« Les villes doivent reprendre le pouvoir sur le numérique »
L'actu 

« Les villes doivent reprendre le pouvoir sur le numérique »

actualisé le 08/07/2020 à 12h15

Jeudi, Le Shadok et Rue89 Strasbourg proposent de réfléchir sur le poids des outils et des plateformes numériques dans la conduite de la Ville. Alors que la crise sanitaire a mis en évidence les failles de nos villes, quels sont les enjeux pour les nouvelles municipalités ?

Alors que la mandature qui s’achève n’a guère investi sur la ville numérique, qu’en sera-t-il ensuite ? Pour en discuter, Le Shadok et Rue89 Strasbourg invitent jeudi 9 juillet à 19h Céline Geissmann, nouvelle adjointe au maire de Strasbourg en charge de la ville numérique, et Antoine Courmont, directeur scientifique de la chaire « ville numérique » de Sciences-Po.

Céline Geissmann et Antoine Courmont (docs remis)

Rue89 Strasbourg : Alors que les municipalités engagent un nouveau mandat, qu’est-ce qui a évolué entre les villes et le numérique depuis 2014 ?

Antoine Courmont : Il y a eu une période de fascination, de solutionnisme, qui s’est notamment déclinée sous le vocable de « smart city. » Puis les villes se sont rendues compte du poids des plateformes numériques et des effets, très concrets, qu’elles pouvaient avoir sur leurs périmètres. Par exemple, une voie référencée comme un itinéraire alternatif sur l’application Waze peut détourner des milliers de véhicules alors qu’elle n’était pas prévue pour ça…

Des services comme Uber ou AirBnb en savent parfois beaucoup plus sur les villes que leurs propres administrations… Donc les enjeux se sont déplacés des solutions aux données. Il y a des rapports de pouvoirs qui ne sont pas réglés entre les collectivités et les plateformes.

Est-ce que les collectivités comprennent bien ces nouveaux rapports ?

Les villes restent très attachées à une gestion « top down » des problématiques. Elles sont très réceptives à des systèmes et des données qui permettent d’optimiser le traitement urbain mais ça ne résout pas toutes les questions.

Le numérique a été propulsé comme une solution à la crise sanitaire, pour continuer à travailler, à échanger… Est-ce que l’irruption du coronavirus a propulsé de nouvelles technologies dans les villes ?

Il y a eu toute une batterie de technologies de surveillance, qui ont été adaptées à la crise sanitaire, par exemple des systèmes de détection de port du masque… La RATP l’avait mis en place pour l’accès au métro mais a dû y mettre fin après une recommandation de la Cnil.

Y aller

Tous connectés et après ? « Les outils numériques pour la ville de l’Après ? » Rendez-vous en ligne jeudi 9 juillet à partir de 19h sur la page Facebook du Shadok.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Lidl a oublié de payer plus de la moitié de la prime Covid de ses salariés étudiants

par Guillaume Krempp. 4 637 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Samedi et dimanche, le pic d’ozone entraîne une baisse du prix des transports en commun et de la vitesse sur les routes

par Manuel Avenel. 1 644 visites. 1 commentaire.

Académie de Strasbourg : privés de diplôme, des étudiants de BTS dénoncent une injustice

par Alice Ferber. 4 117 visites. 1 commentaire.