Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Plus de 3 000 personnes contre la loi de Sécurité globale à Strasbourg
L'actu 

Plus de 3 000 personnes contre la loi de Sécurité globale à Strasbourg

par Pierre France.
Publié le 28 novembre 2020.
Imprimé le 17 janvier 2021 à 14:08
3 834 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Plus de 3 000 personnes ont manifesté dans le calme samedi 28 novembre à Strasbourg, contre la loi de Sécurité globale. Plusieurs Gilets jaunes étaient présents, ainsi que des syndicalistes et une forte proportion de jeunes. En fin de manifestation, les gendarmes mobiles ont dispersé une partie du cortège s’approchant de l’Hôtel de police.

La vidéo du tabassage à Paris d’une producteur de musique par des policiers parce qu’il ne portait pas son masque était dans tous les esprits des participants à la manifestation contre la loi de Sécurité globale, samedi 28 novembre à Strasbourg.

Ce projet de loi, voté mardi en première lecture par l’Assemblée nationale prévoit de donner plus de pouvoirs aux forces de l’ordre et aux policiers municipaux tout en restreignant le droit de les filmer. Dans ces conditions, l’appel formulé par le QG République des Gilets jaunes a trouvé un écho bien au-delà du mouvement revendicatif : plus de 3 000 personnes se sont rassemblées pour protester contre les dispositions de cette loi, dont une forte proportion de jeunes.

Parti de la place de la République, le cortège s’est rendu place de l’Étoile en passant par les quais vers 13h30, après quelques prises de parole de syndicalistes, de Gilets jaunes et d’étudiants. Parmi les slogans, l’incontournable « Tout le monde déteste la police » et « Siamo tutti antifascisti » (nous sommes tous antifascistes).

Laure explique la mobilisation par un sentiment de « ras le bol général » (Photo PF / Rue89 Strasbourg / cc)

Parmi les manifestants, Laure porte une pancarte « mais qui observe la police » :

« C’est une allusion à 1984 de Georges Orwell, on est de plus en plus contrôles, on se rapproche de cette société horrible… Si la police se met à rouer de coups les gens, et qu’on ne peut plus les filmer ce qui empêche les preuves… Qui va pouvoir les punir pour ces crimes ? »

Raphaël a ressorti une pancarte qu’il avait concocté pour la manifestation #BlackLivesMatter (Photo PF / Rue89 Strasbourg/ cc)

Raphaël, également une petite trentaine d’années, enseignant, a ressorti une pancarte qu’il avait faite pour le mouvement #BlackLivesMatter :

« Il y a vraiment un tabou sur le racisme dans la police, on se dit qu’en France, tout est propre parce qu’on a une république universaliste… Mais non, il faut qu’on en parle ! Et puis on voit le pouvoir qui profite de la stupeur générale liée au coronavirus pour passer des lois sécuritaires, alors qu’on sait très bien que la police en France est violente. »

Artiste – auteur, Robin, 34 ans, manifeste en rollers avec une pancarte « Non au flicage global » :

« J’ai fait pas mal de manifs contre la Loi Travail et je manifeste souvent mais là, je suis dehors parce qu’il y a la crise sanitaire, des gens meurent dans les hôpitaux et que c’est le moment que choisit le Gouvernement pour doter les forces de l’ordre de drones ! Donc voilà, ça me met en colère tout ça. »

Arrivé vers 16h place de l’Étoile, le cortège a ensuite continué directement vers l’Hôtel de Police, en passant par les jardins du centre administratif, à la grande surprise du dispositif policier, resté relativement discret jusque là. Après une petite course avec les manifestants, des policiers et des gendarmes mobiles se sont déployés devant l’Hôtel de police et ont fait usage de grenades lacrymogènes et d’une grenade de désencerclement pour empêcher les manifestants d’avancer.

Vidéo de la dispersion, filmée en direct

Le face à face à duré une petite heure puis les manifestants ont été ramenés vers la place de l’Étoile, avant une dispersion officielle du cortège.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Samedi, huitième manifestation contre la loi de Sécurité globale

par Thomas Sevignon. 1 229 visites. 1 commentaire.

Arrêt définitif de la géothermie à Vendenheim, Fonroche se défend et perd la première manche

par Pierre France. 678 visites. 3 commentaires.

Une plainte pour viol déposée contre Julien Hohl, fondateur du label Deaf Rock

par Maud de Carpentier. 1 376 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×