Plus de 5 000 manifestants contre la « loi travail » : « l’heure de la révolte »
Société 

Plus de 5 000 manifestants contre la « loi travail » : « l’heure de la révolte »

actualisé le 01/04/2016 à 18h22

Toujours mobilisés contre la réforme du code du travail de Myriam El-Khomri, une partie des syndicats, travailleurs, retraités, étudiants et lycéens de Strasbourg se sont retrouvés jeudi 31 mars place Kléber avant de défiler dans les rues du centre-ville. Malgré des allures de « grève générale », aucun débordement n’a été signalé.

C’est devenu le rendez-vous hebdomadaire. Une troisième manifestation pour le retrait de la « loi travail » de la ministre Myriam El-Khomri (PS)a rassemblé jeudi 31 mars  au moins 5 000 personnes d’après les estimations de la police et de la préfecture, 9 000 d’après la CGT (Confédération générale du travail). L’appel de plusieurs syndicats nationaux a été relayé par les fédérations bas-rhinoises.

IMG_9729

L’appel national a été relayé par les syndicats. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9812

Les étudiants et lycéens ont répondu à l’appel des syndicats. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

Le temps de « convaincre le privé »

L’heure du rendez-vous est la même à chaque manifestation : 14h. La Place Kléber se remplit. Le nombre de manifestants semble plus important que les fois précédentes. Jacky Wagner, secrétaire général de l’Union Départementale Confédération Générale du Travail (UD-CGT) du Bas-Rhin explique cette plus forte mobilisation :

« Il nous a fallu du temps, mais nous avons réussi à convaincre les travailleurs du public, comme du privé. C’est la première fois qu’autant d’entreprises privées se mobilisent, notamment dans le domaine de la métallurgie. On sait qu’il faut se laisser du temps car la loi ne sera pas retirée demain donc nous sommes assez satisfait de cette mobilisation. »

IMG_9856

Le cortège arrive Place Broglie. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9715

Les manifestants ont exprimé leur mécontentement sur différents supports : bande-dessinée, acrostiche, caricature… (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

Vers 14h30, le cortège part en direction des quais. Les slogans « Grève générale ! Grève générale ! » ou « En guerre sociale contre le capital » sont de nouveau de sortie, mais le détournement de l’abréviation « PS » (Parti Socialiste) en « Pourris » et « salauds » a rendu le cortège encore plus bruyant depuis la dernière manifestation.

Les manifestants n’ont pas manqué d’imagination pour exprimer leur mécontentement : bande-dessinées, caricatures, carte de jeu, têtes en papier mâché, acrostiches… On pouvait y lire des messages coup de poing comme « Regarde ta Rolex, c’est l’heure de la révolte », « Ne vivons plus comme des esclaves » ou « Jeunes précaires, jeunes déters ».

IMG_9673

Après avoir quitté la Place Kléber, les manifestants ont défilé sur les quais. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9865

Une simple image peut résumer une opinion. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9749

Les manifestants ont voulu faire passer des messages coup de poing. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

Une chaîne humaine pour renforcer l’encadrement

Suite aux débordements du 17 mars qui avaient blessé cinq personnes sur le campus de l’Université, l’encadrement de la manifestation d’hier est renforcée par la présence de voitures de police et de membres de la CGT en charge de l’organisation. Un accord est passé entre les syndicats, les étudiants et les lycéens : en tête de cortège, un cordon est déployé pour rythmer la cadence de la foule et intervenir en cas de problème. Plusieurs tentatives de débordements restent sous contrôle : une bagarre dans le quartier de République, un détournement du trajet prévu et un passage en force d’une personne au retour place Kléber.

AIMG_9642

Un cordon a été déployé en tête de cortège par des membres de la CGT en charge de l’organisation de la manifestation. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9952

Un homme a tenté de forcer le passage au retour Place Kléber mais il a été maîtrisé par les membres de la CGT chargés de l’organisation. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

Vers 16h, les membres de la CGT en charge de l’organisation ont formé une chaîne humaine pour guider les manifestants et mettre fin au cortège Place Kléber. Avant d’appeler à la dispersion, deux hommes sont montés sur la statue centrale pour y accrocher les têtes en papier mâché et une longue banderole.

IMG_9956

Les membres de la CGT en charge de l’organisation ont formé une chaîne humaine pour guider les manifestants Place Kléber et éviter les débordements. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9974

Deux manifestants sont montés sur la statue centrale Place Kléber pour y accrocher une banderole. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

IMG_9660

Le mouvement se poursuivra dès mardi prochain à l’initiative de l’UNEF. (Photo : Marie-Charlotte Méoni)

De futurs rassemblements sont prévus, le premier mardi 5 avril à l’initiative de l’Unef (Union nationale des étudiants de France) et le deuxième samedi 9 avril à 10h Place Kléber à l’initiative des syndicats.

L'AUTEUR
Marie-Charlotte Méoni
Stagiaire à Rue89 Strasbourg.

En BREF

Un séisme secoue Strasbourg, Fonroche dément en être à l’origine

par Pierre France. 8 556 visites. 32 commentaires.

Harcèlement : Le procès de l’ex-directeur de la Maison des associations reporté en mars

par Pierre France. 1 031 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Avec la Vélorution dimanche, le collectif compte peser sur les municipales

par Jean-François Gérard. 1 439 visites. 8 commentaires.