Au QG du Rassemblement national, les militants ont fêté une victoire « anti Macron »
Politique 

Au QG du Rassemblement national, les militants ont fêté une victoire « anti Macron »

actualisé le 27/05/2019 à 15h19

Au restaurant Zuem Strissel, les militants du Rassemblement national se sont retrouvés pour fêter leur victoire aux élections européennes. Pour eux, leur score prouve le rejet de la politique d’Emmanuel Macron. Prochaine étape : les municipales de 2020.

« Si on gagne, on commande du champagne, mais si on perd, on rentre chez nous ! », lance Thibault Gond-Manteaux, délégué départemental RN, aux militants attablés au restaurant Zuem Strissel, place de la Grande-Boucherie. Il est 19h50, dimanche 26 mai. Et 10 minutes plus tard, tous vont trinquer pour fêter leur victoire. Après plusieurs minutes d’euphorie, Thibault Gond-Manteaux improvise un discours face aux membres du RN présents :

« Nous avons gagné, mais ne nous reposons pas sur nos lauriers. La prochaine étape, c’est les municipales de 2020, puis en 2022, on prendra le pays ! En attendant, on a réussi à abattre les Républicains et on a battu Macron, donc on peut s’applaudir ! »

Les militants du Rassemblement National au restaurant Zuem Strissel (Photo CL / Rue89 Strasbourg)
Le stress des résultats a vite été remplacé par l’euphorie de la victoire (Photo CL / Rue89 Strasbourg)

Macron, « il est méprisant »

Pour les militants RN, cette victoire est un « vote anti Macron ». Sylvie, membre du parti venue avec son fils pour la soirée, estime que le RN est le seul parti qui peut faire la différence :

« Il faut que la politique en France change, et le RN, c’est la seule alternative concrète à Macron. Cet homme, il est méprisant, on dirait qu’il n’a pas de sentiments. On ne veut pas de lui au pouvoir. Et plus on a de sièges au Parlement européen, plus on peut changer les choses. »

Les militants du RN ont suivi les résultats toute la soirée au restaurant Zuem Strissel (Photo CL / Rue89 Strasbourg)

Thibault Gond-Manteaux voit aussi dans cette victoire comme l’occasion d’envoyer un signal à Emmanuel Macron :

« Ce vote montre que les Français sont inquiets et ne veulent pas que Macron poursuive sur la même lignée. C’est une manière de sanctionner sa politique ultra libérale, alors qu’il est en train de brader les dernières richesses du pays. »

Le moment de l’annonce des résultats… (vidéo CL / Rue89 Strasbourg / cc)

« J’ai enfin l’impression de ne pas avoir travaillé et sué pour rien »

Entre deux parts de tarte flambée, les militants se félicitent de cette « très belle campagne ». Jean, 70 ans, vote RN depuis 20 ans. Comme les autres adhérents, il est optimiste vis-à-vis des municipales de 2020 :

« En 2014, pour les municipales, on avait déjà fait un pas immense. En 2020, on devrait faire encore mieux. Je ne veux pas me faire d’illusions non plus, mais je suis optimiste. J’ai enfin l’impression de ne pas avoir travaillé et sué pour rien. »

Alain Gnaedig, conseiller régional RN, est venu saluer les adhérents (Photo CL / Rue89 Strasbourg)

Deux tables plus loin, certains militants s’imaginent déjà Marine Le Pen présidente en 2022, comme Marc, 36 ans :

« Je soutiens le RN depuis 10 ans et nos efforts ont enfin payé. Ce résultat, c’est un signe. Quand Le Pen deviendra présidente, elle va changer les choses, c’est sûr ! »

Une plainte pour fraude contre le maire de Wihr-au-Val

Dans le restaurant, l’ambiance est détendue. Dès que la tête de Daniel Cohn-Bendit apparaît à la télé, tout le monde s’esclaffe. Quand Jordan Bardella parle, tous applaudissent, un militant propose même aux autres de chanter la Marseillaise. Pourtant, quelques heures plus tôt, le stress se faisait encore sentir. Thibault Gond-Manteaux suspecte une fraude à Wihr-au-Val :

« On a porté plainte contre le maire de Wihr-au-Val à la gendarmerie de Munster, car nos bulletins étaient absents des bureaux de vote alors qu’ils étaient dans sa voiture. Ça nous a fait peur vu que les résultats étaient serrés. Mais maintenant, vu les résultats, on est rassurés ! »

L'AUTEUR
Cassandre Leray
Cassandre Leray
Journaliste stagiaire à Rue89 Strasbourg d'avril à juin 2019.

En BREF

La Grenze ouvre enfin, victime de la difficulté d’installer des lieux éphémères en France

par Maxime Nauche. 1 531 visites. 8 commentaires.

François Bouchard quitte la direction générale de la CCI Grand Est

par Pierre France. 1 269 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Saisi en urgence, le tribunal administratif maintient l’arrêté anti-mendicité

par Jean-François Gérard. 984 visites. 4 commentaires.