Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
À Strasbourg, une marche fleurie pour célébrer la culture et les lieux de convivialité,  dimanche
L'actu 

À Strasbourg, une marche fleurie pour célébrer la culture et les lieux de convivialité, dimanche

par Violette Vauloup.
Publié le 7 mai 2021.
Imprimé le 20 juin 2021 à 21:00
1 851 visites. 2 commentaires.

Le collectif du 23 janvier organise une marche fleurie à Strasbourg, dimanche 9 mai. Malgré l’annonce de la réouverture progressive des lieux de la culture, le secteur appelle à rester vigilant sur les conditions sanitaires de cette reprise et demande plus de mesures de soutien.

Dimanche 9 mai, le collectif du 23 janvier appelle à arpenter les rues de Strasbourg des fleurs à la main. Ce groupe de défenseurs de l’art et de la culture dans le Grand Est annonce une marche fleurie pour « célébrer les lieux de convivialité, les lieux qui manquent, ceux où l’on a repensé le monde et qui sont maintenant fermés en y déposant des fleurs », explique la comédienne Aude Koegler.

Les manifestants iront donc fleurir les bars, les restaurants, les salles de spectacles ou encore les musées sur le parcours de la marche. La manifestation débutera à la Laiterie à 13h et se poursuivra jusqu’au musée alsacien, en passant par le musée d’art moderne et la Choucrouterie. La fin de la manifestation coïncidera avec le début de la marche pour la climat, qui partira de la place d’Austerlitz.

Associer les acteurs culturels à la prise de décision

Pour le collectif du 23 janvier, cette « marche citoyenne de vigilance et d’écoute » est un moyen de demander au gouvernement d’associer les acteurs du secteur culturel aux prises de décisions, notamment sur les conditions sanitaires de réouverture. Le 19 mai, les salles de spectacle et les cinémas pourront ouvrir avec 35% de leur jauge puis le 9 juin, la jauge pourra monter à 65% des capacités de l’établissement. La levée totale des restrictions d’accueil est prévue pour le 1er juillet.

« On va vers du mieux, mais il faut être vigilant », souligne Aude Koegler. Dans un communiqué, le collectif demande à ce que tous les acteurs du secteur « soient protégés à minima un an après la reprise normale de l’activité, notamment par des mesures spécifiques pour les plus fragiles ». Les membres du collectif espère la reconduite de l’année blanche, accordée en mai 2020 par le Président de la République et permettant la prolongation de l’indemnisation chômage jusqu’au 31 août 2021 pour les intermittents du spectacle sans activité depuis plus d’un an.

Image d'une manifestation des acteurs de la culture
Les acteurs de la culture avaient déjà manifesté à Strasbourg, le 23 janvier 2021, pour protester contre les mesures de confinement dans les salles de spectacle. (Photo PF / Rue89 Strasbourg)

« La santé ne se limite pas à être en forme »

Dimanche 9 mai, cela fera deux mois que le Théâtre National de Strasbourg est occupé par les étudiants de l’École supérieure d’art dramatique, qui réclament entre autres le retrait de la réforme de l’assurance chômage et des mesures de soutien aux intermittents et aux travailleurs précaires du secteur. « Quelque chose doit changer dans la façon dont on regarde la culture », ajoute Aude Koegler, heurtée par la scission des activité « essentielles » et « non-essentielles » depuis le début de la crise sanitaire. Antonia de Rendinger, comédienne, humoriste et membre du collectif du 23 janvier déplore la classification de l’art dans le deuxième groupe :

« La santé ne se limite pas à être en forme et à avoir des bonnes analyses sanguines. On a tous besoin que notre vie se résume à autre chose que manger, regarder Netflix et recevoir de l’argent. L’art, la beauté et le dépassement de soi sont des choses qui donnent du sens à la vie ».

Y aller

Marche fleurie : dimanche 9 mai à 13h, départ de la Laiterie Artefact, rue du Hohwald, à Strasbourg

L'AUTEUR
Violette Vauloup
Violette Vauloup
Etudie le journalisme à l'IUT de Lannion, le met en pratique à Rue89 Strasbourg.

En BREF

Elections régionales : « J’ai reçu un texto du RN. Comment ont-ils trouvé mon numéro ? »

par Lola Manecy. 1 833 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Au tribunal administratif, le rapporteur public demande de reprendre les « compensations » au GCO

par Jean-François Gérard. 1 338 visites. 4 commentaires.

Avec Médecin de nuit, Elie Wajeman prend le pouls d’un Paris noctambule, entre Subutex et solitude

par Manon Charbonnier. 359 visites. 1 commentaire.
×