendemain, vendredi 30 septembre, en revanche, changement radical d’ambiance et d’esprit avec un plateau porté par la puissance sonique du maestro italien Sam Paganini, tête de gondole d’une techno sexy et groovy taillée pour tenir jusqu’à l’aube (et même au-delà) :

Sam Paganini, Loveland Barcelona (vidéo YouTube)

Plus chaleureux, contemplatif et même romanesque, l’Allemand Marek Hemmann précédera l’Italien avec son électro généreuse et colorée à l’effet revitalisant. Egalement à l’affiche de cette ultime nuit : Comah, Citizen Kain et le projet Trunkline.

L’éclectisme d’Ososphère

Le festival Ososphère ne se résume pas seulement à ses plateaux et affiches de DJ’s et autres pointures et découvertes de la vaste planète électro. « Label d’actions artistiques et de réflexions » selon Thierry Danet, le directeur du festival et aussi de la Laiterie, Ososphère s’inscrit dans plusieurs temps annexes au long court. Des Nuits électroniques, donc, mais aussi divers lieux au fil des ans (Laiterie, môle Seegmuller, Aubette, Coop de 2012 à 2014) et des « machines à villes » pour activer la cité, vivre Strasbourg à travers d’autres prismes.

Ce 18 septembre, ce sont par exemple les regards sonores sur le campus de l’Esplanade, les 7 et 8 octobre, place aux mappings et veejayings au Shadok pour des performances audiovisuelles, sans omettre les agoras nomades en lien avec le forum mondial de la démocratie du 7 au 9 novembre ainsi que les cafés conversatoires, de retour dans le giron d’Ososphère. Enfin, un événement grand format d’une dizaine de jours, incluant musique, expositions, performances et cafés conversatoires, viendra refermer cette édition d’Osophère en avril 2017.

L'AUTEUR
Charly Ouate
Charly Ouate
Une mission : vous souffler des plans de concerts électrisants qui pulsent, à la mesure de mon pseudonyme.

En BREF

Les étudiants qui bloquaient le Patio jeudi ont été agressés par des militants royalistes

par Thibault Vetter. 4 823 visites. 3 commentaires.

Trois bâtiments bloqués jeudi matin sur le campus

par Thibault Vetter. 3 440 visites. 1 commentaire.

Plus de 3 000 personnes ont manifesté pour la deuxième fois contre la réforme des retraites

par Guillaume Krempp. 4 373 visites. 1 commentaire.