Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
L’aide alimentaire du Secours populaire explose dans le Bas-Rhin
Société 

L’aide alimentaire du Secours populaire explose dans le Bas-Rhin

par Pierre France.
Publié le 8 septembre 2022.
Imprimé le 27 septembre 2022 à 09:13
1 271 visites. 5 commentaires.

Le nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire du Secours populaire du Bas-Rhin a crû de 60% entre 2020 et 2021. En raison de l’inflation et du prix de l’énergie, l’association voit revenir des publics qu’elle avait aidés à sortir de la précarité.

Le Secours populaire du Bas-Rhin alerte sur l’explosion des demandes d’aide alimentaire : des étudiants et des personnes âgées ont rejoint le public accompagné par l’association caritative, ainsi que d’anciens bénéficiaires qui reviennent en raison de l’augmentation des prix.

Lors d’une présentation du baromètre annuel de la pauvreté du Secours populaire, Camille Vega, secrétaire général de l’antenne bas-rhinoise, a détaillé le défi auquel l’association qu’il dirige doit faire face :

« En 2021, on a accueilli plus de 9 000 personnes pour leur apporter une aide alimentaire directe, c’est 60% de plus qu’en 2020. Et depuis quelques mois, on constate que certaines personnes arrivent chez nous, ou reviennent, parce qu’elles ne parviennent plus à payer leurs factures d’énergie. »

Distribution du Secours populaire français rue du Hohwald durant l’été 2022. (Photo Pénélope Marcade / doc remis)

Le Secours populaire du Bas-Rhin peut compter sur 650 bénévoles en capacité d’accueillir ces familles dans le besoin, dans des épiceries solidaires en libre-service, lors d’opérations de distribution ou de permanences. Mais la pression sur ces bénévoles commence à être difficilement supportable, comme le détaille Camille Vega :

« Les portes du Secours populaire ne sont pas faciles à pousser. Quand les gens sont là, c’est qu’ils sont en détresse et qu’ils ont besoin d’une aide immédiate. Il en résulte une certaine tension, qui est accrue lorsque la file d’attente devant nos permanences s’allonge… »

En 2020, un grosse demi-journée de permanence permettait d’accueillir une quinzaine de dossiers. Aujourd’hui, les bénévoles doivent s’habituer à traiter une trentaine de demandes dans le même laps de temps. En tout, plus de 20 000 personnes ont été reçues dans les permanences bas-rhinoises de l’association en 2021, en comptant celles qui demandent une aide alimentaire, un soutien financier pour payer les factures, ou toute autre forme d’accompagnement social.

Le Secours populaire du Bas-Rhin peut compter sur 650 bénévoles. (Photo Pénélope Marcade / doc remis)

Le Secours populaire français (SPF) distribue une aide alimentaire issue du programme d’aide européen, de ses propres collectes dans les supermarchés, des partenariats pour récupérer la surproduction de certains industriels et de dons d’agriculteurs. Face à l’ampleur des besoins, le SPF a ouvert une épicerie solidaire dans le quartier du Port-du-Rhin, étendu les horaires d’ouverture pour celle de Mutzig et du Neuhof, et cherche un local près du campus pour aider plus facilement les étudiants.

Incompréhension quant aux camps de sans-abris

Le Secours populaire n’intervient pas systématiquement dans la douzaine de campements de sans-abris qui émaillent le territoire de la ville de Strasbourg, mais l’association assure une distribution alimentaire régulière aux personnes du squat Bourgogne à la Meinau. Quant à l’accompagnement des camps, Camille Vega a du mal à dissimuler une forme de lassitude :

« On regarde avec une certaine incompréhension les pouvoirs publics se renvoyer le dossier des campements, alors que pendant ce temps, ce sont des familles, parfois avec des enfants, qui doivent chaque jour trouver les moyens de leur subsistance… Les discussions sont en cours avec la Ville de Strasbourg, pour qu’une prise en charge globale, coordonnée et régulière des besoins vitaux de toutes ces personnes soit mise en place. On attend. »

Le Secours populaire a interrogé 500 enfants de 8 à 14 ans en juin, et la moitié d’entre eux considèrent désormais la pauvreté comme « présente » dans leur univers, alors qu’elle était perçue comme lointaine ou absente auparavant.

L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Les cars du Kochersberg plus rapides grâce à une voie dédiée presque jusqu’à Strasbourg

par Rue89 Strasbourg. 1 763 visites. 2 commentaires.

Oui, l’État a l’obligation légale de proposer aux étrangers un hébergement d’urgence, même sans titre de séjour

par Camille Balzinger. 33 826 visites. 2 commentaires.

Rassemblement pour l’énergie nucléaire samedi à Strasbourg

par Pierre France. 3 005 visites. 13 commentaires.
×