Bela Loto veut rendre visible le désastre écologique du numérique
Environnement 

Bela Loto veut rendre visible le désastre écologique du numérique

actualisé le 16/05/2019 à 15h41

Directrice de la Maison de l’informatique responsable, Bela Loto alerte sur les coûts écologiques des ordinateurs, tablettes, téléphones portables et autres appareils connectés. Elle appelle à un sursaut citoyen pour ralentir les effets délétères de la consommation énergétique du numérique.

Quand elle se déplace, Bela Loto emmène toujours une mallette de la Maison de l’informatique responsable (MIR). Dans ces mallettes, un appareil de notre quotidien numérique, décortiqué. La directrice de la MIR explique :

« Devant le public, on sort un composant et on indique quel métal est utilisé pour le fabriquer, en quelle quantité et où se trouve ce métal dans le monde, dans quelles conditions il est extrait, etc. Et tout à coup, le coût écologique d’un ordinateur portable devient très concret pour les gens. C’est notre objectif : rendre visible l’immatériel car la consommation d’énergie par tous ces appareils n’est pas visible. »

Bela Loto est invitée par le Shadok et Rue89 Strasbourg pour une table-ronde sur la responsabilité environnementale du numérique, jeudi 16 mai à 19h.

Bela Loto, directrice de la Maison de l’informatique responsable (doc remis)

Elle sera accompagnée par Romaric David, responsable du data center de l’Université de Strasbourg et membre d’Écoinfo, un collectif pour améliorer l’empreinte écologique de l’informatique dans la recherche française.

Romaric David, responsable du datacenter de l’Université de Strasbourg (doc remis)

Écoinfo est né il y a une dizaine d’années tandis que la MIR a deux ans. Ces questions d’impact écologique du numérique commencent tout juste à atteindre le grand public, alors que plusieurs ordinateurs et smartphones ont déjà colonisé chaque foyer français.

« Il y a une souffrance dans les foyers français »

Pour Bela Loto, on assiste à un début de prise de conscience :

« Il y a une souffrance désormais dans les foyers français, on stocke des vieux ordinateurs, des téléphones pas si anciens mais qui ne fonctionnent plus bien… On ne sait pas quoi en faire, on est saturé… Les gens sentent bien que ce modèle n’est pas soutenable et nous sommes désormais assaillis de questions et de sollicitations pour organiser des ateliers et des rencontres sur ces questions. »

Il existe des filières de collecte et de recyclage, mais elles ne sont guère utilisées car souvent méconnues. Plus des deux-tiers de nos déchets informatiques rejoignent les poubelles du monde en Asie du sud-est ou au Ghana… La MIR a organisé en avril à Paris un festival de films documentant cette faillite planétaire.

La tragédie électronique, documentaire de Claire Robiche (vidéo Arte / Viméo)

Car la situation ne cesse d’empirer. Selon une étude de « The Shift Project », la part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre a augmenté de moitié depuis 2013, passant de 2,5 % à 3,7 % du total des émissions mondiales. L’intensité énergétique du numérique augmente de 4 % par an, à contre-courant de l’évolution de l’intensité énergétique du PIB mondial, qui baisse actuellement de 1,8 % par an. La consommation d’énergie directe occasionnée par un euro de numérique a augmenté de 37% par rapport à 2010.

Pour Bela Loto, le grand public doit absolument reprendre le contrôle de son environnement numérique :

« Il n’y a pas de solution à la consommation d’énergie et des ressources du numérique mais on peut, simplement, ralentir la progression. »

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 504 visites. 7 commentaires.

Dimanche, rassemblement « pour une autre politique migratoire » pendant les portes ouvertes du Parlement européen

par Cassandre Leray. 398 visites. 1 commentaire.

Un numérique éco-responsable est-il possible ?

par Pierre France. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.